#French in the news

Observatoire

mots-actu_o.png
RFI
Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

En Israël, le directeur de Human Rights Watch bientôt expulsé ? En tout cas c’est ce que souhaite la Cour Suprême du pays qui a validé la demande d’expulsion d’Omar Shakir. Et Omar Shakir dirige bien cette organisation non gouvernementale en Israël. Une organisation dont le nom est anglais, qu’on prononce généralement en anglais, parfois en se servant du sigle HRW, parfois même en traduisant : l’Observatoire des droits humains, ou des droits de l’Homme. 

En tout cas ce terme d’observatoire se rencontre assez souvent pour désigner ce genre d’institution qui recueille des informations et parfois produit des réflexions. On trouve ou on a trouvé ainsi, en France, un Observatoire sociologique du changement, observatoire des prix, observatoire des inégalités, des discriminations, ou même des produits dans certaines administrations qui veulent décerner leur label de qualité à telle ou telle production qu’on leur soumet…

Un observatoire c’est bien au départ, un lieu d’où l’on observe. Notamment le ciel. C’est donc un poste d’observation astronomique, où l’on peut installer des télescopes puissants. Il en existe un, ancien et beau, à Paris, qui n’est plus en service, car on s’est aperçu que la capitale était l’un des plus mauvais sites d’observation : trop lumineux, alors que pour bien observer, il faut être soi-même dans l’ombre.

Observer le ciel, c’est donc le scruter, l’analyser, tâcher de la comprendre, de le connaître en le regardant avec attention. Le sens du verbe est assez proche du sens du verbe latin observare : surveiller, porter son attention sur…

Alors que les premiers sens du verbe observer en français sont assez différents.

Le mot est ancien : il apparaît en français vers le 10e siècle, mais essentiellement avec le sens de « se conformer à… » Un sens d’ailleurs qu’il a toujours : observer une règle, c’est ne pas l’enfreindre. Et même s’efforcer de ne pas l’enfreindre, y prendre garde…

Et en particulier ne pas se départir d’une certaine prudence, éviter l’excès. On dit encore « observer une certaine réserve ».

Puis le mot a pris le sens de « considérer avec attention », notamment dans un contexte divinatoire. Avant l’astronomie, c’est donc l’astrologie qui a accueilli le mot : on observait les étoiles pour imaginer le destin des gens, ou se faire une idée de leur avenir.

Le mot entame après cela une carrière militaire : observer c’est guetter, contrôler. Et il prend enfin de façon très courante le sens de scruter. C’est donc regarder, mais avec une attention soutenue, pour ne rien laisser au hasard, pour que rien ne nous échappe. Ce qui explique le succès d’un mot comme Observateur dans la presse… Le nouvel Observateur anciennement France Observateur, et à Rome, l’Osservatore Romane, journal du Vatican.

Et donc, pour réunir des observateurs… rien de tel qu’un observatoire.

Avertissement ! 
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensable un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

Logo DGLFLF Ministère de la Culture

En partenariat avec la Délégation Générale à la Langue française et aux Langues de France (DGLFLF)

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias