Audio
La propagande du groupe Etat islamique
Un jihadiste brandit le drapeau de l’organisation Etat islamique, à Racca, une ville du centre de la Syrie, juin 2014.
Stringer/Reuters
Nous parlons avec Amaury de Rochegonde, de l’hebdomadaire Stratégies, des vidéos, de la propagande du groupement de l’État islamiste qui s’exprime désormais en français afin de pousser à la radicalisation des jeunes internautes sans repère.

2'24" - Première diffusion le 22/11/2014

De plus en plus, subrepticement, des images et des discours non contrôlés, non filtrés nous arrivent par le biais d’Internet. C’est un discours de haine, comme il y a des images d’horreur, et pourtant tout est fait pour capter l’attention : une présentation léchée, un habillage au logo d’un organe de presse, Al-Hayat, et surtout des jeunes à visage découvert s’exprimant en français pour convaincre des francophones de rejoindre leur lutte ou, à défaut, de terroriser les mécréants sur leur sol. Ce qui est frappant, c’est que ce n’est pas tant un discours religieux qu’un discours à prétention politique. On y parle de taxes servant à financer la guerre contre l’État islamique, des humiliations subies par les musulmans en France. Avec cette particularité que l’on ne cherche pas tant à convaincre l’internaute qu’à le prendre à la gorge pour lui imposer l’idée que le ralliement à Daesh est une évidence, qu’il devrait avoir honte de ne pas être encore parti… Une méthode qui est le propre des sectes et qui nous rappelle, comme dit Jean-Pierre Filiu, professeur à Sciences Po, que nous sommes dans le monde de la sous-culture, de l’infra-religieux. Non seulement, nous dit le chercheur dans Le Monde, elle ne peut prendre que chez les Musulmans qui n’ont aucune culture de l’Islam mais elle « ne peut attirer que des enfants de Facebook et des jeux vidéo ».

Selon les services secrets, plus d’un quart des recrues occidentales de l’EI ne sont ni musulmanes ni arabes, à l’instar du jeune Normand Maxime Hauchard, impliqué dans la vidéo de décapitation de 18 soldats syriens. D’où l’importance de ces images qui circulent sur le Web ou les réseaux sociaux en diffusion directe, sans aucune médiation. Certes, Facebook comme Twitter ou Reddit tâchent de les enlever dès qu’elles apparaissent mais le temps qu’elles soient retirées, elles ont été vues et partagées. Et l’occultation volontaire de ces vidéos par les médias n’empêche pas une tendance de fond : nul n’a plus besoin du truchement médiatique pour entrer en contact avec la propagande de l’EI. Faut-il faire appel à des voix écoutées des jeunes pour la combattre ? En attendant, ces images remplissent leur fonction propagandiste : de même que certaines inspirent la terreur et font fuir les habitants des villes d’Irak quand elles montrent des décapitations, celles-ci font croire à l’existence d’un mouvement internationaliste jihadiste auquel les musulmans seraient tenus de se rallier. Il s’agit d’exporter l’EI dans les consciences occidentales et plus seulement de faire croire que l’EI est un État, comme le faisait les vidéos de Vice News embedded à Raqqa.

Posted on 2016/04/06 - Modified on 2019/05/17 - By Amaury de Rochegonde

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias