#French in the news

Journal en français facile 20/06/2022 20h00 GMT

Studio RFI
COLOMBIE : Gustavo Petro, le nouveau président colombien, promet un vrai changement pour son pays ; et autres nouvelles.

Anne Corpet : RFI, il est 22h à Paris, 20h en temps universel. 
Bienvenue dans le Journal en français facile présenté ce soir avec Zéphyrin Kouadio. Bonsoir Zéphyrin. 

Zéphyrin Kouadio : Bonsoir Anne, bonsoir à toutes et à tous. 

AC : Gustavo Petro, le nouveau président colombien, promet un vrai changement pour son pays. La victoire de ce candidat de gauche est historique. Depuis deux siècles, la Colombie a toujours été dirigée par des conservateurs. 

ZK : Moscou menace de répliquer après le blocus imposé par la Lituanie sur certaines marchandises destinées à la petite enclave russe de Kaliningrad. Vilnius empêche depuis ce week-end le passage des biens visés par les sanctions européennes. 

AC : Les vaccinations contre le Covid-19 autorisée pour les tout petits aux États-Unis. L'autorité sanitaire américaine a donné son accord. Les bébés de plus de six mois pourront bénéficier du vaccin. 

ZK : En France, c'est bientôt les vacances : hausse des réservations, retour des touristes étrangers, la saison s'annonce bien... Mais les employeurs du secteur ont du mal à trouver du personnel. 

----- 

ZK : En France, Emmanuel Macron invite à l'Élysée les responsables des groupes politiques qui seront représentés dans la nouvelle Assemblée. 

AC : Le président ne s'est toujours pas exprimé depuis la publication des résultats des élections législatives de ce dimanche. Il n'a pas réussi à obtenir la majorité absolue et devra donc trouver des alliés. Emmanuel Macron recevra demain et mercredi les représentants des nouvelles forces politiques de l'Assemblée. Objectif de ces rencontres selon l'Élysée : dialoguer et échanger pour l'intérêt supérieur de la nation et bâtir des solutions au service des Français.  

ZK : À gauche, Jean-Luc Mélenchon a proposé, lui, de former un groupe unique avec tous les partis représentés dans sa coalition.  

AC : Mais le Parti socialiste, Europe Écologie-Les Verts et le Parti communiste ont refusé de se placer sous la bannière du leader de la France insoumise. Chaque parti a exprimé sa volonté de former son propre groupe, conformément à ce qui était prévu dans l'accord de coalition signé entre ces formations. 

ZK : Et puis, Marine Le Pen, elle, quitte définitivement la présidence du Rassemblement national.  

AC : Elle veut se consacrer à la présidence du groupe de son parti à l'Assemblée. Le RN a fait une percée inédite lors de ce scrutin et a obtenu 89 sièges.  

ZK : En Colombie, c'est le candidat de gauche Gustavo Pietro qui l'a emporté, ce dimanche, à la présidentielle.  

AC : Une élection historique, puisque depuis 200 ans, la Colombie a toujours été dirigée par les conservateurs. Ancien membre d'une guérilla d'extrême gauche converti à la social-démocratie, Gustavo Petro a été sénateur et maire de Bogota. Après sa victoire, il a promis un « vrai changement » pour son pays, fondé sur « la paix, la justice sociale et la justice environnementale ». Stefanie Schuler. 

Gustavo Petro promet un État plus fort : il veut rendre publics les systèmes de santé et de retraites ; les universités doivent devenir gratuites ; et son premier acte en tant que président sera de décréter un état d'urgence contre la faim. Pour financer ces mesures sociales et assurer une meilleure répartition des richesses, le premier chef d'État de gauche propose de bouleverser le modèle économique : taxer les 4 mille personnalités et entreprises les plus riches et surtout transformer cette nation pétrolière et minière en une Colombie où la production agricole et le tourisme écoresponsables seront les principales sources de revenus. Gustavo Petro souhaite ainsi faire d'une pierre deux coups : engager son pays sur le chemin de la transition énergétique et proposer une alternative viable aux zones rurales où les cultures illicites sont source de violences quotidiennes. Pour le président élu, la guerre contre le narcotrafic menée depuis des décennies avec l'appui des États-Unis est d'ailleurs un échec. Ce constat pourrait laisser augurer une remise en question plus large de cette alliance stratégique, qui avait fait de Bogota le plus important allié de Washington en Amérique latine. 

ZK : La tension est montée brusquement, Anne, plus au nord, entre la Russie et la Lituanie. 

AC : Depuis ce week-end, les marchandises destinées à l'enclave russe de Kaliningrad sont bloquées par la Lituanie si elles figurent sur la liste des produits sanctionnés par l’Union européenne. Moscou a qualifié cette mesure d'hostile et a menacé de répliquer. « La situation est plus que sérieuse », a déclaré le porte-parole du Kremlin. Plus de 400 000 personnes vivent à Kaliningrad, ce petit territoire russe coincé entre la Pologne et la Lituanie, sur les bords de la mer Baltique. Justine Fontaine. 

Depuis samedi, les trains qui arrivent de Russie et se dirigent vers l'enclave russe de Kaliningrad sont fouillés à la frontière lituanienne. Les matériaux de construction, les produits chimiques et tous les produits qui figurent sur la liste des sanctions européennes contre la Russie ne peuvent plus passer. Cela concernerait 40 à 50% des marchandises qui entrent et sortent de Kaliningrad habituellement, d'après le gouverneur de l'enclave, qui a appelé les habitants au calme. Les produits manquants pourront être acheminés par bateau d'ici quelques jours, dit-il. À Moscou, les dirigeants russes sont furieux. « Le blocus de Kaliningrad viole le droit international », s'est emporté le vice-président du Sénat russe, Konstantin Kosachev. Depuis 2003, un accord avec l'Union européenne permettait, en effet, à la Russie de transporter facilement des marchandises vers cette enclave. Dans un communiqué, le ministère russe des Affaires étrangères va plus loin : si le transit n'est « pas rétabli dans sa totalité, la Russie se réserve le droit d'agir pour défendre ses intérêts nationaux ».  

ZK : Le Premier ministre israélien annonce son intention de dissoudre le Parlement. 

AC : Si les députés valident ce choix de Naftali Bennett et votent la dissolution du Parlement, ce sera le cinquième scrutin en moins de quatre ans en Israël. Le ministre des Affaires étrangères, Yaïr Lapid, occupera le poste de Premier ministre jusqu'à la formation d'un nouveau gouvernement. 

ZK : Les bébés pourront bientôt être vaccinés contre le Covid aux États-Unis.  

AC : La FDA, l'Agence fédérale chargée des médicaments, a donné son feu vert. Auparavant autorisée à partir de l’âge de cinq ans, la vaccination est désormais autorisée dès l'âge de six mois. Simon Rozé. 

Les tout petits ne sont pas les plus à risques face au Covid-19, les autorités sanitaires américaines leur ouvrent tout de même l'accès à la vaccination. Objectif, prévenir les, certes rares mais tout de même présentes, formes graves. 480 enfants de moins de cinq ans sont décédés depuis le début de la pandémie aux États-Unis et 45 000 ont été hospitalisés dont un quart en soins intensifs. Il faut par ailleurs compter les Covid longs qui touchent tout aussi bien les petits. Concrètement, ils pourront ainsi bénéficier de la vaccination dès six mois, vaccination avec les produits de Moderna et Pfizer, à base d'ARN messager. Deux ou trois injections, c'est selon, avec évidemment des doses pédiatriques, adaptées. Les essais cliniques réalisés par les deux laboratoires ont montré une très bonne efficacité dans la prévention des formes graves avec des effets secondaires limités, le plus souvent une journée de fièvre, un phénomène classique pour la vaccination en général. Après cette autorisation aux États-Unis, Pfizer entend entamer les démarches pour l'obtenir en Europe. La demande sera déposée auprès de l'agence européenne du médicament début juillet. 

ZK : En France, on se prépare aux vacances. Elles débuteront d'ici deux semaines.  

AC : Et malgré l'inflation et la perte de pouvoir d'achat, la saison touristique se présente bien. Deux millions de Français qui ne sont pas partis l'année dernière ont décidé de s'offrir des vacances cette année. La plupart resteront dans le pays. Les touristes étrangers qui avaient disparu à cause de la pandémie sont aussi de retour. Les professionnels du secteur prévoient donc une belle saison. Mais il faudra peut-être patienter pour boire un verre au bar de la plage ou suivre une visite guidée car les employeurs ont du mal à recruter, ils craignent de manquer de personnel. Patricia Lecompte. 

Même si le coût des vacances a augmenté de 12%, les réservations sont en hausse de 8% tout comme le chiffre d'affaires des professionnels qui a augmenté de 12%. La façade atlantique et la méditerranée restent toujours les grandes gagnantes, mais la montagne et la campagne sont de plus en plus demandées. Que des bonnes nouvelles pour le secteur avec toutefois une ombre au tableau prévient Didier Arino, du cabinet Protourisme : « Tous les voyants sont au vert à l’exception de la difficulté à trouver du personnel qualifié. D’ailleurs ils n’en sont même pas là, j’ai envie de dire que tout ceux qui veulent travailler dans ce secteur sont pris. Le risque étant une dégradation de la qualité de service. Et ce manque de personnels nous coûte déjà très cher, nous estimons chez Protourisme que le fait que les restaurateurs limitent le nombre de couverts, le nombre de services proposés à la clientèle coutera déjà à la destination France environ 5 milliards d’euros de chiffres d’affaires perdus du fait de l’incapacité à avoir les personnes ressources pour assurer une qualité de service. » Malgré les récentes hausses de salaire dans le secteur de la restauration, près de 200 000 postes de saisonniers pourraient ainsi être non pourvus cet été selon l'Union des métiers et des industries de l'hôtellerie. Auquel cas, les clients devront s'armer de patience. 

AC : Un reportage de Patricia Lecompte. 

Bientôt 22h10 à Paris, c’est la fin de ce Journal en français facile. Vous pouvez le retrouver sur le site savoirs.rfi.fr. Merci à tous d’avoir suivi ce journal et merci à Fabrice Violet pour la réalisation. 

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias