Audio
Le Président iranien
Le président iranien Hassan Rohani, le 10 octobre 2016.
Athit Perawongmetha/Reuteurs
Grand Reportage nous emmène aujourd’hui en Iran où la plupart des sanctions internationales ont été levées, depuis l’accord qui a mis fin en 2015 à la crise du nucléaire iranien. Cet accord, le président américain élu Donald Trump a promis de le « déchirer » durant la campagne, ce qui fait planer une nouvelle incertitude sur l’avenir de l’Iran après les années de sanctions… Un Grand Reportage de Nicolas Falez à Téhéran.

19'30" - Première diffusion le 28 novembre 2016

-  Le directeur commercial de l'agence de voyage Pardisan à Téhéran, Mehdi Shariati : le regain d'activité touristique. Avec l’afflux des visiteurs venus de partout dans le monde, les emplois sont en forte hausse dans le tourisme. On attend ici que des grandes chaînes d’hôtellerie investissent pour ouvrir de nouveaux établissements, les infrastructures existantes n’étant pas suffisantes.

- Un étudiant en informatique : le manque de perspectives d'emploi en Iran.

- Saïd Leilaz, économiste, proche du Président Rohani : Où en est l'économie du pays ?
La croissance dépasse 5% par an - l’une des meilleures réussites au Moyen-Orient - l’inflation a nettement diminué et le pouvoir d’achat augmente un peu. L’un des points noirs est le taux de chômage (autour de 12% aujourd’hui)  qui va continuer de croître pour des raisons démographiques, malgré la création de 750 000 emplois par an. L’économie souffre aussi du manque d’investissements et d’une faible productivité. Mais le principal obstacle au développement c’est la corruption. Sans mise en place d’un système judiciaire fort, ce problème va perdurer.

- Ariabod Dehnad, consultant en stratégie franco-iranien, basé à Téhéran : la levée des sanctions internationales et les nouvelles opportunités. De nombreuses entreprises commerciales occidentales viennent en Iran dans le but d’investir. Mais elles se heurtent au système bancaire qui ne fonctionne pas encore normalement. De plus, elles craignent de subir des sanctions sur le marché américain car les sanctions « primaires » du début des années 80 n’ont toujours pas été levées par les Etats-Unis.

- Hussein, directeur commercial d'une société iranienne de désalinisation d'eau de mer : travailler avec des partenaires étrangers, un casse-tête quotidien.

- Hossein Rarfar, économiste, directeur de l'Institut pour la recherche économique : quelles conséquences pour l'Iran après l'élection de Donald Trump ? Les Iraniens restent optimistes car revenir sur l’accord nucléaire serait trop coûteux pour les Américains.  

 

Posted on 2016/12/08 - Modified on 2017/06/02 - By Nicolas Falez

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias