Les Albanais du Kosovo célèbrent l'indépendance du Kosovo le 17 février 2008 à Lausanne, en Suisse occidentale.
Les Albanais du Kosovo célèbrent l'indépendance du Kosovo le 17 février 2008 à Lausanne, en Suisse occidentale.
Fabrice Coffrini / AFP
Article

L'indépendance a été proclamée

Après 10 ans d’assujettissement militaire de la population albanaise, les forces serbes quittèrent le Kosovo en juin 1999. Les bombardements de l’OTAN jusqu’au cœur de Belgrade sonnèrent la fin de la dernière guerre de l’ex-Yougoslavie. Depuis, la communauté internationale est devenue garante de la paix et de la stabilité dans cette région des Balkans et le Kosovo s’est engagé dans la construction des institutions démocratiques.
By Artan Pernaska -

Une nouvelle ère est advenue dans l’histoire récente du Kosovo depuis que les forces militaires et policières serbes ont été contraintes de quitter le Kosovo en juin 1999, après environ trois mois de bombardements de l’OTAN au Kosovo et en Serbie. C’était la dernière guerre de l’ex-Yougoslavie.

L’armistice entre l’armée ex-yougoslave et l’OTAN est signé le 9 juin 1999. L’ONU vote, le lendemain, une résolution qui prévoit l’envoi d’une force de maintien de la paix et d’aide à l’administration civile. La résolution 1244 place le Kosovo sous protection internationale et pourvoit à la reconstruction des institutions démocratiques locales sous l’égide de la communauté internationale. La KFOR (Kosovo Force) et la MINUK (Mission intérimaire des Nations Unies au Kosovo) sont créées, ainsi que la fonction d’un Administrateur civil international. Le premier à remplir cette tâche en tant que Haut représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU est le Français Bernard Kouchner, actuel ministre des Affaires étrangères de la France.

« Je souhaite bonne chance aux Kosovars. Je souhaite bonne chance à mes amis Serbes, je crois qu'il ne faut pas prendre les choses au tragique. Ne prenons pas ça comme un fracas. »

signe plus

 Bernard Kouchner, ministre français des Affaires étrangères (01'10")

 

La mise en place des institutions et de la vie démocratique

Sous l’égide de la MINUK et du Haut représentant de l’ONU, les institutions locales provisoires organisent les premières élections municipales d’après-guerre le 28 octobre 2000 et les premières élections générales le 18 novembre 2001. L’embryon d’un État démocratique et multi-ethnique voit le jour. Le Parlement du Kosovo est constitué et il regroupe plusieurs forces politiques.

Près de 50 partis, mouvements ou candidats indépendants se sont présentés aux diverses élections au Kosovo.

Du côté albanais, les partis principaux sont la LDK (Ligue démocratique du Kosovo), parti du président Ibrahim Rugova (décédé le 21 janvier 2006) ; et deux partis issus de l’ex-guérilla la PDK (Parti démocratique du Kosovo) et l’AAK (Alliance pour l’avenir du Kosovo).

Du côté serbe, les partis locaux ont créé un Conseil national serbe qui a connu deux branches au sud et au nord du Kosovo.

Près de 10 % des sièges de l’assemblée du Kosovo sont réservés aux Serbes du Kosovo et aux autres minorités nationales indépendamment de leur force politique et du rapport démographique avec la majorité albanaise.

Le chemin vers l’indépendance

En donnant le 24 octobre 2005 l’aval au début des négociations sur le statut final du Kosovo, le Conseil de sécurité mit fin au statu quo politique. Les négociations réunissant Serbes et Albanais sont conduites à plusieurs reprises sans résultat sous la médiation de l’ex-président finlandais Marti Ahtisaari mandaté par l’ONU. L’échec définitif de ces négociations a été constaté le 7 décembre 2007 par la troïka qui s’était proposé de relancer ces négociations.

À ce jour, le plan le plan de Marti Ahtisaari présenté à l’ONU le 26 mars 2007 semble celui qui a accueilli la meilleure adhésion des pays qui s’apprêtent à reconnaître l’indépendance du Kosovo. Il sera certainement à la base du développement du Kosovo dans un État libre et démocratique.

La monnaie, les timbres et les symboles étatiques

Depuis janvier 2000, la monnaie officielle du Kosovo est l’euro. La poste du pays met en circulation des timbres à l’effigie de la mission civile de l’ONU. Les Kosovars ont beaucoup de difficultés à obtenir des visas d’entrée dans d’autres pays, mais ils peuvent se munir de passeports de l’UNMIK. Après la déclaration de l’indépendance, le Kosovo aura un drapeau, un hymne national et des emblèmes étatiques nouveaux.

« C'est l'heure des choix à assumer, également pour les Albanais qui ont fait le choix de quitter la table des négociations et d'autoproclamer cette indépendance. C'est une indépendance, surveillée, octroyée, contrôlée, une indépendance sans souveraineté. »

signe plus

 Mihelo Papozoglu, conseiller et porte-parole à l'Ambassade de Serbie en France (00'48")

 

« Il est certain qu'actuellement l'économie est le point faible du Kosovo. Mais le Kosovo posséde des industries, des mines.  »

signe plus

 Pierre Hassner, philosophe et géopolitologue (01'02")

Posted on 2018/02/20 - Modified on 2018/03/16

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias