mots-actu_s.png
RFI
Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

Le festival d’Avignon bat son plein et on parle donc plus que d’habitude de théâtre et de spectacles. Avec plusieurs acteurs ou actrices. Parfois un seul ou une seule. Comment est-ce qu’on les nomme, ceux-là? One man show ? One woman show ? Ces expressions sont encore comprises, encore parfois utilisées, mais en perte de vitesse : ça sent les années 60 ! Et ces anglicismes ont donc été remplacés. Seul(e) en scène ? Oui ça s’entend, dans un langage surveillé. Mais ça n’est pas encore totalement passé dans l’usage courant, même si l’image est conservée et que le sens est très transparent.

Alors de plus en plus on parle de solo, de spectacle en solo, pour un homme comme pour une femme. L’expression a cet avantage d’être aisément compréhensible : solo évoque seul !

Et la formule vient de la musique, domaine où elle a plus d’un usage et plus d’une signification. Là encore, on évoque une prestation en public, un spectacle, parfois un enregistrement. Et parfois on précise : piano solo, guitare solo. Certains instruments s’y prêtent moins, mais on en trouve quand même des exemples : Syrinx est une pièce pour flûte solo de Debussy. Et on rencontre même des solos de contrebasse, de trompette, bien que ces musiques soient forcément plus ardues à écouter.

Mais attention, le sens du mot peut varier. À l’intérieur d’une symphonie, par exemple, écrit pour tout un orchestre, on peut avoir un solo de hautbois : un moment où le hautbois est l’instrument principal, qui se fait entendre en vedette, même s’il est soutenu par tout l’orchestre. Et le mot se rencontre plus encore dans le jazz, cette musique improvisée : au sein d’un ensemble, un instrument peut se détacher pour se placer devant les autres.

Solo, un mot bien français alors ? Oui depuis le temps, il a été naturalisé. Mais on entend bien son origine italienne, ce « o » final qu’on retrouve dans de nombreux termes du lexique musical.

Alors parfois, surtout dans une langue technique, précise, et même un peu snob, on garde le pluriel à l’italienne : un solo, des soli. Comme on entend dire des concerti, des tempi ou des tutti. Dans le jazz aussi ? Non ! Là, on parlera des solos. Car le mot n’est pas senti comme italien, mais comme américain. Et si l’on veut être encore plus technique, on parlera de chorus, pour désigner le moment où un musicien se détache des autres, parfois fait un pas sur le devant de la scène et se lance dans une improvisation aventureuse.

Quant au mot solo, il a si bien intégré les habitudes du français, que familièrement, on peut même dire qu’on fait quelque chose en solo, quand on le fait tout seul.

Avertissement !  
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensable un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

Logo DGLFLF Ministère de la Culture

En partenariat avec la Délégation Générale à la Langue française et aux Langues de France (DGLFLF)

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias