Audio

Impression 3D d’un plâtre à ultrasons

Impression 3D d’un plâtre à ultrasons
Ce plâtre s’adapte parfaitement à la morphologie des patients, renforcé de son montage aux endroits des fractures.
A'Design Award
Les ultrasons c’est bon pour la santé, surtout pour ressouder les os fracturés. Un designer turc a conçu un plâtre imprimé en 3D, qui s’adapte à la morphologie des patients et accélère la guérison des blessures, grâce à des générateurs d’ultrasons intégrés. Le plâtre High Tech « Osteoid » est léger, aéré et résiste à l'eau.

Actuellement, pour plusieurs centaines d’euros, tout de même, vous pouvez avoir sur votre bureau une machine à recopier les objets. Et il y en a pour tous les goûts ! Désormais les imprimantes 3D sont à usages multiples, la matière vivante s’imprime aussi, les chercheurs s’en servent pour produire des tissus humains et ensuite les transplanter. L’impression 3D se met donc au service de la santé et sauve des vies comme le prouvait récemment, la greffe réussie d'un morceau de crâne fabriqué par imprimante sur une patiente de 22 ans. La future nouveauté high-tech médicale sera un « plâtre » intelligent baptisé Osteoid par son inventeur, le designer turc Deniz Karasahin, qui a reçu pour son innovation le premier prix du concours international « A’ Design Award » dans la catégorie des productions par impression 3D.

Ce plâtre qui s’adapte parfaitement à la morphologie de chaque patient avec un renforcement de son montage aux endroits des fractures, est de couleur noire, avec des lignes sobres, et design oblige, fait preuve d’une certaine élégance. Le confort en plus ! Il évite à son porteur, même après plusieurs semaines d’utilisation, les démangeaisons et de désagréables odeurs, selon son concepteur, grâce à sa structure ajourée, façon nid d’abeilles. Léger, aéré, peu encombrant, il résiste à l'eau, on peut donc prendre sa douche même affublé d’un Osteoid. Que demander de plus ? Que ce plâtre accélère la guérison des blessures évidement ! Et c’est possible ! Avec un dispositif à ultrasons de basse intensité, le système LIPUS qui équipe l'Osteoid permet aux fractures récentes non consolidées, de se ressouder plus rapidement qu'avec un plâtre classique d’environ 40%.

Cette innovation donne presque envie d’avoir un os fracturé, juste pour le plaisir de l’essayer. Hélas pour nous, ce prototype de pansement « High Tech » est encore à développer. Espérons qu’il voit le jour très bientôt… Et petit bémol : avec sa structure ajourée, on ne pourra plus gribouiller des petits mots doux ou des dessins sur le plâtre d’une personne proche, qui s’est cassée le bras pendant ses vacances… Vous avez des questions ou des suggestions, vous pouvez nous écrire à nouvelles.technologies@rfi.fr

Posted on 2016/02/08 - Modified on 2016/02/08 - By Dominique Desaunay

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias