#El francés en la actualidad

Favori

mots-actu_f.png
RFI
Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

La Favorite sort sur les écrans français : un film nouveau, bien parti dit-on dans la course aux Oscars. Favori pour les Oscars ? Le jeu de mot est bien facile, mais justement c’est peut-être pour cela qu’on l’entend autant ! Et ce film met en scène, à la cour anglaise du 18ème siècle, une reine au milieu de quelques femmes qui l’entourent et se disputent ses faveurs. Une favorite va-t-elle donc chasser l’autre ? Il faudra aller au cinéma pour en avoir le cœur net !

Ce mot de favori est courant en français, de la même famille que faveur ou que le verbe favoriser qui en découle. Et favori veut dire préféré. On dira aussi bien donc c’est ma couleur favorite que c’est ma couleur préférée. Et plus volontiers d’ailleurs, on utilisera une tournure verbale : c’est la couleur que je préfère. Ma couleur favorite, sans être vraiment un anglicisme, est probablement légèrement influencée par l’habitude anglaise : « It’s my favourite colour ! ».

En tout cas on l’a vu, le féminin de favori est bien favorite, bien que la forme au masculin ne comporte pas de « t » final. Et le mot s’utilise comme un adjectif, mais aussi comme un nom, dans des circonstances spéciales. Notamment dans les cours, dans des lieux d’intrigue où un personnage tout-puissant, qu’il soit ou non monarque, peut être influencé, et où l’on cherche à avoir ses faveurs, son oreille dit-on parfois. On n’a pas de favoris autour de chaque trône, mais la situation est fréquente et bien connue. Et plus le pouvoir du souverain est fort et concentré, plus ce dispositif est attendu. Mais le favori cède le plus souvent le pas à la favorite, et là, l’amour se mêle à la faveur : la favorite, c’est la maîtresse officielle ou presque, celle dont tout le monde connaît l’existence et la position, cueillie dans un bouquet féminin qui fonctionne un peu comme un harem.

Ce système est-il alors celui qu’on appelle le favoritisme ? Pas exactement. On peut quitter la cour des rois pour se retrouver plutôt dans celle de l’école. Le favoritisme existe en classe, et également bien sûr dans les gouvernements, dans tous les milieux de pouvoir. Et il évoque des choix qui sont dictés par l’amitié, les relations, l’intérêt, et donc qui ne sont pas impartiaux. C’est ce qu’on appelle parfois le copinage, le fait de faire appel à ceux qu’on aime et qu’on a déjà fréquentés, alors qu’on aurait dû choisir à l’aveugle, sans que le choix soit affecté par les sentiments. Le favoritisme, c’est le fait d’avoir des chouchoux !  

Avertissement ! 
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensable un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

 

Logo DGLFLF Ministère de la Culture

En partenariat avec la Délégation Générale à la Langue française et aux Langues de France (DGLFLF)

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias