#El francés en la actualidad

Dégagisme

mots-actu_d.png
RFI
Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

Les élections législatives en Tunisie, dimanche prochain, vont-elles confirmer le vent de dégagisme qui a balayé lors du premier tour de la présidentielle, la classe politique en place ? C’est une possibilité… et c’est en tout cas une phrase qu’on a entendue sur Rfi. « Un vent de dégagisme » ! Comme un parfum de dégagisme : que ça arrive ou pas, c’est dans l’air… La formule est un peu familière, mais elle utilise ce mot bricolé depuis quelques années de manière plaisante et qui ne se comprend qu’à la lumière des événements politiques qu’on a appelé les Printemps arabes. Et ça évoque tout simplement l’éventualité que l’équipe qui est actuellement au pouvoir soit évincée, que les élections la fassent dégager.

Et parler de dégagisme est particulièrement bien vu quand on parle de la Tunisie. En effet c’est là qu’est née l’expression familière « Dégage » avec le sens politique qu’on lui connaît. Ce qui nous ramène au début de ces « Printemps arabes », avec des événements qui commencent à la fin de l’année 2010. La colère populaire a fait partir un certain nombre de dirigeants, d’abord en Tunisie puis en Égypte. La Tunisie est traditionnellement un pays où le français est encore actif, notamment dans les grandes villes et surtout à Tunis. Dans les rues, sur les pancartes, scandées par des manifestants, ou encore sur les réseaux sociaux, Facebook en particulier, en entend ou on lit cet impératif cinglant : « Dégage ! » et parfois « Ben Ali dégage ! ». Même s’il a parfois été traduit en arabe, c’est sous sa version française qu’il reste le plus connu. Et peu de temps après, les Égyptiens, dans l’ensemble beaucoup moins francophone que les Tunisiens l’adoptent aussi : après « Ben Ali dégage ! », on a entendu « Moubarak dégage ! »

Dégage ! Un impératif qui appartient bien sûr à la langue familière, dont le sens et le ton sont extrêmement cassants ! C’est un ordre rapide, méprisant, qui peut avoir de nombreux synonymes : dehors, fiche le camp, fous le camp, casse-toi !

L’expression appartient maintenant à l’histoire récente. Mais elle s’est ancrée dans les mémoires et dans la langue : la preuve, la création de ce nom, le dégagisme qui évoque une sanction populaire, même si elle n’est pas liée à une manifestation de rue.

On sait que l’un des sens du verbe dégager renvoie à l’idée de faire de la place. Dans une pièce très pleine de meubles et d’objets, on peut essayer de dégager un peu d’espace libre. Et dans la langue familière, on en a retourné l’usage. On dit « dégage ! » de la même façon qu’on peut dire « Du balai ! »

Avertissement ! 
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensable un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

Logo DGLFLF Ministère de la Culture

En partenariat avec la Délégation Générale à la Langue française et aux Langues de France (DGLFLF)

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias