#El francés en la actualidad

Journal en français facile 18/10/2020 20h00 GMT

Studio RFI
Transcription

Aurélien Devernoix : Bonsoir à toutes et à tous, il est 22h à Paris, 20h à Conakry, bienvenue dans votre Journal en français facile. Et pour m’accompagner dans cette édition Sylvie Berruet bonsoir. 

Sylvie Berruet : Bonsoir Aurélien, bonsoir à toutes et à tous. 

AD : Des dizaines de milliers de Français se sont rassemblés aujourd’hui à travers le pays pour rendre hommage au professeur assassiné par un extrémiste islamiste vendredi. Ils étaient notamment très nombreux place de la République à Paris où des dirigeants politiques étaient également présents dont le Premier ministre Jean Castex.  

SB : La France où près de 30 000 nouveaux cas de Covid-19 ont été enregistré ces dernières 24 heures. Des cas en forte baisse en Israël qui a entamé son déconfinement censé être très encadré mais vous l’entendrez, une certaine improvisation règne. 

AD : Journée de vote ce dimanche en Guinée notamment où plus de 5 millions d’électeurs devaient choisir leur président. Un scrutin qui s’est globalement déroulé dans le calme selon le gouvernement. 

SB : Et enfin nous irons en Pologne où un évêque a démissionné. Il est accusé d’avoir couvert des abus sexuels commis au sain de l’Église catholique du pays. 

------

SB : Ils étaient des dizaines de milliers, en rangs serrés, masques sur le visage et parfois les larmes aux yeux applaudissant à intervalle régulier pour rendre hommage à Samuel Paty, sauvagement assassiné vendredi.
 
AD : Des Parisiens réunis place de la République pour défendre également la liberté d'expression, alors que le professeur d'histoire a été justement été parce qu'il avait organisé un cours sur le sujet durant lequel il avait montré une caricature du Prophète Mahomet. Une estrade avait été dressée sur la place, où se sont succédés des représentants de syndicats d'enseignants, de parents d'élèves mais aussi des dirigeants d'association antiracistes. Pas de discours en revanche des personnalités politiques présentes, dont le Premier ministre Jean Castex, qui se sont volontairement tenues en retrait. Mais elles avaient tenues à être là pour montrer leur soutien. Le reportage d'Anthony Lattier.

Soutenir les enseignants : c’est pour cela qu’est venu la porte-parole des écologistes Eva Sas. […] Il ne faut surtout pas arrêter d’enseigner la liberté d’expression prévient l’Insoumis Jean-Luc Mélenchon. […] Un appel au rassemblement relayé par le député Roland Lescure, porte-parole de La République ne marche. […] L’union nationale, elle n’existe pas dans la classe politique. Car si la gauche et les marcheurs étaient présents, très peu de personnalités de droite étaient là. Beaucoup disent que le temps n’est plus au rassemblement, il est à l’action contre l’islam radical.

AD : Anthony Lattier. Et des rassemblements similaires se sont tenus ce dimanche dans de nombreuses villes de France, dont Marseille ou encore Strasbourg.
 
SB : Des rassemblements qui se sont tenus malgré la situation sanitaire toujours très inquiétante en France où près de 30 000 nouveaux cas de Covid-19 ont été enregistrés ce dimanche.
 
AD : 85 personnes en sont également décédées ces dernières 24 heures. Le cap des 250 000 morts a été franchi sur le continent dont 8 000 dans la seule semaine écoulée. L'Italie qui semblait relativement épargnée par la deuxième vague de Covid-19 a enregistré ces dernières 24h près de 12 000 cas. Flambée également en Suisse qui a annoncé de nouvelles mesures ce dimanche dont le port du masque obligatoire dans les lieux publics fermés dès lundi. Ça va mieux en revanche en Australie où les 5 millions d'habitants de l'agglomération de Melbourne ont entamé ce week-end un déconfinement après 3 mois d'interdiction quasi totale de se déplacer.
 
À noter que le secrétaire général de l'Organisation de Libération de la Palestine Saëb Erakat a dû être hospitalisé en urgence ce dimanche en Israël en raison de complications dues à sa contamination par le coronavirus.
 
SB : Israël qui a enclenché ce week-end la première de son second déconfinement.
 
AD : Depuis ce matin les crèches et les entreprises qui ne reçoivent pas de public peuvent rouvrir leurs portes après 28 jours de fermeture. Plus de restrictions non plus sur les déplacements et les plages sont à nouveau ouvertes. Ça c'est sur le papier, c'est en principe. Mais dans les faits, une certaine improvisation semble régner. Le reportage de notre correspondant Michel Paul.

Sentiment de déjà vu pour les Israéliens. Mais cette fois les dirigeants eux-même, et à commencer par le Premier ministre Binyamin Netanyahu lancent des appels à la prudence extrême. Timide retour à la normale donc avec l’ouverture de petites entreprises et des jardins d’enfants. mais la confusion reste grande surtout au niveau de la communication. Mikhal Shmoueli, puéricultrice. « On a été informé par les médias. On a besoin de temps pour s’organiser. On sait que la situation n’est pas encore claire. J’espère que tout va être prêt. La crèche va ouvrir, si dieu veut, ce mardi. » Chez les ultra-orthodoxes, les plus touchés par l’épidémie, c’est l'ensemble du système éducatif qui rouvre ses portes sur ordre des rabbins et contrairement aux directives officielles. Orianne, serveuse de restaurant au chomâge, a perdu confiance. « Je n’étais pas d’accord avec ce confinement. On sent que c’était sparadrap sur sparadrap. Il fallait simplement boucler certains quartiers bien spécifiques. » Fermer toute l’économie cela a provoqué des dégâts beaucoup plus graves que le virus lui-même. « Le gouvernement a capitulé » titre un quotidien qui ajoute : « le troisième confinement est en vue ! » 

SB : Deux élections présidentielles se tiennent ce dimanche. La première a lieu en Guinée.
 
AD : Près de 5,4 millions d’électeurs étaient appelés aux urnes. 12 candidats sont en lice. Parmi eux Cellou Dalein Diallo, figure de l’opposition ou encore Alpha Condé, le président sortant, qui brigue un troisième mandat. Une candidature qui a suscité la controverse et fait craindre un scrutin agité. Mais les opérations électorales se sont globalement déroulées dans le calme selon le ministre guinéen de la Sécurité Albert Damantang Camara.
 
[Transcription manquante]
 
SB : Le ministre guinéen de la Sécurité Albert Damantang Camara, propos recueillis par Carol Valade. Autre scrutin présidentiel ce dimanche en Bolivie.
 
AD : Les électeurs doivent faire leur choix parmi 6 candidats. C'est la deuxième présidentielle en un an, la première élection qui avait vu la victoire d'Evo Morales a été annulée après son départ en exil. Et à noter qu'à Chypre Nord, république autoproclamée soutenue par la Turquie, c'est le candidat pro-turc qui a remporté les élections. Ersin Tatar n'était pourtant pas favori face à son rival et dirigeant sortant Mustafa Akinci, favorable à la réunification avec l'autre partie de l'île.
 
SB : Nous terminons avec cette démission d'un évêque polonais.
 
AD : Edward Janiak est accusé d'avoir couvert des abus sexuels commis dans l'Eglise polonaise. L'évêque de Kaliz faisait l'objet d'une enquête du Vatican depuis le mois de juin après la diffusion d'un documentaire qui avait secoué la société polonaise. À Varsovie, Sarah Bakaloglou.

Le documentaire raconte l’histoire de deux frères, victimes d’abus sexuels pendant leur enfance par un prêtre polonais. Un prêtre qui aurait été couvert par l’évêque Edward Janiak, au courant de ses agissements. C’est à la suite de la diffusion de ce documentaire, en mai dernier, que le chef de l’Église catholique en Pologne avait décider de signaler le cas au Vatican - une première dans ce pays catholique - entrainant une enquête, lancée deux mois plus tard et la mise à  l’écart de l’évêque Janiak. « Les temps changent » a ainsi réagi une des victimes, après la démission du prélat. Pour la première fois l’an dernier, l’Église en Pologne avait donné des chiffres sur les abus sexuels commis en son sein : près de 625 enfants abusés depuis les années 90, et un quart des près de 400 prêtres auteurs de violences suspendus. Des changements qui ne vont cependant pas assez vite selon 600 catholiques du pays, qui avaient  lancé un appel au Pape en juin dernier : « nous avons signalé des agissements » au Vatican et au clergé polonais et « il n’y a pas eu de réactio »” avaient-ils dénoncé. Sarah Bakaloglou, Varsovie, RFI.

AD : C'est ainsi que se termine votre Journal en français facile, merci de votre fidélité et merci à Sylvie Berruet de m'avoir accompagné. Excellente soirée à l'écoute de RFI.

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias