#French in the news

Journal en français facile 26/04/2022 20h00 GMT

Image par défaut des émissions / éditions
RFI
GUERRE EN UKRAINE : l'Allemagne va libre de l'artillerie lourde à l'Ukraine ; et autres nouvelles.

Transcription

Clémentine Pawlotsky : Merci d'écouter RFI, Il est 20 h en temps universel, 22 h à Paris et Berlin. Bonsoir à tous, bienvenue dans votre Journal en français facile. 
 
L'Allemagne va livrer de l'artillerie lourde à l'Ukraine. C'est un changement de cap majeur dans sa politique. Sur le terrain, la guerre se poursuit. La Russie affirme avoir pris le contrôle de la région de Kherson, dans le sud de l'Ukraine.
 
En Corée du Nord, une nouvelle démonstration de force. Le pays organisait aujourd'hui une grande parade militaire pour les 90 ans de son armée populaire. Le dirigeant Kim Jong-un a prononcé un discours remarqué. Il dit vouloir accélérer le développement de son arsenal nucléaire.
 
À Hong Kong, la liberté de la presse recule. Le Club de la presse renonce à remettre son prix des droits humains.
 
Et puis, la capitale française, Paris, a un nouvel archevêque. Il s'appelle Monseigneur Laurent Ulrich, il a été choisi aujourd'hui par le pape François. Son portrait à suivre en fin de journal !
 
-----

CP : C'est un tournant majeur dans sa politique étrangère. L’Allemagne va autoriser la livraison de blindés à l'Ukraine. L'annonce a été faite aujourd'hui par la ministre de la Défense, Christine Lambrecht. C'était lors d'une réunion organisée par les États-Unis, sur la base américaine de Ramstein, dans l'ouest de l'Allemagne. À Berlin, correspondance de Pascal Thibault.
 
« Nous avons décidé que l’Allemagne allait livrer des chars antiaériens Guépard à l’Ukraine ». La ministre de la Défense allemande Christine Lambrecht a confirmé des informations de presse. Berlin va autoriser la livraison à l’Ukraine par le fabricant Krauss-Maffei Wegmann de chars Guépard d’occasion. Leur nombre n’a pas été précisé. La société KMW avait évoqué une cinquantaine d’exemplaires il y a deux mois. Spécialisés dans la défense anti-aérienne, ces chars peuvent être utiles à l’Ukraine pour combattre les nombreuses attaques russes. Les experts soulignent toutefois qu’il s’agit d’un système complexe qui implique une formation des soldats ukrainiens. Cette annonce par Berlin, critiqué pour sa retenue sur les livraisons d’armes lourdes, constitue un tournant. Jusqu’à présent, on évoquait plutôt la fourniture par l’Allemagne de matériels à des pays est-européens qui livreraient des armes de fabrication soviétique à l’Ukraine. La société Rheinmetall a demandé par ailleurs au gouvernement l’autorisation de livrer à Kiev des chars Marder et Léopard, au total près de 200 véhicules. Pascal Thibault, Berlin, RFI.

CP : Et sur le terrain, les combats se poursuivent. La Russie revendique le contrôle de la région de Kherson, dans le sud de l'Ukraine. C'est une déclaration du ministère russe de la Défense, cité par l'agence Interfax.
 
À Kiev, la mairie a démoli aujourd'hui un monument historique célébrant l'amitié entre l'Ukraine et la Russie. Ce monument datait de l'époque soviétique. De son côté, le président Vladimir Poutine se dit optimiste quant à l'issue des négociations avec l'Ukraine. C'est ce qu'a déclaré le président russe au chef de l'ONU, Antonio Guterres. Les deux hommes se sont rencontrés dans la journée, au Kremlin, à Moscou.
 
Enfin, sachez que dès demain, le groupe russe Gazprom arrête les livraisons de gaz à la Pologne, via le gazoduc de Yamal. Et on l'apprend à l’instant, Gazprom suspend également dès demain ses livraisons de gaz à la Bulgarie.
 
Les États-Unis se disent toujours ouverts à parler avec la Corée du Nord malgré de nouvelles « provocations ». La Corée du Nord veut accélérer le développement de son arsenal nucléaire. C’est le dirigeant du pays, Kim Jong-un, qui l'a annoncé, lors d'un défilé militaire à Pyongyang. Cette parade était organisée pour marquer le 90e anniversaire de l'armée populaire. Le régime a pu montrer ses missiles et ses tanks à la population, mais c'est surtout le discours du chef de l'État nord-coréen qui a retenu l'attention des observateurs. Correspondance régionale de Nicolas Rocca.

Des tanks, des missiles, des parachutistes lancés à plus de 4 000 m d’altitude et des feux d’artifices étaient au programme ce lundi soir sur la place Kim Il-Sung afin de clore un mois d’avril riche en anniversaire à Pyongyang avec les 110 ans du fondateur du régime et les 90 de l’armée populaire. Une occasion pour Kim Jong-un d’insister sur sa volonté de diversifier et d’améliorer son arsenal nucléaire. Go Myung-hyun, chercheur à l’Asan Institute de Séoul. « Kim Jong-un a expliqué que les capacités nucléaires nord-coréennes n’ont pas seulement un rôle dissuasif, mais elles ont également une seconde utilité. Il était clair qu’il insinuait que la Corée du Nord allait utiliser l’arme nucléaire pour protéger son intérêt national. On peut définir l’intérêt national de nombreuses façons, mais je pense qu’il faisait référence à l’usage de l’arme nucléaire à des fins coercitives. » Après avoir rompu son moratoire sur le lancement de missile balistique intercontinentale en mars, Pyongyang persiste dans sa stratégie offensive. Plusieurs missiles dévoilés ce lundi n’ont pas encore été testé par le régime et pourrait l’être prochainement. Peut-être avant le 10 mai, date de l’investiture de Yoon Seok-yeol, le nouveau président sud-coréen qui avait qualifié la Corée du Nord de « principal ennemi » de son pays. Nicolas Rocca, Séoul, RFI.

CP : Dans l’actualité également, l'association Hong Kong Watch qui appelle les pays occidentaux à défendre les journalistes hong-kongais. Cette association, basée au Royaume-Uni, publie un rapport alarmant. Elle décrit un durcissement de la part du gouvernement, l'auto-censure et les menaces physiques contre les journalistes. La liberté de la presse est, selon cette association, dans un état « affreux ». La publication de ce rapport intervient au moment où le club de la presse d'Hong Kong renonce à remettre son prix des droits humains. Le club de la presse de Hong Kong est sous le coup de poursuites judiciaires. Nicolas Feldmann.

Cela fait 26 ans que l’organisation récompense les meilleurs reportages sur les droits humains en Asie. Mais voilà, cette année, le club de la presse étrangère « préfère se taire, dit son président, plutôt de prétendre que les choses sont normales » car pour cette édition 2022, le prix devait récompenser le journal en ligne Stand News. Un média local pro démocratie, fermé depuis l’année dernière, accusé par le pouvoir de sédition. Récompenser Stand News, a prévenu la justice d'Hong Kong, exposerait les journalistes étrangers à des poursuites. « Nous ne souhaitons pas enfreindre la loi », en a conclu le président du club de la presse étrangère. Alors la suspension de ce prix, c’est un nouveau coup dur pour la liberté de la presse à Hong Kong. Un rapport publié cette semaine par l’ONG Hong Kong Watch décrit la mainmise du gouvernement pro Pékin sur les médias depuis les manifestations pro démocratie en 2019. Les médias libres, dit l'ONG, ont été complètement démantelés pour libérer un espace aux organes pro chinois. La loi sur la sécurité nationale est-elle régulièrement utilisée pour intimider les journalistes. Ces derniers mois, trois organes de presse, critiques du gouvernement, ont dû fermer leurs portes à Hong Kong.

CP : Plusieurs rassemblements en Turquie après la condamnation d'Osman Kavala à la prison à perpétuité. Des centaines de personnes sont descendues dans les rues des principales villes du pays, ce soir. Pour rappel, Osman Kavala a été reconnu coupable hier d’avoir voulu renverser le gouvernement. De leur côté, les chefs de file de l’opposition ont promis d’obtenir l’annulation du verdict prononcé contre lui. Ce verdict est vu comme un symbole de la répression menée par le président turc Recep Tayyip Erdoğan. Répression contre l’opposition ou contre tous ceux qui sont considérés comme des adversaires du gouvernement.
 
1,39 milliard de dollars pour aider la Corne de l'Afrique à lutter contre la famine. Cette somme a été recueillie lors d’une conférence de donateurs organisée à Genève. Cet argent ira à des projets humanitaires et de développement en Éthiopie, au Kenya et en Somalie, ont précisé les Nations unies dans un communiqué.
 
Un nouvel archevêque à la tête du diocèse de Paris. Il s’agit de monseigneur Laurent Ulrich, actuel archevêque de Lille dans le nord de la France. Il a été nommé aujourd’hui par le pape François. La capitale française n'avait plus d'archevêque depuis la démission de monseigneur Michel Aupetit, en décembre dernier. Éric Senanque.

Le Pape François a choisi un évêque d’expérience pour la capitale française. À 70 ans, Monseigneur Laurent Ulrich va en effet connaître son troisième diocèse après Chambéry de 2000 à 2008 et Lille où il était en poste depuis quatorze ans. Connu pour sa poigne, mais aussi son sens du dialogue, ce Bourguigon, de naissance, qui fut vice-président de la conférence des évêques pendant six années a eu à cœur de développer la présence de l’Église dans les quartiers populaires, de soutenir la pastorale des jeunes ou encore d’être présent auprès des migrants. Autant de thèmes portés par le pape François. « Comment penser que la fermeture des frontières et le renforcement de la sécurité puissent résoudre de façon durable cette crise migratoire ? » s’interrogeait-il en novembre dernier après la noyade de 27 migrants dans la Manche. Également reconnu pour sa rigueur face aux scandales de pédophilie, monseigneur Ulrich prendra ses fonctions le 23 mai prochain à Paris. Il va découvrir un archidiocèse encore marqué par une crise de gouvernance et la démission de Monseigneur Michel Aupetit le 2 décembre dernier, celui-ci ayant souvent été critiqué pour son autoritarisme. Parmi les chantiers du nouvel archevêque figurera aussi celui, délicat, de la restauration de la cathédrale Notre-Dame, emportée il y a trois ans par les flammes. Éric Senanque, Rome, RFI.

CP : RFI, 22 h 10 à Paris, excellente soirée

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias