#French in the news

Journal en français facile 08/08/2017 20h00 GMT

Image par défaut des émissions / éditions
RFI
Transcription
Nathanaël Vittrant : RFI il est 22h à Paris et Johannesburg, 20h en temps universel. Bienvenue dans ce Journal en français facile, à mes côtés pour le présenter Sylvie Berruet, bonsoir Sylvie.
 
Sylvie Berruet : Bonsoir Nathanaël, bonsoir à tous.
 
NV : A la Une, Jacob Zuma échappe à une nouvelle motion de défiance. Les parlementaires sud-africains n'ont pas voté comme l'espérait l'opposition. Le dépouillement est en cours au Kenya. Cela risque de prendre du temps puisqu'on votait pour la présidentielle, les législatives, les sénatoriales et plusieurs élections locales. Un scrutin qui s'est déroulé dans le calme. Les autorités chinoises craignent qu'un séisme au Sichuan ait fait une centaine de victimes et des milliers de blessés. Mitsubishi condamné en Corée du Sud à dédommager deux femmes qui avaient servi d'esclaves sexuels pendant la seconde guerre mondiale. Et puis on retrouvera Christophe Jousset pour évoquer la 5ème journée des mondiaux d'athlétisme. Plusieurs finales sont en cours. 
 
-----
 
SB : L'opposition a raté son pari en Afrique du Sud.
 
NV : Malgré les affaires et les scandales à répétition, Jacob Zuma résiste. Le président africain reste aux affaires. Les parlementaires ont voté la confiance malgré un vote à bulletins secrets. Avant le vote, Mmusi Maimane, chef de l'opposition parlementaire et chef de l'Alliance démocratique avait pris la parole devant l'Assemblée Nationale. Il espérait un vote historique.
 
« Le choix qui s’offre à nous est simple : Soit nous laissons une famille, celle du président nous «prendre tout ce que nous avons »…  Ou, bien  nous, au nom du peuple sud-africain qui nous a élu, nous reprenons notre pays en main. Le choix devant nous n’est pas entre le jaune, le rouge et le bleu. Il ne porte pas sur les partis politiques, ni sur qui va adopter cette motion ou pas. Aujourd’hui, nous avons à choisir entre le vrai ou le faux, entre le bien et le mal. Aujourd’hui, nous devons faire ce qui est le mieux pour notre pays, ou alors nous lui tournons le dos. Nous sommes tous libres de suivre notre conscience. Si vous ne saisissez pas cette opportunité, l’histoire de l’Afrique du Sud vous jugera durement. Et les gens de ce pays ne nous le pardonneront peut-être jamais. »
 
NV :Mmusi Maimane déçu ce soir après l'échec de la motion de défiance contre le président Jacob Zuma.
SB : Les Kenyans se sont déplacés en nombre à l'occasion des élections générales...
 
NV : Grosse journée électorale dans le pays, scrutin présidentiel, législatif, sénatorial et élections locales. On craignait des débordements, il y a 10 ans la crise post-électorale avait un milliers de morts et 500 000 déplacés.Mais le scrutin s'est heureusement déroulé sans incident majeur cette année. Le dépouillement a commencé et on attend les résultats.
 
SB : L'ONU de plus en plus préoccupée par la situation au Venezuela. 
 
NV : Les autorités du pays refusent toujours aux Nations Unies l'accès au pays. Le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme a donc nommé une équipe pour suivre la situation à distance. Ils ont pu entrer en contact avec 135 victimes de violations des droits de l'Homme et leurs familles, mais aussi avec des avocats, médecins et journalistes. L'ONU doit publier un rapport complet dans quelques semaines. Mais elle tire la sonnette d'alarme. Ecoutez l'une de ses porte-paroles, Ravina Shamadassani
 
Les interviews menées à distance par les enquêteurs onusiens démontrent un recours généralisé et systématique à un usage excessif de la force et à des détentions arbitraires à l’encontre des manifestants au Venezuela. Les conclusions de l’équipe font état d’autres schémas de violations des droits de l’homme, y compris des raids violents dans des maisons ainsi que des cas de torture et de mauvais traitements à l’égard des personnes détenues en lien avec les manifestations.  Au 31 juillet, le Bureau de la procureure générale enquêtait sur 124 décès dans le cadre des manifestations. D’après l’analyse de l’équipe des droits de l’homme des Nations Unies, les forces de l’ordre seraient responsables d’au moins 46 de ces décès tandis que 27 autres décès seraient imputés à des groupes armés pro-gouvernementaux, dénommés «colectivos» armés. Ces violations se produisent alors même que s’effondre l’État de droit au Venezuela, dans un climat d’attaques constantes du gouvernement contre l’Assemblée nationale et la procureure générale. Les membres gouvernementaux les plus haut placés sont responsables des violations des droits que nous enregistrons. 
SB : Au Népal un rapport parlementaire dénonce le manque de soutien du gouvernement aux domestiques envoyées illégalement dans les pays du Golfe.
 
NV : D'après ses auteurs, des responsables de l'immigration à l'aéroport international de Katmandou travailleraient main dans la main avec des trafiquants d'êtres humains pour envoyer des jeunes femmes en Arabie Saoudite, au Koweït, au Qatar ou encore aux Emirats Arabes Unis. Sur place, loin des emplois bien payés qu'on leur promet dans des hôtels ou des grands magasins, elles se retrouvent à travailler chez des particuliers. Leur passeport confisqué, elles sont trop souvent victimes de violences physiques, psychologiques et sexuelles, sans échappatoires.
SB : La province chinoise du Sichuan frappée mardi soir par un séisme de magnitude 6,5 sur l'échelle de Richter.
 
NV : Le tremblement de terre s'est produit dans une zone reculée du sud-ouest de la Chine. On ne sait pas à ce stade s'il y a des victimes ou d'importants dégâts matériels mais le gouvernement dit craindre "une centaine de morts et des milliers de blessés". En 2008 un séisme de magnitude 8 dans la même région avait fait 87 000 morts et disparus.
 
SB : En Corée du sud, la justice ordonne à Mitsubishi Heavy industries, une des entités du groupe japonais Mitsubishi, de dédommager deux femmes qui avaient été utilisées comme esclaves sexuelles par l’entreprise pendant la Seconde guerre mondiale. 
 
NV : L’une doit recevoir l’équivalent de 90 000 euros, et un proche d'une autre, aujourd’hui décédée, 2 400 euros.  L'entreprise a déjà annoncée qu’elle comptait faire appel. Christophe Paget.
 
Pendant l’occupation japonaise de la Corée, entre 1910 et 1945, des centaines de milliers d’habitants ont été enrôlés de force sur les lignes de front, utilisés comme main-d’œuvre gratuite ou comme esclaves sexuels. Ce mardi, dans son verdict, le tribunal de Gwangju rappelle le sort réservé à ces jeunes femmes réduites en esclavage dans les usines de Mitsubishi Heavy industries : « Les victimes ont perdu la vie ou ont été gravement brûlées, et ont eu toute leur existence peur d’être confondues avec les femmes utilisées comme esclaves sexuelles ». Séoul avait signé un traité de réparations avec Tokyo en 1965, mais estime le tribunal, « il est difficile de considérer que les droits individuels à des dommages et intérêts y soient inclus ». De fait quatorze plaintes regroupant un millier de victimes sud-coréennes ont été déposées contre des entreprises japonaises. En 2013 ce même tribunal de Gwangjuavait déjà ordonné à Mitsubishi de verser jusqu’à 113 000 euros à cinq victimes. Mais l’entreprise a saisi la Cour suprême sud-coréenne, qui ne s’est pas encore prononcée. La mémoire de ces 35 ans d’occupation japonaise est encore bien présente chez les sud-coréens. En juillet dernier le film « The Battleship Island », qui raconte l’histoire de centaines de coréens tentant de s’enfuir d’un camp de travail sur une île japonaise, a été un succès au box-office.
 
SB : Le président iranien Hassan Rohani critiqué dans son pays pour l'absence de femmes dans son gouvernement.
 
NV : Réélu en mai avec le soutien des réformateurs, il a présenté ce mardi 17 des 18 membres de son équipe gouvernementale. Une équipe plutôt âgée où les femmes sont cette fois complètement absentes. Le président pourrait toutefois nommer plusieurs vice-présidentes, des postes qui contrairement aux ministres ne requièrent pas l'aval du Parlement.
 
SB : Un attentat suicide revendiqué par Al Qaida a fait 3 morts, 3 soldats yemenites dans le sud de ce pays en guerre.
 
NV :L'attaque à la voiture piégée a également fait 9 blessés. La coalition arabe dirigée par l'Arabie saoudite et engagée au Yémen auprès des forces fidèles au président Mansour Hadi avaient demandé au bataillon de soldats de prendre position dans la province d'Abyane pour lutter contre les djihadistes d'Al Qaïda. Ce province est voisine de celle de Chabwa riche en pétrole et en gaz et récemment reprise avec le soutien des Américains.
 
SB : Du sport pour terminer, 5ème journée des mondiaux d'athlétisme de Londres.
 
NV :Sur place on retrouve l'un de nos envoyés spéciaux, Christophe Jousset. Christophe, programme chargé ce soir : les finales de la perche c'est toujours en cours et on s'approche de la finale du 3000 mètres Steeple... 
 
[Transcription manquante]
 
NV : Christophe Jousset, en direct de Londres pour RFI, merci. C’est la fin de ce journal en français facile, merci de l’avoir suivi, vous le retrouvez comme toujours sur notre site Internet www.rfi.fr.
 
 

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias