mots-actu_p.png
RFI
Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

L’avenir appartient aux patriotes, non aux mondialistes. La phrase est traduite de l’anglais, puisque c’est Donald Trump qui l’a prononcée lors de son discours à la tribune de l’ONU. Mais ces deux mots, patriote et mondialiste, sont aisément traduisibles en français, ils évoquent la même famille linguistique, et ils ont à peu près le même écho. Patriote par exemple est un terme fort ancien en français. A-t-il une signification unique ? Pas vraiment, mais surtout son sens change en fonction de la période historique.

Il a d’abord signifié ce qu’on appelle aujourd’hui un compatriote : quelqu’un qui est du même pays que vous. Et vers le milieu du 18e siècle, à une époque où tout un vocabulaire politique change, il prend le sens qu’on lui connaît aujourd’hui, à peu de chose près : Un patriote est quelqu’un qui manifeste des sentiments patriotiques, c’est-à-dire « qui aime sa patrie et la sert avec dévouement » pour citer un texte de cette époque. 

Mais le mot prend un sens plus précis avec la Révolution : on se souvient du slogan « La patrie en danger » qui a suscité un élan vif pour défendre la France contre les ennemis de cette patrie, qui cherchaient en même temps à rétablir l’Ancien Régime. Les patriotes défendent donc la jeune nation révolutionnaire, et par rapport à la situation intérieure, le mot va désigner les Révolutionnaires, notamment les plus ardents, et souvent ceux qui sont prêts à se battre. Et l’idée de Patrie s’opposait à un certain internationalisme de la noblesse : les familles régnantes d’Europe s’allient entre elles, et les aristocrates français émigrent en Angleterre. Le mot de patriote, plus encore que patriotisme, est lié au combat. Et sous l’Occupation allemande par exemple, on entend ne nouveau ce mot : de nouveau, la patrie est en danger, et les patriotes s’opposent aux collaborateurs.

Mais il a souvent été lié au nationalisme, et parfois au plus étroit, au plus sectaire. Ça a été le cas au début du 20e siècle, et pendant l’affaire Dreyfus en particulier. Dans ce cas, il était lié à l’antisémitisme, mais aussi à la haine de l’étranger.

Aujourd’hui son sens est encore un peu dans cette lignée, même s’il est un peu moins haineux. Mais il est très proche d’un nationalisme fort, et qui se méfie toujours de l’étranger. Et cette étiquette est fortement associée à des mouvements de droite ou d’extrême droite, et évoque des sensibilités politiques protectionnistes et le plus souvent repliées vers l’intérieur des frontières.

Et il est encore souvent lié à une fonction agressive, violente, parfois guerrière : Patriot est le nom d’un missile américain !

Avertissement ! 
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensable un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

Logo DGLFLF Ministère de la Culture

En partenariat avec la Délégation Générale à la Langue française et aux Langues de France (DGLFLF)

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias