Audio

La charcuterie française veut s'inviter à la table des Chinois

Charcuterie française
Charcuterie française.
RFI
François Hollande s'est fait l'ambassadeur de la charcuterie française en Chine. La filière porcine française est déjà très présente en Chine mais pas dans les produits transformés.

Première diffusion le 26/04/2013

1 milliard 300 millions de Chinois, qui consomment par tête 60 kilos de charcuterie par an - deux fois et demi plus qu'un Français. Le marché chinois fait saliver toute la filière porcine en France. Pourtant François Hollande n'a pas obtenu l'agrément sanitaire qui aurait ouvert les frontières de la Chine aux pâtés et aux jambons cuits français. Pour la France, ce n'est donc pas encore l'année du Cochon.

L'Espagne et l'Italie ont obtenu avant elle la possibilité d'exporter en Chine leur jambon serrano ou leur jambon de Parme. Mais les choses avancent à nouveau, on est sorti du blocage qui avait suivi la visite du président Sarkozy au Dalaï-lama en Pologne en 2008. Dans les semaines qui viennent, une délégation chinoise viendra visiter les usines de charcuterie françaises candidates à l'exportation en Chine. La profession en France espère, sept ans après le début des négociations, pouvoir exporter ses produits transformés en 2014.

Ce serait assez logique étant donné que la France exporte déjà beaucoup de viande fraîche de porc en Chine, et qu'elle fut le premier pays européen à y être autorisé, en 2005. Aujourd'hui elle exporte 80 000 tonnes de viande de porc par an, dont beaucoup de morceaux jugés moins nobles en France, mais dont raffolent les Chinois : pieds, oreilles ou queues de cochon.

L'autre grand succès de la filière française en Chine, c'est la génétique porcine. Depuis plusieurs années déjà, des mâles reproducteurs sélectionnés en France sont expédiés en Chine pour améliorer la productivité des élevages. Mercredi prochain, un millier de verrats sélectionnés par la Cooperl en Bretagne, dans l'ouest de la France, quitteront l'aéroport de Roissy à bord d'un avion cargo pour rejoindre la Chine ! Une façon pour la France de monnayer ses 60 ans d'expérience en matière de sélection génétique, sans révéler les dernières avancées, commente Jean-Paul Simier, un expert du marché de la viande, pour garder une longueur d'avance.

Posted on 2015/09/29 - Modified on 2016/01/08 - By Claire Fages

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias