#El francés en la actualidad

Journal en français facile 06/02/2022 20h00 GMT

Studio RFI
RUSSIE / UKRAINE : vers une opération militaire de la Russie ? Et autres nouvelles.

Transcription

Raphaël Reynes : Merci d’écouter RFI, il est 20 h en temps universel, 21 h à Paris. Bonsoir à tous et bienvenue dans votre Journal en français facile. Avec, dans l'actualité de ce 6 février :
- La crise entre la Russie et l'Ukraine et Washington qui affirme, une fois de plus, que Moscou se prépare à envahir très bientôt son voisin ukrainien. Une mise en garde que le gouvernement de Kiev prend avec une certaine distance. Les risques d'escalade militaire sont moins importants que les chances d'une solution pacifique, assure l'Ukraine.
- Le parlement d'Ottawa toujours bloqué par des poids-lourds et des manifestants contre les mesures sanitaires, au Canada. La police et la mairie de la ville avouent leur impuissance. Nous appellerons Pascale Guericolas, sur place.
- Et puis la disparition de la chanteuse indienne, Lata Mangeshka, à l'âge de 92 ans. Surnommée le « rossignol indien », elle est morte des suites du Covid-19. Ses funérailles ont eu lieu à Bombay en présence du Premier ministre Narenra Modi.

-----

Mais avant de développer ces titres, et pour ceux d'entre vous qui sont passionnés de football mais ne peuvent pas suivre la finale de la Coupe d'Afrique des Nations. La seconde mi-temps va commencer dans un instant entre le Sénégal et l'Égypte, à Yaoundé, au Cameroun.
Le score est, pour l'instant, de 0 partout entre les deux pays. Les Lions de la Teranga ont clairement dominé la première période. Nous reviendrons, bien entendu sur ce match dans le journal de 21 h en temps universel avec Adrien Delgrange.

La Russie va-t-elle lancer une opération militaire contre l’Ukraine ? La question revient sans cesse, depuis des semaines. Des dizaines de milliers de soldats et de matériel russes sont positionnés aux frontières Sud, Est et Nord de l’Ukraine. Le Renseignement américain estime que la Russie accentue ces préparatifs d'une invasion à grande échelle de l'Ukraine. Elle disposerait déjà de 70% du dispositif nécessaire à une telle opération. Anastasia Becchio.

Les avertissements repris par plusieurs médias américains émanent de responsables du renseignement, non identifiés, qui en ont informé les élus du Congrès américain et les partenaires européens des États-Unis. L’armée russe continue de se renforcer aux frontières de l’Ukraine : s’il y a deux semaines, on dénombrait 60 bataillons de l'armée de terre, il y en a désormais plus de 80 et une dizaine d’autres sont encore en route. Chacun de ces bataillons compte 750 militaires. À ce rythme, la Russie pourrait disposer de capacités suffisantes pour lancer une offensive dans deux semaines, selon ces responsables américains. Pour autant, ils précisent qu’ils ne savent pas si Vladimir Poutine a pris la décision de passer ou non à l'offensive. Quelles que soient les intentions de Moscou, les observateurs militaires notent effectivement un renforcement des troupes russes sur le terrain. 1 500 soldats des forces spéciales russes, sont arrivés dans la zone il y a une semaine. Une équipe de France Télévisions a filmé des véhicules de transport de troupes et de carburant dans la région de Briansk non loin de la frontière avec l’Ukraine et la Biélorussie. Sur cette vidéo, et sur d'autres, des experts notent la présence de la Garde nationale russe, la force militaire interne, généralement pas sollicitée pour ce genre d’opération.

Anastasia Becchio. Et alors que le président français s'apprête à se rendre à Moscou, l'Ukraine relativise les risques d'invasion russe. Selon Kiev, les chances de trouver une « solution diplomatique » à la crise avec la Russie sont « considérablement supérieures » aux risques d'une nouvelle « escalade militaire ». Le gouvernement ukrainien cherche à protéger l'économie du pays, affaiblie par les risques de guerre.

Au Canada, cela fait maintenant trois jours que le quartier autour du parlement est totalement bloqué, à Ottawa. Des centaines de camions et de manifestants protestent contre les mesures sanitaires du gouvernement. Le maire et le chef de la police d'Ottawa reconnaissent qu'ils n'arrivent pas à maitriser le mouvement et à faire partir les camions du centre-ville. Pascale Guericolas.

Pour le chef de police d’Ottawa, le constat est clair. La capitale canadienne subit un véritable état de siège. Le maire, lui, reconnaît que les autorités ont complément été débordées par ce mouvement. Près de 500 camions occupent encore les principales artères autour du Parlement, en faisant retentir leurs klaxons une bonne partie de la journée et de la soirée. Exaspérés par le bruit incessant et lassés de subir les insultes des protestataires, plus d’un millier d’habitants du centre-ville réclament la démission du maire et du responsable des forces policières. Une jeune femme a pour sa part lancé une action en justice de 6 millions d’euros pour obtenir des tribunaux l’évacuation des camions d’ici mardi. Le juge étudie actuellement cette demande, mais se montre sceptique sur ses chances d’aboutir, il semble, en effet, difficile de nommer les responsables de ce mouvement très hétéroclite. D’autres manifestants devraient d’ailleurs se faire entendre aujourd’hui. Pascale Guericolas, Québec, RFI.

Il y a une élection présidentielle au Costa Rica, ce dimanche. Avec un record du nombre de candidats en lice. Ils sont 25 à briguer la présidence de ce petit pays d'Amérique centrale réputé pour sa stabilité et sa qualité de vie. Les bureaux de vote fermeront à minuit en temps universel. Et si aucun candidat n'obtient 40% des votes, un second tour sera organisé le 3 avril.

Une semaine après son investiture, la présidente du Honduras, Xiomara Castro, met en place une nouvelle loi qui provoque la controverse. Le texte amnistie les fonctionnaires et les responsables du gouvernement de l'ancien président Manuel Zelaya qui n'est autre que l'époux de l'actuelle présidente. Certains dénoncent un « pacte d'impunité » décidé par celle qui a pourtant été élue avec un programme anti-corruption. Achim Lippold.

Xiomara Castro n'avait cessé de le marteler tout au long de sa campagne présidentielle : si elle était élue, elle mettrait fin au fléau de la corruption que gangrène le pays le plus pauvre d'Amérique Latine. Seulement voilà, l'une de ses premières actions en tant que présidente consiste à amnistier des personnes qui ont travaillé pour son mari Manuel Zelaya, chassé du pouvoir en 2009 par un coup d'État. Certains de ces anciens fonctionnaires sont justement accusés de corruption. Il n'est donc pas étonnant que cette loi suscite de vives critiques des ONGs. Même le ministre délégué à la Transparence et à la Lutte contre la corruption a pris ses distances avec cette initiative, la qualifiant de « nouveau pacte d'impunité ». Un avis partagé par certains syndicats qui dénoncent aussi le fait que le Parlement ait approuvé cette mesure malgré une crise institutionnelle qui perdure Xiomara Castro est confrontée à une fronde au sein de son parti des dissidents se sont joints à l'opposition et ont mis en place un Parlement parallèle qui tient des sessions virtuelles. Ce qui fait que la légitimité de l'Assemblée reconnue par la présidente est contestée. Les deux Parlement ont fait un recours auprès de la Cour Suprême qui doit trancher le litige.

Achim Lippold. Batsirai a fait au moins 10 morts, à Madagascar. Le cyclone a perdu de l'intensité après avoir touché terre, hier après-midi, dans la grande île de l'océan Indien. Mais ses vents violents et ses pluies importantes ont obligé près de 50 000 personnes à quitter leurs maisons.
Batsirai devrait finir de traverser Madagascar et atteindre le canal du Mozambique la nuit prochaine.

L'Union Africaine condamne les coups d'État sur le continent. Réunis à Accra, au Ghana, pour leur sommet annuel, les dirigeants des pays de l'UA condamnent « sans équivoque » la « vague » de putschs de ces derniers mois. Les discussions sur le statut d'observateur accordé à Israël auprès de l'organisation ont été reportées. Ce statut est contesté par les Palestiniens, membres de l'Union Africaine et les discussions s'annonçaient très difficiles. Elles sont remises à plus tard.

Des funérailles d’État pour la chanteuse indienne Lata Mangeshkar. Surnommée le « rossignol indien », l'artiste est morte à l'âge de 92 ans des suites du Covid-19. Lata Mangeshka a reçu des hommages de l’ensemble de la classe politique indienne et le Premier ministre, Narendra Modi, s’est rendu à Bombay pour la cérémonie de crémation. Côme Bastin.

Le pays retenait son souffle depuis ce samedi soir 5 février au vu de son état critique et il s’est réveillé endeuillé. À 92 ans, Lata Mangeshkar est morte ce dimanche matin, des suites du Covid-19 et d'une pneumonie. Suivant la tradition hindoue, la superstar a dû être incinérée rapidement. Son cercueil a été transporté jusqu'à son domicile puis, suivi par la foule, au parc Shivaji, un lieu de rassemblement iconique de Bombay. De nombreuses vedettes du cinéma qui l’avaient côtoyée comme Shah Rukh Khan ou Hema Malini sont venues se recueillir. À 19h, le Premier ministre Narendra Modi a participé aux derniers rites avant sa crémation, en grande pompe. Les hommages à l'icône musicale se sont multipliés toute la journée. « C’est déchirant pour moi, comme pour des millions de personnes dans le monde qui ont trouvé dans ses chansons leurs émotions les plus profondes », a déclaré le président indien Ram Nath Kovind. Même le Premier ministre pakistanais a salué son œuvre sur Twitter. Plusieurs États indiens ont aussi décidé de marquer cette journée. Dans le Bengale, des chansons de Lata Mangeshkar seront jouées dans tous les lieux publics pendant 15 jours. Dans le Maharashtra, lundi 7 février sera un jour férié.  Côme Bastin, Bangalore, RFI.

Enfin, elle est la première à atteindre 70 ans de règne, au Royaume-Uni. La reine Elizabeth II célébrait ce dimanche son « jubilée de platine », c’est-à-dire 70 ans passés au pouvoir. Âgée aujourd'hui de 95 ans, la souveraine britannique a publié un message dans lequel elle renouvelle son engagement à servir son pays et son peuple.
C’est la fin de ce Journal en français facile, il est 20h10 en temps universel.

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias