mots-actu_g.png
RFI
Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

Une avancée très remarquée dans la chirurgie cardiaque et les techniques de greffe : le cœur d’un porc greffé sur un humain, après avoir été génétiquement modifié pour éviter les processus de rejet. Si ces techniques aboutissent à des résultats durables, cela pourrait sauver de très nombreuses vies humaines.

Les greffes d’organe sont pourtant anciennes : on se souvient des premières expériences du professeur Barnard et des chirurgiens qui l’ont formé : greffes de rein au milieu des années 50, première greffe du cœur réussie, même si le patient ne survit que quelques semaines, en 1967. Une nouvelle étape est franchie si on arrive à greffer des organes d’animaux sur des humains.

Mais de quoi s’agit-il exactement ? On parle aussi de transplantation et dans la langue courante, les deux mots renvoient au même processus chirurgical : remplacer un organe qui ne fonctionne plus correctement par un autre, prélevé sur un individu qui vient de mourir, mais dont certaines fonctions vitales n’étaient pas affectées. On greffe, c’est-à-dire qu’on insère dans un organisme un élément extérieur, en rétablissant toutes les connexions nécessaires. Et dans ce sens ce mot médical est emprunté à l’agriculture.

Pourtant si l’on parle de greffes de plantes ou d’arbres, les opérations sont très différentes. Il s’agit de lier deux végétaux. Sur une plante, un arbre et bien souvent un arbre fruitier, on implante, c’est-à-dire en gros, qu’on insère la partie d’une autre plante, le greffon, pour redynamiser le premier.

On comprend bien donc les sens figurés qu’on a pu donner à ce verbe. On peut se greffer à un groupe ou à un projet quand on va le rejoindre. Le mot est très positif : comme si on allait donner une sève nouvelle à cet ensemble, lui donner une force neuve, pour que les résultats soient meilleurs.

Mais est étonnant de voir d’où vient ce mot : il dérive du grec graphein, qui signifie écrire. Et ce n’est pas qu’on réécrive l’histoire à venir en la modifiant. C’est simplement que les premières greffes s’opéraient en insérant dans une plante une tige qui avaient la forme d’un stylet, d’un instrument d’écriture.

Ce terme est donc étrangement de la même famille que tous ceux qu’on trouve dans le monde de la magistrature et qui évoquent les procès-verbaux, les prises de notes de ce qui se dit et ce qui se passe : le greffier d’un tribunal, le greffe où sont consignés les actes de procédure.

Avertissement ! 
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensable un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

Logo DGLFLF Ministère de la Culture

Ministère de la Culture

En partenariat avec la Délégation Générale à la Langue française et aux Langues de France (DGLFLF)

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias