#French in the news

Journal en français facile 26/08/2019 20h00 GMT

Studio RFI
Transcription

Aurélien Devernoix : Bonsoir à toutes et à tous, il est 22h à Paris, 21h à Kinshasa, l’heure de votre Journal en français facile et à mes côtés pour présenter ce journal, Zéphyrin Kouadio, bonsoir Zéphyrin.

Zéphyrin Kouadio : Bonsoir.

AD : Le sommet du G7 s’est achevé ce lundi à Biarritz dans le sud-ouest de la France. Une réunion marquée par un effort concerté sur la crise iranienne. Mais aussi de nombreuses discussions économiques.

ZK : La République Démocratique du Congo a un nouveau gouvernement. Il a été annoncé ce matin après 7 mois d’attente. Nous évoquerons les principaux dossiers qui attendent l’équipe du 1er ministre Sylvestre Illunga Illunkamba.

AD : Nous évoquerons également la situation des centaines de milliers de réfugiés Rohingyas au Bangladesh. Depuis leur fuite de Birmanie, ils vivent dans des camps où les relations sont tendues avec les autorités locales.

ZK : Et puis de nouvelles accusations d’agressions sexuelles contre Harvey Weinstein. Résultat, le procès du producteur américain de cinéma est reporté à janvier prochain.

-----

ZK : Le Sommet du G7 s’est donc achevé ce soir à Biarritz. La ville de la côte atlantique a accueilli 3 jours de discussions entre les dirigeants américain, français, britannique, allemand, italien, japonais et canadien.

AD : Et cette réunion annuelle a été dominée par la crise iranienne, avec la visite surprise dimanche du chef de la diplomatie iranienne et l’annonce lundi d’une initiative française : Emmanuel Macron propose d’organiser une rencontre entre Donald Trump et son homologue iranien Hassan Rohani. Les chefs d’état et de gouvernement ont abordé de nombreux autres sujets durant le sommet. Emmanuel Macron envisageait de refermer la réunion en se passant de la traditionnelle déclaration : il y en a finalement une, très succincte, Nicolas Falez.

Les conclusions écrites de ce G7 tiennent en une page sur laquelle les chefs d’état et de gouvernement s’engagent d’abord à réformer les règles du commerce mondial afin « d’éradiquer les pratiques commerciales déloyales ». Sur l’Ukraine, la Libye ou Hong Kong, les paragraphes sont courts et sans surprise, appelant ici à des négociations et là à éviter des violences. Le texte ne mentionne pas la lutte contre les inégalités dont la France a fait sa priorité durant cette année de présidence du G7. Pas un mot non plus sur les questions environnementales mêmes si elles ont occupé une place importante durant ce week-end de discussions et que le G7 a débloqué une aide d’urgence pour lutter contre les feux de forêt en Amazonie. Ce Sommet de Biarritz s’est déroulé dans une ambiance très différente de celle qui était attendue, chacun pouvait redouter des moments de tension face à Donald Trump. Au contraire il accepte pour l’instant l’initiative française sur l’Iran et n’exclut pas une rencontre avec le Président iranien Hassan Rohani.

AD : Et en 2020 ce sont les États-Unis qui accueilleront le Sommet du G7. Donald TRUMP souhaite l’organiser à Miami en Floride. À noter que le président iranien Hassan Rohani a fait part de son intention de participer à une éventuelle réunion avec son homologue américain. « Nous devons utiliser tous les outils pour servir les intérêts de notre nation », a insisté Hassan Rohani, critiqué par l’aile dure du régime iranien après la visite à Biarritz de son ministre des Affaires étrangères.

ZK : Ce sommet du G7 a donc été le théâtre de nombreuses négociations Aurélien, dont certaines en marge des discussions officielles.

AD : C’est ainsi dans la résidence secondaire du ministre français de l’Économie Bruno Le Maire, située à une trentaine de kilomètres de Biarritz, que se sont tenues les tractations franco-américaines sur la taxation des géants du numérique. Les États-Unis étaient furieux de la taxe visant les GAFA décrétées par la France, 3 % du chiffre d’affaires des entreprises concernées. Un terrain d’entente a finalement été trouvé et transmis aux participants du sommet. Une taxe internationale sur les activités numériques pourrait ainsi voir le jour d’ici l’an prochain sous l’égide de l’OCDE.

ZK : C’est la fin d’une très longue attente en République Démocratique du Congo.

AD : Le Premier ministre Sylvestre Illunga a dévoilé tôt ce matin la composition de son gouvernement, 3 mois après sa nomination et sept mois après l’investiture du président Félix Tshisekedi. Les tractations ont donc été longues et difficiles pour parvenir former ce gouvernement de coalition entre les plateformes du chef de l’État et celle de son prédécesseur Jospeh Kabila qui a conservé la majorité au Parlement. Prochaine étape, l’investiture par l’Assemblée nationale avant de s’attaquer aux dossiers en souffrance. Plusieurs urgences attendent ainsi les nouveaux ministres notamment dans les domaines de la santé, de l’éducation et de la sécurité. Correspondance, à Kinshasa de Patient Ligodi.

L’un de plus grands défis de ce gouvernement sera la mise en route de la gratuité de l’enseignement de base. Disposition constitutionnelle et surtout promesse ferme de Félix Tshisekedi, cette réforme doit être effective dès la rentrée scolaire soit en septembre. Il faudra mobiliser environ 2 milliards 500 de dollars américains cette année pour payer les enseignants et construire de nouvelles salles de classe. Cette responsabilité a été confiée à Willy Bakonga, qui a été nommé ministre d’État en charge de l’enseignement primaire, secondaire et technique. Promoteur d’école, cadre du PPRD, le parti de Joseph Kabila, Willy Bakonga avait déjà été deux fois ministre de la Jeunesse et de sports. L’autre défi de ce gouvernement, c’est la lutte contre l’épidémie de la maladie à virus Ebola qui sévit dans le pays depuis plus d’une année et qui a causé déjà près de 2000 morts. Cadre de l’UDPS, docteur André Eteni Longondo a été nommé ministre de la Santé. Il aura notamment la charge, au nom du gouvernement et en collaboration avec le secrétariat technique piloté par Docteur Jean Jacques Muyembe, de trouver le financement pour le 4e plan de riposte contre la maladie. Parmi les urgences, il y a également l’insécurité dans l’est de la RDC. Au moins 1900 personnes tuées par les groupes armés de juin 2017 à juin 2019, dans les provinces du Nord-Kivu et du Sud-Kivu. Dans ce secteur, un proche de Félix Tshisekedi a été nommé vice-premier ministre, ministre de l’Intérieur et sécurité. C’est Gilbert Kankonde. Il y a aussi Aimé Ngoy Mukena, cadre du parti de Joseph Kabila qui a été nommé ministre de la Défense. Patient Ligodi, Kinshasa, RFI.

ZK : Le corps d’un Irakien de 48 ans a été retrouvé sur une plage de Belgique vendredi dernier.

AD : Il s’agirait de l’homme qui avait été repéré il y a 10 jours dans la Manche en train de tenter de rejoindre l’Angleterre depuis les côtes du Nord de la France. Selon un bilan des autorités françaises, 1451 personnes ont été secourues dans la Manche depuis le mois de janvier alors qu’elles tentaient de rejoindre les côtes britanniques, c’est deux fois plus que durant toute l’année 2018.

ZK : Au Bangladesh, un réfugié Rohingya a été tué ce lundi par la police qui tentait de l’arrêter.

AD : C’est le troisième Rohingya tué en l’espace de trois jours. Cela s’est passé dans un des camps de réfugiés du sud-est du pays, à la frontière avec la Birmanie. Plus de 600 000 membres de cette minorité musulmane poussés à l’exil par l’armée birmane y sont installés depuis deux ans. Christophe Paget.

Tout a commencé jeudi avec le meurtre d’Omar Faruk, un responsable de la branche jeunesse du parti au pouvoir, l’Awami League. Des centaines de Bangladais en colère sont alors sortis dans les rues, bloquant l’accès aux camps et vandalisant des magasins fréquentés par les Rohingyas. Samedi, après une chasse à l’homme dans le camp de Jadimura, la police a indiqué avoir abattu deux Rohingyas soupçonnés d’avoir tué Omar Faruk. Une mise en scène de la police, selon des défenseurs des droits de l’homme qui ont préféré rester anonymes. Ce lundi, un troisième suspect a été abattu après avoir, affirme la police, tiré sur les officiers qui tentaient de l’arrêter. Selon elle 33 Rohingyas ont été tués par les forces de sécurité bangladaise depuis août 2017. Tous étaient accusés de faire de la contrebande de métamphétamine sur la frontière. En tous cas les centaines de milliers de Rohingyas qui commémoraient dimanche les deux ans de leur fuite de Birmanie, chassés par l’armée, ne semblent pas partis pour retrouver leurs foyers : la semaine dernière une nouvelle tentative de rapatriement s’est soldée par un échec, aucun Rohingya n’a accepté de quitter les camps : ils demandent toujours, entre autres, des garanties pour leur sécurité en cas de retour en Birmanie.

AD : Son procès devait débuter dans quelques jours à New York... c’est finalement le 6 janvier 2020 que le producteur de cinéma Harvey Weinstein commencera à faire face à ses juges dans le cadre des poursuites pour agressions sexuelles auxquelles il fait face. En cause un nouveau témoignage contre lui, Eric de Salve.

En plus des deux femmes à l’origine de son inculpation pour agression sexuelle, une troisième se joint au dossier. Il s’agit d’Annabella Sciorra, connue pour son rôle dans la série « Les Sopranos ». L’actrice accuse Harvey Weinstein de l’avoir violée en 1993. Elle avait déjà témoigné en 2017 dans le magazine New Yorker, mais jusqu’à maintenant elle ne s’était pas manifestée devant la justice. Ces accusations sont prescrites, mais l’actrice peut néanmoins être entendue sous serment. Objectif : alourdir au maximum le cas de Weinstein en le condamnant pour le chef d’inculpation le plus grave c’est-à-dire « agression sexuelle prédatrice ». Pour cela, l’accusation devra convaincre le jury de la répétition des agressions. Au total plus de 80 femmes ont accusé Weinstein, mais le nombre de celles qui seront entendues lors de son procès est encore inconnu. Ce lundi matin à New York, Harvey Weinstein a très rapidement comparu devant le tribunal. Le procureur l’a informé de ce nouvel acte d’accusation. Fidèle à sa ligne de défense, Weinstein, qui risque la prison à perpétuité et qui a toujours parlé de relation sexuelle consentie, a une fois de plus plaidé non coupable.

AD : Et c’est ainsi que se termine ce Journal en français facile. Merci à vous Zéphyrin Kouadio de m’avoir accompagné et à vous auditeurs de votre fidélité. Excellente soirée à l’écoute de RFI.

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias