Le Brexit signe un nouveau chapitre dans les relations commerciales entre le Royaume-Uni et l'Union européenne mais aussi la fin d'une relation tumultueuse de 47 ans.
Le Brexit signe un nouveau chapitre dans les relations commerciales entre le Royaume-Uni et l'Union européenne mais aussi la fin d'une relation tumultueuse de 47 ans.
Kenzo TRIBOUILLARD AFP/File
Article

Royaume-Uni-UE: la fin d'une relation tumultueuse de 47 ans

Après dix mois de négociations interminables, le Royaume-Uni et l’Union européenne sont parvenus à un accord commercial post-Brexit. De nombreux changements dans les échanges commerciaux entre Londres et Bruxelles sont attendus des deux côtés de la Manche à partir du 1er janvier 2021, mais il s'agit aussi de la fin d’une relation tumultueuse.
By RFI -

Si cet accord signe le début d'un nouveau partenariat entre le Royaume-Uni et l'Union européenne, il est aussi l'épilogue d’une relation tumultueuse qui aura duré 47 ans. Et pourtant, Winston Churchill en 1946 parlait déjà des « États-Unis d’Europe ». Un projet garant de paix, jugeait le Premier ministre britannique. Mais pas question que son pays y participe.

►À (ré)écouter : J-D Giuliani: le Brexit «oblige les pays membres de l’UE à redéfinir le projet»

Dans les années 1950, des négociations sont en cours pour créer la CEE (Communauté économique européenne), l'ancêtre de l'Union européenne. C'est à ce moment qu'un fonctionnaire britannique a cette formule restée célèbre : « Dieu merci, ce que vous fabriquez n’a aucune chance d’exister. » Londres finit par frapper à la porte mais par deux fois, en 1963 et en 1967, le général de Gaulle y met son veto. L’entrée officielle se fait finalement en 1973. Mais après des débats déjà houleux et une classe politique divisée.

Margaret Thatcher, qui soutenait à l'époque la construction européenne, arrive ensuite aux commandes du Royaume-Uni. Elle devient une figure redoutée à Bruxelles avec son fameux « I want my money back » (Je veux qu’on me rende mon argent, en français). En 1984, la Première ministre obtient finalement un rabais sur la contribution britannique au budget européen.

Londres a aussi beaucoup milité pour l’élargissement de l’Europe à l’Est, concrétisé en 2004. Mais c'est finalement la présence jugée trop importante sur le sol britannique de travailleurs européens, notamment de l’Est, qui deviendra en 2016 lors du référendum un des arguments des Brexiters.

 

►À (ré)écouter : [Grand Reportage] La construction européenne dans la tourmente

Posted on 2020/12/31 - Modified on 2021/01/15

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias