Un homme essuie les larmes lors d'une veillée à Hong Kong le 4 juin 2009.
Un homme essuie les larmes lors d'une veillée à Hong Kong le 4 juin 2009.
Anthony Dickson / AFP
Article

Tiananmen: les familles des victimes réclament la fin du silence

C’est le 21e anniversaire de la répression du « Printemps de Pékin », place Tiananmen, le vendredi 4 juin 2010. Une intervention de l’armée après sept semaines d’occupation de la place Tiananmen par des étudiants et ouvriers, et qui aurait fait plusieurs milliers de morts. Malgré les appels répétés des familles des victimes, Pékin impose toujours le silence le plus total sur ces événements. Mais les mouvements démocratiques hongkongais tentent de maintenir la mémoire des événements de 1989.
By RFI -

Avec notre correspondant à Pékin, Marc Lebeaupin

Comme chaque année, dans le centre de Pékin, quelques femmes se sont rassemblées pour un hommage à leur enfants victimes de la répression de Tiananmen. L'occasion également chaque année de réclamer la vérité sur ces événements. Dans un communiqué, ces familles demandent au gouvernement de lever le voile sur ces événements, de reconnaître le nombre des victimes, jamais publié.

La volonté de rechercher la vérité en Chine croît chaque jour parmi les jeunes générations. »

signe plus

Zhan Lun, chercheur, étudiant en 1989, réfugié en France au lendemain du massacre de Tiananmen (02'36")

Mais comme chaque année, les autorités restent sourdes à ces appels. Un black-out total sur ces événements. Il n’y a pas le vendredi 4 juin la moindre allusion dans la presse de Chine continentale à ces événements de 1989. Pas même sur les arrestations ou les contraintes imposées aux anciens manifestants et dissidents de Tiananmen.

Il faut aller à Hong Kong, l’ancienne colonie britannique qui dispose d’un statut spécial, pour assister à une mobilisation en faveur des victimes de Tiananmen. L’année dernière, à l’occasion du 20e anniversaire, des centaines de milliers de personnes s’étaient rassemblées dans le plus grand parc de Hong Kong, pour défendre la mémoire des victimes de Tiananmen, réclamer la vérité, et surtout défendre la liberté en Chine et à Hong Kong.

Mais malgré le statut particulier de l’île, ces partisans du mouvement démocratique sont confrontés à la répression policière. Jeudi, la police est intervenue pour disperser une manifestation pour la libération de plusieurs dissidents. Ce vendredi, le mouvement démocratique interpelle le gouvernement de Hong Kong sur la remise en cause des libertés dans l’ancienne colonie britannique.

Posted on 2019/05/27 - Modified on 2019/05/31

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias