#French in the news

Journal en français facile 16/08/2020 20h00 GMT

Studio RFI
Transcription

Benjamin Delille : Merci d’écouter RFI, il est 20 heures en temps universel, 22h à Paris. Bonjour, bienvenue dans votre Journal en français facile. Avec moi pour vous le présenter ce soir, William De Lesseux, bonsoir William.

William De Lesseux : Bonsoir Benjamin, bonsoir à tous !

BD : Dans l'actualité de ce dimanche : la Corée du Sud connaît une hausse importante des contaminations au Covid-19. Sa gestion de l'épidémie avait pourtant été reconnue comme très efficace jusqu'à aujourd'hui.

WL : La plus grande manifestation de l'histoire de la Biélorussie s'est tenue aujourd'hui. Les contestataires réclament le départ de leur président Alexandre Loukachenko.

BD : La Turquie maintient la pression sur l'Union européenne. Ankara refuse de retirer ses bateaux d'une zone maritime, riche en ressources gazières, à la frontière avec la Grèce.

Et puis à l'île Maurice, touchée par une marée noire, une entreprise française récupère des cheveux pour absorber l'essence qui s'écoule d'un bateau.

-----

WL : La Corée du Sud enregistre de plus en plus de cas de Covid-19.

BD : Le pays était pourtant vu jusqu'ici comme un modèle, un exemple, dans son combat contre le virus. Mais depuis le début du mois d'août, le nombre de nouvelles infections augmente. 279 personnes ont été testées positives au Covid-19 ce dimanche contre trois seulement il y a treize jours. Ces contaminations auraient surtout eu lieu dans des temples protestants de Séoul et de sa banlieue, c'est-à-dire les villes qui entourent la capitale coréenne. En réaction, de nouvelles restrictions et interdictions ont été imposées, décidées, par les autorités Louis Palligiano.

La Corée du Sud n’en a pas fini avec le nouveau coronavirus. À compter d’aujourd’hui les établissements à haut risque tels que les bars ou les salles de sport devront rester portes closes, les écoles alterneront de nouveau les cours à distance et en classe, et enfin les rencontres sportives se dérouleront sans public. Ce dimanche, le nombre de cas supplémentaires à atteint un sommet en plus de cinq mois avec 279 infections, portant le nombre total à 15 318 cas. Le bilan quotidien des contaminations est à trois chiffres pour le troisième jour d’affilé et les récents clusters, pour la plupart en provenance de temples protestants de la région métropolitaine, ne montrent aucun signe de ralentissement. En particulier, les contaminations liées à la Sarang Jeil Church ont atteint 249 aujourd’hui, selon la mairie de Séoul qui a alerté que le bilan pourrait grimper à plusieurs milliers alors que des tests de grande ampleur sont en cours. Conscient des difficultés à contrôler ce type de foyers, le président Moon Jae-in vient d’annoncer le durcissement des sanctions contre les groupes religieux qui enfreindraient les mesures antivirus. Louis Palligiano, Séoul, RFI.

WL : En France, plus de 3 000 infections ont été enregistrées ce dimanche selon Santé publique France.

BD : C'est un peu moins qu'hier, mais c'est tout de même beaucoup : la France n'avait pas constaté autant d'infections depuis le mois de mai. En Italie aussi, les contaminations se multiplient. Les autorités vont fermer ce lundi leurs discothèques, les boîtes de nuit. Le masque de protection va également devenir obligatoire sur tout le territoire entre dix-huit heures et six heures du matin.

WL : De nouvelles restrictions sanitaires ont aussi été décidées au Maroc.

BD : Plusieurs quartiers, c'est-à-dire plusieurs parties de la ville de Marrakech, vont être fermés pour combattre le virus. Des mesures similaires ont été prises dans les villes de Casablanca, Tanger et Fès. Depuis quelque temps, le royaume chérifien recense chaque jour plus de 1 000 contaminations au Covid-19.

WL : La Biélorussie a connu l'un des plus grands rassemblements de son histoire ce dimanche.

BD : Des dizaines de milliers de personnes ont manifesté dans la capitale, Minsk, pour exiger et réclamer le départ de leur président Alexandre Loukachenko. Il est au pouvoir depuis 26 ans. Les contestataires l'accusent d'avoir truqué l'élection présidentielle, d'avoir faussé les résultats. C'était il y a une semaine. Jamais les rues de Minsk n'avaient accueilli autant de manifestants Juliette Gheerbrant.

Environ 100 000 personnes selon l’AFP, c’est une mobilisation record, l’un des plus grands rassemblements de l’histoire du pays. Et il n’y a pas qu’à Minsk que la mobilisation s’est renforcée ce dimanche. Des rassemblements imposants ont eu lieu dans d’autres villes du pays. À Brest notamment où la maire de la ville a félicité les manifestants pour leur caractère pacifique. Et dimanche soir, un appel à la grève à partir de demain, et à l’échelle nationale, circulait sur les réseaux sociaux. La marche de l'opposition a rapidement éclipsé un autre rassemblement, celui des partisans du gouvernement, venus en car ou en train de tout le pays à l'initiative d'une association proche du pouvoir. Cette tentative de contre-feu, à la mi-journée, a permis au président de s'adresser directement à ses partisans et de les appeler à défendre le pays. Arrivé sous les applaudissements, Alexandre Loukachenko a répété qu'il n'y avait pas eu de fraude électorale et mis en garde contre le chaos s'il devait quitter le pouvoir. Il ne cède rien et a fait savoir qu'il avait obtenu un peu plus tôt l'assurance du soutien de la Russie.

BD : Juliette Gheerbrant.

WL : Une grande manifestation s'est aussi tenue en Thaïlande aujourd'hui.

BD : Au moins 10 000 personnes se sont retrouvées à Bangkok, la capitale. Les manifestants militent pour plus de démocratie et protestent contre le gouvernement. Ils réclament une réforme de la monarchie, c'est-à-dire un changement du modèle politique.

WL : Josep Borrell, le chef de la diplomatie de l'Union européenne, demande à la Turquie de cesser immédiatement ses recherches de gisements gaziers en mer Méditerranée.

BD : Plus tôt dans la journée, la Turquie avait annoncé qu'elle allait prolonger ses recherches dans une zone maritime disputée avec la Grèce. C'est-à-dire que les deux pays revendiquent cet espace de mer. L'un et l'autre le considèrent comme une partie de leur territoire. Le navire d'exploration turc qui s'y trouve, accompagné de plusieurs bateaux militaires, permet à Ankara de faire pression sur son rival grec, Anne Andlauer.

Les navires de forage turcs et les navires de guerre qui les escortent ne quitteront pas l’est de la Méditerranée tant qu’un accord diplomatique n’aura pas été trouvé : c’est le message qu’Ankara envoie à la Grèce et à l’Union européenne avec cette nouvelle notice maritime. Elle les informe que le Yavuz, déployé au large de Chypre depuis plusieurs mois, mènera des recherches d’hydrocarbures au sud-ouest de l'île entre le 18 août et le 15 septembre. La Turquie élargit donc sa zone de prospection, alors qu’au moins deux autres de ses navires, l’Oruç Reis et le Barbaros Hayrettin Pasa, sondent aussi en ce moment les fonds marins de la Méditerranée orientale à la recherche de gaz naturel, dans des zones revendiquées par la Grèce. La dernière notification de la marine turque est assortie d’une mise en garde : « Nous déconseillons fermement de se rendre dans la zone de recherche », qui ravive les craintes que cette démonstration de force ne dégénère en accrochage gréco-turc. La veille, le président turc Recep Tayyip Erdogan avait appelé au dialogue, tout en prévenant que son pays ne reculerait pas « devant les menaces et les sanctions ». Celles que l’Union européenne pourrait bientôt imposer à la Turquie si elle poursuit ces forages jugés « illégaux ». Anne Andlauer, Istanbul, RFI.

WL : Près de l'île Maurice, dans l'océan Indien, un bateau japonais échoué s'est brisé en deux ce samedi.

BD : Cela faisait trois semaines que le navire était immobilisé accidentellement sur un récif, un rocher dans la mer près de l'île. 1 000 tonnes d'essence se sont déversées et ont coulées dans l'eau. Pour absorber cette marée noire, une entreprise française, Capillum, appelle tous ceux qui le veulent à donner leurs cheveux pour absorber le pétrole qui touche les plages de l'île. Les cheveux, souvent jetés à la poubelle, permettent en fait de dépolluer, Maud Charlet.

Bouclés, crépus, lisses, noirs, blonds, gris, blancs, roux, bruns, châtains.... Peu importe leur forme ou leur couleur, les cheveux peuvent être réutilisés notamment pour les eaux polluées. James Taylor est le co-fondateur de Capillum, une entreprise française spécialisée dans le recyclage de ces fibres naturelles : « Le cheveu, naturellement, il a une très bonne capacité d’absorption, il a de très bonnes capacités de rétention et il a une très bonne flottabilité. Et en fait, le cheveu est capable d’absorber jusqu’à huit fois son poids en hydrocarbures. » Après trois années d'acheminement pour la recherche médicale, Capillum commence à collecter des cheveux pour l'environnement en janvier 2019 à la demande de plusieurs ports du sud de la France. « Je me disais que les produits que l’on utilise actuellement ne sont pas d’origine naturelle, clairement pas. On cherche aussi d’autres alternatives et ça a commencé comme ça à ce moment-là. » Recherches bibliographiques et conseils d'ONG déjà spécialistes ont permis à la société de s'inscrire dans le milieu au fur et à mesure. Mais depuis lundi, l'entreprise a largement étendu son réseau principal de salons de coiffeurs situés à Clermont-Ferrand, Lyon et Montpellier. De plus en plus de volontaires, professionnels ou particuliers venus de France et d'Europe, amassent des cheveux ou envoient leur masse capillaire dans des enveloppes pour sauver les récifs mauriciens.

BD : Maud Charlet. Et puis une autre île française, l’île de La Réunion qui se trouve près de l’île Maurice, redoute et craint qu’une partie du pétrole du bateau japonais arrive sur ses côtes et les pollue.

C'est ainsi que se termine ce Journal en français facile, merci à vous de l'avoir suivi. Merci à William De Lesseux de m'avoir accompagné.

WL : Merci Benjamin, bonne soirée à vous et bonne soirée à tous les auditeurs de RFI !

BD : Il est 20h10 en temps universel, 22h10 ici à Paris. Votre Journal en français facile est à retrouver sur la page internet de RFI Savoirs.

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias