#El francés en la actualidad

Immunisé

mots-actu_i.png
RFI
Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

De nombreuses populations africaines immunisées contre le Coronavirus… Après tout pourquoi pas ? Puisqu’on se demande depuis quelques mois comment expliquer que les Africains sont apparemment bien moins exposés à ce virus que d’autres… Peut-être en effet leur exposition à d’autres virus, proches de celui-ci a-t-elle contribué à les immuniser partiellement ou complètement. C’est-à-dire que le fait qu’ils aient été touchés préalablement par d’autres virus a développé une immunité, une protection. Comme si c’était un genre de vaccin. L’immunité est donc un genre de protection : des défenses organiques se sont développées au sein d’un système vivant, et agissent comme des gardes : une protection rapprochée pourrait-on dire. Et lorsqu’on en bénéficie, on est donc immunisé : protégé, à l’abri. Mithridatisé ? Oui d’une certaine façon. Et ce dernier mot, peu employé, nous vient du roi Mithridate, qui avait peur, à juste titre semble-t-il, d’être empoisonné. Alors chaque matin, il prenait une minuscule dose de poison. Un peu malade au début, puis de moins en moins, son corps avait fini par être totalement accoutumé à cette substance en général mortelle. Et quand on a essayé de l’empoisonner pour de vrai, le poison n’avait plus d’effet sur lui : Chou blanc ! 

Le mot immuniser a une étonnante origine. Bien sûr il nous vient du latin, et se construit sur un radical (munis) qui évoque le poids. Et notamment au figuré le poids fiscal, le poids de la taxe ou de l’impôt. Au départ, on parlait donc de ce qui était immunisé à propos de ce qui était exempt d’impôt, non soumis à l’impôt, libre d’impôt. Sans charge, quoi ! Et de façon assez naturelle, la charge a glissé, pour désigner celle de la maladie : on est donc immunisé si on n’est pas susceptible d’être attaqué par le mal !

Mais ce terme, et sa famille ont encore subi une autre modification. Non pas vraiment pour revenir vers le vocabulaire de l’impôt, mais vers celui de la politique. On parle d’immunité à propos de ceux et celles qu’on ne peut accuser officiellement, qu’on ne peut traduire devant un tribunal. Et on parle notamment d’immunité parlementaire ou diplomatique : les élus du peuple ne peuvent être mis en examen pour certains délits ou crimes, tant qu’ils restent élus du peuple. Evidemment à la fin de leur mandat, cette immunité tombe et on peut les mettre en examen. Mais pas avant, pour garantir une certaine liberté de leurs mouvements.

Avertissement ! 
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensable un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

Logo DGLFLF Ministère de la Culture

En partenariat avec la Délégation Générale à la Langue française et aux Langues de France (DGLFLF)

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias