#French in the news

Journal en français facile 27/11/2017 20h00 GMT

Image par défaut des émissions / éditions
RFI
Transcription

Gilles Moreau : 21h à Paris, 20h en temps universel. Bonsoir à tous, voici votre Journal en français facile présenté ce soir avec Sylvie Berruet, bonsoir Sylvie !

Sylvie Berruet : Bonsoir Gilles, bonsoir à tous !

GM : Dans l’actualité : le voyage du pape en Birmanie. Arrivé ce matin à Rangoun, François rencontrera demain Aung San Suu Kyi. Il s'est déjà entretenu avec le chef de l'armée birmane. Cette rencontre n'était pas prévue par le programme officiel.

SB : Après plus de deux ans de discussions très serrées, l'Union européenne a approuvé aujourd'hui l'autorisation du glyphosate pour une période de 5 ans supplémentaires. 18 pays ont voté pour dont l'Allemagne. La France fait partie de ceux qui ont voté contre.

GM : Au Pakistan, les islamistes radicaux qui manifestaient ont mis fin à leur mouvement après avoir obtenu la démission du ministre de la Justice.

SB : Bientôt un mariage princier au Royaume-Uni. Le prince Harry épousera l'actrice américaine Meghan Markle au printemps prochain.

-----

SB : « La Birmanie n’exerce aucune discrimination religieuse » : c'est le chef de son armée qui l'affirme. Il a été le premier ce matin à Rangoun à rencontrer le pape François.

GM : La visite du pape a débuté par une rencontre surprise avec ce général. Il a été notamment question du sort des Rohingyas, cette minorité musulmane victime d' « épuration ethnique », mais aussi du rôle politique que joue l'armée en Birmanie. À Rangoun, les explications d'Aymeric Pourbaix :

C’est la première surprise de ce voyage : le pape François a accepté de recevoir plus tôt que prévu aujourd’hui le chef de l’armée de Birmanie, Min Aung Hlaing, en compagnie de quatre autres officiers généraux. En anticipant de trois jours la rencontre, les militaires démontrent donc qu’il faut toujours compter avec eux pour gouverner le pays. Mais le pape François ne s’est pas laissé impressionner. Au cours de cette rencontre qui a duré 15 minutes, pas une de plus, le pontife a insisté sur « la grande responsabilité » des autorités dans une période de transition. Transition économique, mais aussi transition politique : en clair, la timide ouverture du régime birman à des pratiques plus démocratiques est encouragée par le Saint-Siège, mais elle doit aussi s’accompagner d’une grande responsabilité, c’est-à-dire d’un sens de la retenue, en particulier de la part de l’armée. De fait, ce sont ces militaires qui sont accusés par les Nations unies d’épuration ethnique à l’encontre des Rohingyas. Si le pape a accepté de bouleverser son programme pour les recevoir - c’est une marque de considération - le pontife ne s’est pas privé, courtoisement, mais fermement, de souligner qu’il y a des limites à l‘exercice du pouvoir.

GM : Après avoir rencontré ce général, François a rendez-vous demain avec la prix Nobel de la Paix Aung San Suu Kyi.

SB : Au Pakistan, les islamistes radicaux qui manifestaient depuis près de 3 semaines ont obtenu satisfaction.

GM : Le ministre de la Justice a démissionné. Les manifestants lui reprochaient d'avoir voulu changer la loi sur le blasphème, un sujet très sensible au Pakistan. Les islamistes qui bloquaient le principal accès routier à la capitale Islamabad ont donc suspendu leur mouvement.

SB : La Turquie a observé ce lundi un jour de deuil national en solidarité avec l'Égypte.

GM : L’Égypte frappée par la très meurtrière attaque d'une mosquée dans le Sinaï, vendredi dernier (elle a fait plus de 300 morts et une centaine de blessés). Ce geste va dans le sens d'un réchauffement des relations entre Ankara et le Caire après des années de tensions. En 2013, la Turquie avait vivement protesté contre la destitution du président Morsi.

SB : Il est présenté en Turquie comme « le banquier » de l'imam Fethullah Gülen, le cerveau présumé du putsch raté de juillet 2016.

GM : Memduh Çikmaz a été arrêté au Soudan avant d'être remis à la Turquie où il est arrivé ce matin. Les autorités turques poursuivent la traque des présumés putschistes en Turquie, et à l'étranger. Nous retrouvons à Istanbul, Alexandre Billette :

Les autorités turques ne parviennent toujours pas à faire extrader Fethullah Gülen des États-Unis, mais si Washington refuse encore de collaborer avec Ankara sur ce dossier ce n'est visiblement pas le cas des autorités soudanaises, puisque Memduh Çikmaz a été arrêté avec le soutien des services de Khartoum. L'homme présenté par la presse turque comme le banquier de ce qui est appelé ici « l'Organisation terroriste Fethullah Gülen » a été rapatrié en Turquie après avoir été interrogé au Soudan où il était installé depuis près de deux ans, soit avant la tentative de coup d'État. Mais, selon Ankara, il aurait transféré plusieurs millions de dollars depuis le Soudan notamment pour financer le putsch raté. À défaut de Fethullah Gülen les autorités turques espèrent donc mettre la main sur ses proches : les services de renseignements turcs ont même mis en place une équipe spéciale qui travaille uniquement à la traque à l'étranger des supposés complices du coup d'État raté.

GM : Le Hamas refuse de rendre les armes, à l'approche de la date fatidique du 1er décembre. Le Hamas doit transférer à l'Autorité palestinienne d'ici à vendredi le pouvoir dans la bande de Gaza. Le mouvement islamiste veut conserver les armes qu'il possède et menace même de lancer des attaques contre Israël en Cisjordanie.

SB : Après plus de deux ans de discussions très serrées, l'Union européenne a approuvé aujourd'hui l'autorisation du glyphosate pour une période de 5 ans supplémentaires.

GM : Le glyphosate est le composant principal d'herbicides qui seraient très dangereux pour la santé. Les écologistes veulent son interdiction pure et simple. Aujourd'hui la proposition de la Commission européenne a été approuvée par 18 pays, dont l'Allemagne, qui s'était abstenue lors du précédent vote. Quant à la France, elle fait partie des 9 pays qui ont voté contre. Elle regrette le vote intervenu aujourd’hui. Le président Macron promet que le glyphosate sera interdit en France « au plus tard dans trois ans ». Écoutons la réaction de l'eurodéputé socialiste français Eric Andrieu. Il redoute une autorisation qui se prolonge au-delà de 5 ans :

Si on regarde le règlement européen, on est partis pour 8 ans d'autorisation de la molécule. Quoiqu'il se passe pendant 5 ans. Dans 5 ans on votera de nouveau et décidera d'un renouvellement ou pas. Mais dans tous les cas de figure, comme le dit le règlement européen, il y a un an d'utilisation de la molécule et entre 6 mois et deux ans pour vider les stocks... Donc aujourd'hui quand on dit 5 ans, dans tous les cas de figure à minima c'est 8 ans d'utilisation. Je pense qu'on fait prendre beaucoup de retard à l'agriculture européenne dans un contexte mondial qui va très vite. Et donc la question du changement de modèle agricole sur laquelle la profession est prête, en tout cas, par cet acte-là on n'encourage pas au changement de modèle, du coup on met en danger l'agriculture européenne. Je continue à penser que ce n'est pas responsable, ça n'enlève rien à la controverse c'est-à-dire qu'il y a des avis scientifiques divergents. Du coup on bafoue le principe de précaution... J'ai envie de dire tout simplement que les lobbies ont gagné cette manche de plus.

GM : Eric Andrieu interrogé par Agnès Rougier. Moderniser la relation franco-africaine : c’est l'objectif poursuivi par Emmanuel Macron, attendu au Burkina Faso, première étape d'une tournée qui comprend aussi la Côte d'Ivoire et le Ghana. Le chef de l'État s'adressera aux jeunes demain matin à l'université de Ouagadougou.

SB : Un prince et une actrice, comme dans un conte de fées ! Harry et Meghan se marieront au printemps prochain !

GM : C’est maintenant officiel. La confirmation est venue à Londres de Clarence House, la résidence officielle du Prince Charles. Harry, 33 ans , le frère cadet de William, épousera bien l'actrice américaine Meghan Markle, âgée elle de 36 ans. Les précisions à Londres de Muriel Delcroix :

Les rumeurs d'une nouvelle demande en mariage royale allaient bon train depuis l'arrivée ces derniers jours de Meghane Markle à Londres et sa décision toute récente de quitter la série télévisée américaine Suits après le tournage de la septième saison. Tout se sera passé très vite alors que le couple avait dû officialiser sa relation en novembre 2016 dans des circonstances peu glorieuses pour la presse britannique : face à des tabloïds déchaînés qui insistaient lourdement sur la couleur de la peau de la jeune actrice métisse, le prince Harry était intervenu pour faire cesser « le harcèlement et le racisme » à l'encontre de Meghane Markle. A 33 ans, Harry, le cadet du prince Charles et Diana, a donc trouvé à son tour sa princesse, de 3 ans son aînée. Il s'inscrit dans la lignée de son frère William puisqu'il s'apprête à épouser une « commoner », qui n'est pas issue de l'aristocratie britannique. Mais Harry va plus loin, car non seulement Meghane Markle est Américaine, actrice, métisse, mais elle est en plus divorcée après avoir vécu jusqu'en 2013 avec un producteur hollywoodien. Le même scénario avait obligé le roi Édouard VIII à abdiquer par amour pour une autre américaine divorcée, Wallis Simpson. 80 ans plus tard, le mariage à l'église du jeune prince a cette fois reçu la bénédiction de toute la famille à commencer par la reine Élisabeth II qui est, nous dit-on « absolument ravie ».

GM : La bourse. Début de semaine en baisse en Europe. La bourse de Paris a reculé de 0, 56 %. C’est la fin de votre Journal en français facile à retrouver sur notre site à la page RFI Savoirs. Bonsoir à tous, bonsoir Sylvie !

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias