Audio

La Russie, entre crise et débâcle économique

Le président russe Vladimir Poutine, le 24 mars 2015.
Le président russe Vladimir Poutine, le 24 mars 2015.
Alexei Druzhinin/RIA Novosti/REUTERS
L’économie russe traverse l’une de ses plus sérieuses crises. Son PIB a rétrogradé de la 10ème à la 16ème place mondiale. La Russie sur le plan économique, c’est d’abord du pétrole et du gaz. Or, le prix des hydrocarbures a massivement chuté sur les marchés mondiaux, et la Russie en fait les frais. Comme si cela ne suffisait pas, les Occidentaux, les Européens en particulier, ont adopté des sanctions économiques et financières contre la Russie, en raison de sa politique ukrainienne. Alors dans quel état est aujourd’hui l’économie russe ? Est-ce une débâcle irréversible ou une crise qui sera surmontée comme toutes les autres ?

Première diffusion le 13/04/2015

Questions posées par Jean-Pierre Boris à ses trois invités :

- Cécile Vaissié, politologue, professeur de Littérature à l’Université de Rennes II
- Vladimir Kisselev, expert du marché russe au sein de la société Salveo
- Julien Vercueil, enseignant chercheur à l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales (INALCO).

Les investisseurs étrangers commencent à se détourner de la Russie. Les entreprises étrangères désertent, en particulier, le secteur de l’automobile. La filiale locale de Peugeot-Citroën et de Mitsubishi a annoncé, fin mars 2015, qu’elle suspendait ses opérations en Russie. Même le géant américain Ford réduit la voilure. C’est un reportage Eco d’Ici Eco d’Ailleurs signé Muriel Pomponne à Moscou et à Saint-Pétersbourg.

 

 

Depuis la chute du régime communiste, l’une des grandes nouveautés en Russie, sur le plan économique, c’est l’apparition d’un pouvoir d’achat important, d’une classe de consommateurs. Et aujourd’hui, cette classe de consommateurs souffre. C'est un reportage Eco d'Ici Eco d'ailleurs de Muriel Pomponne à Moscou.

 

 

La Russie, en difficulté, en butte aux sanctions européennes et américaines doit trouver des nouveaux partenaires – et se tourne naturellement vers le voisin chinois. En commun une frontière de 4300 kilomètres et pas mal d’intérêts même si les deux pays ne sont pas tout à fait égaux. Heike Schmidt, correspondante de RFI à Pékin fait le point.

 

 

Posted on 2016/09/28 - Modified on 2016/09/28 - By Jean-Pierre Boris

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias