#French in the news

Journal en français facile 18/01/2022 20h00 GMT

Studio RFI
Transcription

Vous écoutez RFI il est 21 h ici à Paris, 20 h en temps universel.

Romain Auzouy : Bonsoir à tous, bienvenue dans votre Journal en français facile. À la une ce soir : la conservatrice Roberta Metsola élue président du Parlement européen. Dans sa première prise de parole, elle s'est engagé à défendre les positions officielles du Parlement y compris sur le droit à l'avortement, auquel elle est personnellement opposée.

Les provocations d'Anders Breivik. L'extrémiste norvégien a transformé son audience de demande de libération conditionnelle en tribune idéologique. Il avait été condamné à la prison à vie pour avoir tué 77 personnes il y a dix ans en Norvège.

Et puis une annonce choc dans le domaine des jeux vidéo : Microsoft va racheter le géant américain Activision Blizzard. Éditeur notamment des jeux Call of Duty ou encore Candy Crush. Coût de l'opération : près de 70 milliards de dollars.

----

RA : Une nouvelle présidente du Parlement européen, et des critiques ? La conservatrice venue de Malte Roberta Metsola a été effectivement élue ce mardi à une très large majorité à la présidence du Parlement européen. Mais ses prises de position contre l'avortement inquiètent de nombreux élus. Roberta Metsola a été élue suite à un accord entre sa famille politique, le Parti populaire européen (PPE), les socialistes et les libéraux. Elle est seulement la troisième femme à accéder à ces fonctions. À Strasbourg pour RFI Juliette Gheerbrant.

Parmi les signataires de l'accord, certains députés jugent le symbole scandaleux, d’autres sont gênés : la présidente du parlement européen est opposée au droit à l’avortement. Mais les engagements de Roberta Metsola à respecter les positions de l'hémicycle ont convaincu ses partenaires. Pour la députée française Valérie Hayer du groupe Renew, l’essentiel est d’avoir pu, à l’initiative des centristes, négocier des objectifs ambitieux. « Il y a 10 priorités politiques. Je vais vous en donner quelques-unes sur le climat. Très clairement, faire aboutir les objectifs du PACT vert, c’est faire que l’Europe soit le premier continent neutre climatiquement. Autre exemple, sur la régulation des géants du numérique, faire aboutir les textes qu’on appelle DSAVMA pour mieux protéger les utilisateurs. Et puis sur l’Europe sociale aussi, avancer sur la directive sur les salaires minimums. » Le premier point de l'accord porte sur l’État de droit. « Ce n’est pas tolérable qu’aujourd’hui en Europe nos principes fondamentaux liés à l’État de droit ne soient pas respectés. Donc, il faut agir. L’argent européen n’a pas à rentrer dans les poches des autocrates ou financer des systèmes dans lesquelles la justice n’est plus indépendante. » Il s'agit de faire pression sur la commission pour qu’elle accélère la mise en œuvre du mécanisme qui conditionne les fonds européens au respect de l’État de droit. Mais si Roberta Metsola était très ferme sur la défense de la démocratie certains députés soulignent qu’elle a été élue avec les voix du groupe de la droite radicale ECR, dont sont membres le parti polonais Droit et Justice au pouvoir et le parti Frères d’Italie. Le groupe ECR avait retiré son candidat peu avant le scrutin. Juliette Gheerbrant, Strasbourg, RFI.

RA : Et dans sa première prise de parole Roberta Metsola s'est engagée à défendre les positions officielles du Parlement européen, y compris sur le droit à l'avortement, et même si elle y est, vous l’aurez compris, opposée personnellement.

Des images impressionnantes aux îles Tonga. Cet archipel du Pacifique touché par une violente éruption volcanique samedi, qui a été entendue jusqu'à 9 000 kilomètres de là. Une éruption qui a provoqué un tsunami. Depuis, difficile de connaitre l'étendue des dégâts, car la catastrophe a coupé le câble reliant les îles Tonga au réseau internet. Des images de satellite publiées ce mardi montrent des zones entières de l'archipel ravagées. Le bilan communiqué est de trois morts selon l'ONU, mais il pourrait être beaucoup plus lourd. Explications avec notre correspondant en Nouvelle-Zélande, Richard Tindiller.
 
Selon la Croix Rouge, près de 80 000 personnes au Tonga auraient été affectées par le tsunami. Ces dernières heures, plusieurs balises de détresse ont été détectées sur différentes îles. Car en plus des vagues, la population doit maintenant se protéger face aux cendres du volcan, mais aussi accéder à une eau potable. Hier, l'armée néo-zélandaise a effectué un vol de reconnaissance au-dessus de Tongatapu, l'île principale des Tonga pour constater les dégâts, causé par le tsunami. Mais la principale difficulté réside dans la communication avec l'archipel. Car l'éruption du volcan a endommagé les câbles internet qui se trouvent sous l'eau empêchant désormais tout contact avec les îles Tonga. En Nouvelle-Zélande, la communauté tongienne est donc très inquiète. Joint par téléphone, Oketi Ataongo est tongien et vit à Auckland. Mais depuis l'éruption, il n'a pas encore pu parler avec ces deux frères qui vivent sur place.  « Nous ne pouvons pas les contacter, on doit attendre. Pour être honnête, je suis très triste. Je n'arrive même pas à expliquer mes sentiments. Je suis désolé pour eux. On ne peut pas faire grand-chose pour le moment, nous prions pour eux. C'est tout ce que l'on peut faire. » Et la réparation de ces câbles internet pourrait prendre plusieurs semaines. Quant à l'armée néo-zélandaise, elle attend que l'aéroport de Nuku'Alofa à Tonga soit dégagé, afin d’envoyer autre avion avec 250 000 litres d'eau et des vivres pour la population. Des vivres qui seront distribués sans aucun contact direct avec la population locale, l'archipel étant depuis plusieurs mois, totalement épargné par le Covid-19. Richard Tindiller, Wellington, RFI.

RA : Il est l'auteur de la pire tuerie survenue en Norvège depuis la Seconde Guerre mondiale : Anders Breivik comparaissait ce mardi devant la justice. Le 22 juillet 2011, Anders Breivik avait fait exploser une bombe près du siège du gouvernement norvégien, faisant 8 morts, avant de tuer 69 autres personnes, en grande majorité des adolescents, réunis dans un camp d'été de la Jeunesse travailliste sur l'île d'Utoya. Anders Breivik, suite à cela, avait été condamné à la prison à vie et il avait demandé une demande de... Il avait demandé une libération conditionnelle. Une procédure qui n’a pratiquement aucune chance d’aboutir, mais l’extrémiste de 42 ans en a profité aujourd’hui lors de cette audience, pour tenir des propos ultra-radicaux qui ont scandalisé les familles des victimes. Retour sur cette audience. Daniel Vallot.

C’était le scénario redouté par tous les survivants de la tuerie d’Utoya. Assister à une nouvelle diatribe néonazie de l’auteur du massacre qui affirme avoir renoncé à la violence, mais qui ne renie rien de ses convictions d’extrême-droite. Dès le début de l’audience les craintes des associations de victimes sont confirmées : aujourd’hui âgé de 42 ans Anders Breivik apparaît dans le prétoire avec, écrit en anglais sur sa mallette : « cessez votre génocide contre nos nations blanches ». Breivik adresse ensuite un salut nazi aux juges et déclare qu’il veut continuer son combat pour l’idéologie national-socialisme. Dix ans après avoir tué des dizaines d’adolescents regroupés sur une ile pour un stage au sein du parti travailliste, Breivik peut en théorie bénéficier d’une libération conditionnelle. Ses chances d’obtenir gain de cause sont quasiment nulles, mais pour les associations de victimes, le mal est déjà fait amplifier par la retransmission de l’audience par certaines chaines de télévision. L’un des survivants de l’attaque s’en désole sur les réseaux sociaux : « ce n’est pas parce que c’est scandaleux ou douloureux, mais parce qu’il est un symbole de l’extrême droite qui a déjà inspiré plusieurs autres tueries de masse ».

RA : Dans l'actualité économique, c'est une annonce choc dans le domaine des jeux vidéo. Microsoft va racheter le géant américain Activision Blizzard, éditeur de jeux vidéo qui connaissent un succès mondial. On peut citer Call of Duty ou encore Candy Crush. La transaction devrait s'élever à près de 70 milliards de dollars. Signe de l'importance de cette opération, l'action d'Activision Blizzard a été…a fortement grimpé ce mardi à la bourse de Wall Street. Patricia Lecompte.

Le monde du jeu vidéo est habitué aux opérations de rachat, mais jamais à un tel montant. Microsoft, la maison mère d'Xbox, à débourser 68 milliards 700 millions de dollars pour s'offrir Activision Blizzard et étoffer son catalogue. Il y a 4 mois, Microsoft a racheté pour un peu plus de 8 milliards de dollars, Zenima Media et sa principale filiale Bethesda, une acquisition qui lui a permis de réaliser un gros coup, mais avec l'acquisition d'Activision il devient un acteur majeur du secteur, au troisième rang mondial en terme de revenus derrière Tencent et Sony.  Avec ce rachat, les productions d'Activision Blizzard vont intégrer le Game Pass, le service de Microsoft qui va permettre à ses 25 millions d'abonnés, d'accéder à une multitude de jeux, pour un montant mensuel d'à peine 10 euros. Ce rachat doit encore avoir le feu vert de la Commission Européenne. Microsoft est actuellement dans le collimateur de Bruxelles pour abus de position dominante. Les bourses n'ont pas attendues la décision de la Commission. Dès l’annonce, l'action Activision a grimpé de 38% à Wall Street, entrainant dans son sillage d'autres titres du secteur comme Ubisoft et CD Project.

RA : Patricia Lecompte du service économie de RFI. Enfin, votre avis nous intéresse. Si vous êtes apprenant, si vous êtes enseignant ou simplement curieux de la langue française, sachez que RFI Savoirs, qui est la plateforme dédiée à l'apprentissage du français, RFI Savoirs lance une enquête auprès de ses utilisateurs. Si vous souhaitez y répondre, rendez-vous sur rfi.my/experience. Voila c’est ainsi que s’achève ce Journal en français facile. 21 h 10 ici à Paris, une heure de moins en temps universel.

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias