#French in the news

Journal en français facile 29/05/2017 20h00 GMT

Image par défaut des émissions / éditions
RFI
Transcription

Namour Dosso : Vous écoutez radio france Internationale. Il est 22 heures à Paris, 20 Heures en Temps Universel. Soyez les Bienvenue dans votre journal en Français Facile. À mes côtés pour vous informer ce soir, Vincent Dublange. Bonsoir Vincent.

Vincent Dublange : Bonsoir Namour, bonsoir à tous.

ND : Et à la une : le président français, Emmanuel Macron a reçu, au Château de Versailles le président russe, Vladimir Poutine. Les deux hommes ont tenu une conférence de presse au cour de laquelle ils ont évoqué de nombreux sujets. On fait le point dès le début de ce journal. En Irak, l'armée continue sa reconquête à Mossoul. Les jihadistes tiennent encore une partie de la ville. Mais pour les militaires irakiens, la fin des terroristes est proche. Des pluies diluviennes ont causé la mort d'au moins 180 personnes au Sri Lanka. C'est la conséquence d'une mousson particulièrement meurtrière. Enfin, L’Union européenne prend des sanctions contre 9 hauts responsables du gouvernement de Joseph Kabila en République Démocratique du Congo. Les européens réagissent après les violences qui secouent la province du Kasaï.

-------

VD : Mettre fin à cinq années de relations mouvementées entre la France et la Russie. Tel était l'objectif de la rencontre cet après-midi, entre Emmanuel Macron et Vladimir Poutine.

ND : Le président Français a accueilli, son homologue Russe sur le tapis rouge, déroulé dans la cour du château de Versailles. Les deux chefs d'États se sont ensuite isolés, pour aborder les sujets de discussions. Parmi eux, le terrorisme, la situation en Syrie., mais aussi le dossier ukrainien. Ils ont tenu une conférence de presse commune par la suite. Anastasia Becchio du service internationale de RFI est avec nous en studio. Anastasia, lors de cette conférence de presse, on a assisté à un  échange de point de vue franc et direct entre les deux hommes.

« Ça a été un échange extrêmement franc, direct nous nous sommes, je crois, tout dit. On partage des désaccords mais au moins on les a partagés » : voilà comment Emmanuel Macron a résumé la rencontre/ Tout comme son hôte, le président français a affirmé qu’il entendait approfondir les relations bilatérales et travailler à construire des actions communes. Sur le dossier syrien, le président français a tracé sa ligne rouge : « toute utilisation d’armes chimiques par qui que ce soit fera l’objet de représailles et d’une riposte immédiate de la part des Français ». Vladimir Poutine lui a souligné qu'il n'était pas possible de lutter contre le terrorisme en détruisant l'État syrien. Sur l’Ukraine, Emmanuel Macron a annoncé une réunion au format de Normandie dans les jours ou les semaines qui viennent. Beaucoup de sujets évoqués donc, et notamment le sort des ONG et des homosexuels en Russie, comme la précisé le président français au côté d'un Vladimir Poutine impassible. À l'issue de la conférence de presse, les deux hommes ont visité ensemble l'exposition "Pierre le Grand, un tsar en France", puis Vladimir Poutine s'est rendu avec sa délégation quai Branly, dans la nouvelle cathédrale orthodoxe russe aux bulbes dorés, ouverte en octobre dernier. À l'époque, le président russe avait dû renoncer à venir à son inauguration sur fond de crise à propos de la Syrie.

ND : Des discussions diplomatiques ont également, eu lieu ce lundi sur les bords du Nil en Égypte. Le ministre Russe des affaires étrangères Sergueï Lavrov, et le ministre russe de la défense, Sergueï Choïgou. Ils ont été reçus par le chef d'État égyptien Abdel Fattah Al Sissi, ainsi que par le chef de la diplomatie égyptienne. Les réunions ont porté sur les situations en Syrie et en L ibye. La Libye où vendredi dernier l'aviation égyptienne a mené des frappes contre des positions tenu par les jihadistes, en réponse à l'attentat contre un bus transportant des chrétiens coptes dans le centre du pays. Une attaque revendiquée par le groupe terroriste État Islamique.

VD: Les forces iraquiennes continue de reconquérir mètre par mètre la deuxième ville d'Irak, Mossoul.

ND : Les autorités appellent les civils à fuir. Depuis samedi, l’armée mène plusieurs attaques simultanées contre les derniers quartiers toujours contrôlés par le groupe terroriste État Islamique. Les jihadistes sont retranchés dans la vieille ville de Mossoul composés de ruelles étroites. Un lieu qui ne restera pas longtemps impénétrable selon le Lieutenant-Colonel Ansaïf Al Zanguine, des forces d'interventions irakiennes pour lui la fin des jihadistes est toute proche.

« Dieu merci nous poursuivons notre avancée via le quartier de Zinjili. Je ne vais pas pouvoir vous parler longtemps, je suis actuellement sur le terrain... il y a des combats. Nous livrons bataille en ce moment-même. Nous avons avancé du côté de l’usine de Pepsi-Cola, de Mossoul, en direction de la vieille ville. Je pense que la fin des djihadistes est proche. Nos hommes ont traversé au niveau du troisième pont au nord de Mossoul, et sont en train de redescendre vers la vieille ville plus au sud. Nous menons l’offensive via trois axes. Il y a nos troupes, de la division d’intervention rapide, il y a aussi la Golden Division, et la 9ème division de blindés. Seul Dieu sait quand arrivera le dénouement final. Peut-être dans quelques jours, dans un mois ou davantage... je ne sais pas. Mais pour le moment nous avons mis en place des couloirs sécurisés pour que les civils puissent quitter la vieille ville. Nous avons des véhicules qui les conduisent ensuite vers les camps humanitaires. En tout cas la bataille se poursuit nuit et jour. Il y a des combats 24h/24h et nous sommes appuyés par l’aviation. » Le Lieutenant-Colonel Ansaïf Al Zanguine de la division d’intervention rapide des forces irakiennes contacté à Mossoul, par Sami Boukélifa. 

ND : L’Indonésie a été le théâtre d'un tremblement de terre d'une magnitude 6,6. La secousse s'est produite sur l'île de Célèbes situé à 300 kilomètre à l'Est de Bornéo. La secousse a été fortement ressentie. Pour le moment, il n'y aurait pas de victimes. L'archipel indonésien se situe sur ce que les scientifiques nomment la Ceinture de feu du Pacifique. Lieu où les chocs entre les plaques tectoniques sont à l'origine de nombreux séismes. 

VD : Au Sri Lanka. La mousson, c'est à dire ces vents violents accompagnés de forte pluie a été plus la plus meurtrière depuis 2003.

ND : Les inondations ont causé la mort de cent quatre-vingt personnes selon bilan encore provisoire. Cent deux personnes sont toujours portées disparues, quatre-vingt-huit autres restent hospitalisées. Un demi-million de Sri Lankais ont été déplacées depuis vendredi dans 7 districts du Sud et de l'Ouest du pays. Touchés par d'importants déluges de pluie et de glissements de terrain. Les précisions de Yelena Tomitch.

Profitant d'une accalmie dans les précipitations, les opérations de secours se sont intensifiées ce week-end, mais de nouvelles pluies ces deux prochains jours risquent de compliquer un peu plus la tâche aux nombreuses équipes déployées sur le terrain. Comme l'illustre un accident d'hélicoptère militaire dans l'extrême sud du pays à Baddegama. L'hélicoptère a perdu le contrôle et s'est écrasé contre une maison dans cette région inondée, fort heureusement sans faire de victimes. L'armée a également mobilisé plusieurs navires et des véhicules amphibies pour porter assistance aux sinistrés. Les autorités ont demandé une aide internationale pour pouvoir distribuer de la nourriture, des médicaments et des produits de première nécessité, aux 500.000 déplacés. Certaines zones, notamment dans la région touristique de Galle sont encore coupées du monde. Les eaux par endroits ont atteint une hauteur de trois étages, près de 2000 maisons ont été détruites dans les glissements de terrain. Par ailleurs, un cyclone qui a pris naissance dans le golfe du Bengale et qui provoque des vents violents dans toute la région, se dirige actuellement vers le Bangladesh. L'Inde a déjà émis des alertes aux pluies pour ses États du Nord-Est. 

VD : Ce Lundi la Corée du nord a procédé au lancement d'un engin balistique qui a fini sa course en Mer.

ND : Nouvelle condamnation de la communauté internationale. Pour le président américain Donald Trump, la Corée du Nord a montré un grand manque de respect à la Chine. Pékin est le seul allié du régime nord-coréen. Washington mise sur la Chine afin qu'elle use de son influence sur le régime Nord-Coréen et le convaincre de mettre un terme à ses programmes balistiques et nucléaires.

VD : L'actualité africaine, avec la République Démocratique du Congo. Les ministres de l'Union européenne, ont adopté aujourd'hui de nouvelles sanctions contre 9 autres responsables des services de sécurité et ministres congolais.

ND : Interdiction d'entrée sur le territoire européen et gel des avoirs. L'Europe s'inquiète de la situation de crise dans la province du Kasaï. Les noms qui figurent sur cette nouvelle liste, sont pour la plupart liés aux violences et la répression en cours dans le centre du pays depuis le mois d'août dernier. Les explications de Léa Lisa Westeroff.

Il y a d'abord le très redouté chef de l'Agence nationale de renseignement congolais, Kalev Mutond. Il avait échappé aux sanctions européennes en décembre dernier. L'union européenne estime aujourd'hui qu'il joue un rôle central dans la répression qui frappe l'ensemble du pays depuis plusieurs mois. Sont visés aussi l'ancien et l'actuel ministre de l'Intérieur. Evariste Boshab en fonction jusqu'en décembre 2016, et Ramazani Shadari en poste actuellement. Les deux sont considérés par l'UE comme responsables de l'usage disproportionné de la force dans les Kasaï du fait de leur fonction, la gestion de la sécurité sur le territoire. Sanctionné également, le chef milicien Gédéon Kyungu. Officiellement en résidence surveillée depuis octobre dernier à Lubumbashi. L'UE fait état de rapports selon lesquels ses hommes prêteraient main forte à la répression du soulèvement  populaire dans les Kasaï. Enfin l'Union européenne a également choisi d'envoyer un signal au visage médiatique du pouvoir congolais : Lambert Mende. L’organisation européenne le considéré comme le porte-parole de la politique répressive du gouvernement. Une politique qui viole le droit à la liberté d'expression et d'information et compromet une solution consensuelle et pacifique en vue de la tenue d'élections en République Démocratique du Congo, estiment les européens.

ND : Un mot de Tennis avec Roland Garros. L'espagnole Rafael Nadal n'a laissé aucune chance au Français Benoit paire. Victoire du Majorquin en trois sets (6-1, 6-4, 6-1). Le tenant du titre, le serbe  Novak Djokovic a battu le catalan Marcel Granollers en trois sets également (6-3, 6-4, 6-2). C'est la fin de ce journal en français facile, vous pouvez le réécouter et le podcaster sur notre site internet. Merci à Claude Batista pour la réalisation, merci à vous également Vincent. 

VD : Merci et bonne soirée.

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias