#El francés en la actualidad

Journal en français facile 07/01/2022 20h00 GMT

Studio RFI
Transcription

Merci d'écouter Radio France internationale en direct de Paris où il est 21 heures. 

François Bernard : Bonsoir à tous, il est l'heure de votre Journal en français facile et c'est Sylvie Berruet qui le présente avec moi ce soir, bonsoir Sylvie. 

Sylvie Berruet : Bonsoir François, bonsoir à tous. 

FB : Dans l'actualité de ce vendredi 7 janvier, les émeutes au Kazakhstan : le président rejette toute négociation et donne l'ordre de tirer sur les manifestants. 

SB : Le président français Emmanuel Macron dit assumer « totalement » ses propos controversés sur les non-vaccinés.  

FB : Covid, un centre à Hong Kong qui accueille en quarantaine des patients pourtant guéris.  

SB : Et puis le décès de l'acteur afro-américain Sydney Poitier. Il avait 94 ans.  

----- 

FB : Au Kazakhstan, le président rejette toute possibilité de négociation avec les manifestants. Il autorise les forces de l'ordre à tirer « sans avertissement ».  

SB : Le Kazakhstan, plus grand pays d'Asie centrale, est agité par une contestation qui a éclaté dimanche en province après une hausse des prix du gaz.  

FB : La contestation s'est étendue à d'autres villes et surtout à Almaty, la capitale économique, où les manifestations ont viré en émeutes meurtrières. Pour Daniyar Khassenov, un militant des droits de l’Homme basé à Londres, la situation n’est pas sous contrôle, comme le prétend le gouvernement.  

« Si tout était vraiment sous contrôle, ils auraient complètement rétabli internet partout dans le pays et les gens auraient pu avoir accès aux vraies informations concernant ce qu’il se passe au Kazakhstan. On aurait pu joindre nos proches et nos amis, car, pour l’instant, nous n’arrivons pas à les joindre du tout. On ne sait pas s’ils ont été tués, s’ils ont été blessés, donc non, je ne pense pas que la situation soit sous contrôle, ce n’est pas vrai. Ils redonnent accès à internet une heure par jour à peu près, et on peut recevoir quelques informations, mais rien en provenance d’Almaty où internet est coupé depuis quelques jours. Je n’ai pas pu joindre mes proches, c’est horrible. Je ne sais pas s’ils vont bien, s’ils sont en vie. » 

FB : Un militant des droits de l’Homme, Daniyar Khassenov. 

Le chef de la diplomatie américaine, Antony Blinken, a mis en doute la nécessité, pour le Kazakhstan, de faire appel au déploiement de troupes russes face à ces émeutes.  

SB : Il a prévenu qu'il serait « très difficile » d'obtenir leur retrait. 

FB : Par ailleurs, Antony Blinken a promis aujourd'hui à Kiev qu'il n'y aurait « pas de discussions sur l'Ukraine sans l'Ukraine ». 

SB : Une semaine de pourparlers, notamment américano-russes vont débuter sur la crise qui affecte ce pays. 

FB : En France, les Commissaires européens sont présents à Paris dans le cadre du début de la présidence française du Conseil de l’Union européenne.  

SB : Une visite qui s’est achevée aujourd’hui après un hommage ce matin à Jean Monnet et Simone Veil organisé au Panthéon.  

FB : Le président français s'est également entretenu avec la présidente de la Commission Ursula von der Leyen. Une discussion qui a permis aux deux dirigeants de s’accorder sur les sujets prioritaires pour les six mois à venir, Romain Lemaresquier

L’idée était d’aborder les priorités de cette 13e présidence française du Conseil de l’Union européenne. Emmanuel Macron, qui a affiché de grandes ambitions sur différentes thématiques, est revenu avec la présidente de la Commission sur les nombreux textes annoncés comme prioritaires : cela va de la question d’un salaire minimum aux questions migratoires, en passant par l’agenda numérique ou encore la réforme de l’espace Schengen. Les deux dirigeants ont également abordé des sujets au cœur de l’actualité, notamment la situation à la frontière Ukrainienne ou encore la crise au Kazakhstan. Les deux dirigeants appellent d’ailleurs à la fin des violences et à la retenue. La question de la défense européenne a donc également été abordée, un sujet prioritaire. Emmanuel Macron a rappelé qu’il voulait faire de ce semestre une présidence utile. Un sentiment également partagé par Ursula von der Leyen qui a tenu à souligner la symbiose entre la Commission européenne et la présidence française sur de nombreux sujets. La présidente de la Commission a d’ailleurs tenu à saluer le fait que la France, pays moteur de l’Europe, assume cette présidence dans un contexte compliqué, en pleine crise pandémique. Une présidence qualifiée d’ambitieuse par Ursula von der Leyen. 

FB : Romain Lemaresquier. 

Le président français Emmanuel Macron affirme assumer « totalement » ses propos controversés de mardi sur les non-vaccinés. Il disait avoir envie, je le cite, « d'emmerder » les non-vaccinés, et il reprochait à certains d'entre eux de faire, je le cite encore, de « leur liberté, qui devient une irresponsabilité, un slogan ». 

En France, où la crise sanitaire se poursuit. 3 815 patients sont désormais en réanimation. C'est 56 de plus qu'hier. Beaucoup de parents d'élèves expriment leur ras-le-bol après la rentrée scolaire marquée par un protocole « très compliqué ». Les syndicats d'enseignants appellent à la grève. 

SB : La pandémie est présente partout dans le monde, mais l'accélération des contaminations ne s'accompagne pas, pour l'heure, d'une hausse globale des décès. 

FB : Hong Kong était déjà à l’avant-garde, avec la Chine, des mesures extrêmes dans sa gestion « zéro covid » de la crise sanitaire.  

SB : Les autorités exigent à présent que les malades guéris passent encore au moins deux semaines de plus dans un centre d'isolement.   

FB : Un exemple, celui d’Asia World Expo, qui a ouvert dimanche dernier et qui accueille déjà une cinquantaine de patients guéris. Reportage de notre correspondante sur place Florence de Changy

Dans cet immense open space éclairé au néon jour et nuit, où les haut-parleurs ne cessent de rappeler les consignes, 500 cellules d’environ 12m2 chacune sont collées les unes aux autres par bloc de 18, sans rideau, pour assurer la moindre intimité aux occupants de ce lieu surréaliste. Ce sont tous des ex-covidés, pleinement guéris. Parmi eux un Français : « Donc, il y en a qui fait dix jours, vingt jours, d’autres 30 jours, d’autres 40... Mais ils ne sont pas du tout contents d’être là, ils trouvent que c’est un non-sens complet. Mais ils sont devenus, comment dire, passifs en fait. Moi, pratiquement tous les jours, je demande au personnel pourquoi je suis là. D’ailleurs, je devrais enregistrer leurs réponses. C’est toujours la même : “c’est la procédure.” Donc demain, ils peuvent étendre à cinq semaines ou à dix. Voilà, c’est comme ça... » Dès l’annonce de cette nouvelle mesure prise en octobre dernier, le professeur Ben Cowling, chef du département d’épidémiologie de l’université de Hong Kong, avait estimé qu’il s’agissait d’un gaspillage de ressources publiques qui nuit activement au bien-être du patient sans apporter aucun bénéfice à la communauté. Mais si cet enfermement, médicalement injustifié de deux à trois semaines supplémentaires, n’a aucun effet sur le contrôle de la pandémie, il a au moins pour effet certain de dissuader les gens qui peuvent s’en passer de revenir à Hong Kong. Florence de Changy, Hong Kong, RFI 

FB : Le numéro 1 du tennis mondial, le Serbe Novak Djokovic, est toujours placé dans un centre de rétention à Melbourne où il était venu disputer le tournoi Open d'Australie.  

SB : Interdit de sortie à défaut de pouvoir prouvé qu'il est vacciné. Il a remercié sur Instagram ceux qui, « à travers le monde », le soutiennent. 

FB : Sidney Poitier, acteur et première star noire d'Hollywood, est mort. Il avait 94 ans. L'annonce a été faite par le vice-Premier ministre des Bahamas, où l'acteur a grandi.  

SB : Son portrait signé Élisabeth Lequeret. 

Avec son sourire éblouissant, son physique athlétique, son jeu sophistiqué, il pouvait tout incarner, les justiciers comme les séducteurs. Mais Sidney Poitier fut bien plus que cela : première icône noire du cinéma, premier comédien afro-américain à recevoir l’Oscar du meilleur acteur en 1964, il a ouvert les portes de Hollywood à toute une génération de comédiens. C’est dire le parcours de ce fils de fermier des Bahamas, arrivé, adolescent, presque analphabète aux États-Unis, et devenu quinze ans plus tard un sex-symbol. Dès ses débuts Poitier tourne pour les plus grands. Mankiewitch, Raoul Walsh, Otto Preminger, dont le Porgy and Bess lui apporte une renommée internationale. Mais c’est en 67 que tout explose pour lui, avec deux immenses succès du box-office : Dans la chaleur de la nuit et surtout Devine qui vient dîner ce soir. Bien sûr, la mièvrerie de certains films lui vaut des critiques, mais Sidney Poitier, devenu un héros de la communauté noire, s’engage alors dans le combat pour les droits civiques. La fin des années 60 marquent le début de son déclin, même s’il connait quelques succès en tant que producteur. En 2001, il avait reçu un Oscar d’honneur pour l’ensemble de sa carrière, et dix ans plus tard, la médaille présidentielle de la Liberté des mains de Barack Obama. 

FB : Fin de ce journal. Merci Sylvie Berruet. Prochaine édition demain, même heure. Bonsoir à tous. 

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias