#French in the news

Journal en français facile 03/08/2019 20h00 GMT

Studio RFI
Transcription

Clément Fraioli : Vous écoutez RFI, il est 20h en temps universel, 22h à Paris. Bonsoir, et bienvenue dans cette nouvelle édition du Journal en français facile. Un journal que je présenterai ce soir en compagnie de Sylvie Berruet. Bonsoir Sylvie !

Sylvie Berruet : Bonsoir Clément, bonsoir à tous !

CF : Au sommaire de ce journal, la contestation se poursuit à Hong Kong. Plusieurs milliers de personnes ont défilé pour critiquer le poids de la Chine dans la région.

SB : Mobilisation également en Russie. À Moscou ce samedi on manifestait pour plus de démocratie. Plusieurs centaines de personnes ont été arrêtées.

CF : Et puis en fin de journal, nous retrouverons Yvan Amar et son Mot de la semaine.

------

SB : C’est le début d’un week-end de protestation à Hong Kong, avec une première manifestation ce samedi.

CF : Ils étaient des milliers à être descendus dans la rue pour dénoncer l’emprise de la Chine. Pékin et les autorités locales avaient pourtant haussé le ton cette semaine en procédant notamment à des dizaines d’arrestations. Mais les militants pro démocratie restent mobilisés, comme a pu le constater sur place notre envoyé spécial Zifhan Liu.

La journée avait commencé dans une ambiance festive et familiale avec plusieurs dizaines de milliers de manifestants qui ont une nouvelle fois exprimé leur souhait de démocratie dans l’archipel, à l’image de ce jeune participant qui tente de garder son optimisme. Je n’arrive pas à m » imaginer le futur, je fais juste ce que je peux. Beaucoup de personnes se sont suicidées, et je ne veux pas les décevoir. Je veux aider les autres à réaliser ce rêve. Je pense qu’en ce moment, Hong Kong n’a jamais été aussi uni, tout le monde fait de son mieux et espère que Hong Kong ira mieux. Le long des rues désertes et fermées à la circulation, quelques boutiques qui n’avaient pas baissé pavillon disposaient des bouteilles d’eau gratuitement pour ravitailler les manifestants. Dans le cortège certains relayaient les donations. On met du matériel à disposition des protestataires qui vont sur la ligne de front, car on a entendu que certains ne peuvent s’acheter de l’argent ou s’offrir un repas, car ils mettent tout leur argent pour s’acheter des équipements pour se battre contre le gouvernement. C’est pour ça qu’on essaie de leur donner de l’eau ou de la nourriture pour les aider. Comme de coutume désormais, la soirée s’est terminée au milieu des gaz lacrymogènes lancés par les forces de l’ordre avant une nouvelle journée de manifestation prévue demain.

SB : Des manifestations également à Moscou en Russie. Elles ont été réprimées par les forces de l’ordre.

CF : Selon une Organisation Non Gouvernementale, au moins 600 personnes, dont des journalistes, ont été arrêtées au cours de ce rassemblement non autorisé. Les manifestants réclamaient des élections libres. Comme l’explique cet habitant de Moscou.

« Je suis venu manifester parce que la situation actuelle en Russie est très grave et si ça continue comme ça les conséquences seront terribles ! Si Poutine et son régime ne font aucun compromis, l’évolution sera déplorable à Moscou comme dans le reste du pays. Peut-être que cette manifestation ne changera rien, mais il faut avancer pas à pas. Le pouvoir n’est pas prêt à faire des compromis pour le moment, mais au bout d’un certain temps ils y seront obligés parce qu’ils ne pourront pas constamment ignorer ce que dit l’opposition. » Cette manifestation est interdite vous n’avez pas peur d’être arrêté ? « Dans notre pays on peut se faire arrêter à n’importe quel moment, n’importe quel jour, qu’ils m’arrêtent ici ou ailleurs ça ne change rien ! Si je suis venu ici, c’est que je suis prêt… Parce que si personne ne sort dans la rue alors rien ne changera. Toutes les personnes qui sont venues ici veulent que les choses changent ! »

CF : Un témoignage recueilli par notre correspondant à Moscou, Daniel Vallot.

CF : Une fusillade a eu lieu ce samedi au Texas aux États-Unis. Cela s’est passé dans la ville d’El Paso, dans une zone commerciale. Les autorités parlent d’entre 15 et 20 personnes touchées. Le maire de la ville, lui, fait état de « plusieurs morts », sans donner plus de détails. 3 personnes ont été placées en garde à vue.

SB : Plusieurs rassemblements étaient organisés en France ce samedi, pour rendre hommage à Steve Caniço.

CF : À Nantes par exemple dans l’ouest du pays, plusieurs centaines de personnes se sont recueillies près du lieu où le corps du jeune homme a été retrouvé ce lundi. Steve Caniço avait disparu le 21 juin dernier, lors de la soirée de la Fête de la musique. Il était tombé dans la Loire après une intervention de la police. En début d’après-midi, des milliers de personnes ont défilé dans le centre-ville, malgré l’interdiction de la préfecture. La police a répondu aux jets de projectiles par des gaz lacrymogènes et des canons à eau. 34 personnes ont été arrêtées. D’autres rassemblements ont eu lieu à Paris, Montpellier, ou encore Toulouse.

SB : Après un premier échec, le Français Franky Zapata va essayer à nouveau de traverser la Manche à bord de son « Flyboard ».

CF : « L’homme volant », comme on le surnomme, avait en effet déjà tenté sa chance il y a quelques jours sur cette plateforme volante propulsée par des réacteurs. Mais il était tombé à l’eau à mi-parcours. Mais cette fois, il a mis toutes les chances de son côté, Léa Boutin-Rivière.

Comme pour sa première tentative, Franky Zapata décollera de Sangatte dans le Nord tôt le matin, pour tenter de rejoindre St Margaret’s Bay en Angleterre à bord de son fameux FlyBoard. Mais cette fois, l’homme volant a pris en compte les facteurs qui l’avaient mené à l’échec lors de l’essai précédent. Pour commencer, il a, bien sûr, réparé son engin volant... car les moteurs et l’électronique de la machine avaient été endommagés lors de la chute de l’inventeur, le 25 juillet dernier. Surtout, l’ancien champion du monde de jet-ski a apporté quelques modifications à l’étape du ravitaillement. Car pour voler, le FlyBoard utilise du carburant, stocké dans le sac à dos de Franky Zapata... et il faut refaire le plein à mi-parcours. Seulement, souvenez-vous : lors du précédent essai, c’est au moment du réapprovisionnement que Franky Zapata était tombé à l’eau... Il avait percuté la plateforme du bateau qui transportait le kérosène nécessaire à la traversée, à une quinzaine de kilomètres des côtes françaises. Alors cette fois, l’inventeur et son équipe ont choisi un bateau de ravitaillement plus grand, donc plus facile à accoster... et situé dans les eaux françaises, donc un peu plus près du point de départ. Et s’il devait encore échouer, Franky Zapata le garantit : il n’arrêtera pas avant d’avoir réussi son pari.

CF : Léa Boutin-Rivière.

SB : En football, le Paris Saint Germain a bien lancé sa saison.

CF : Les Parisiens affrontaient le Stade Rennais dans le cadre du Trophée des Champions. Un match qui se jouaient en Chine, et qui a vu le PSG s’imposer 2 buts à 1, grâce à des réalisations de Kylian Mbappé et Angel di Maria. C’est le 9e Trophée des champions gagné par le Paris Saint Germain. Le 7e d’affilée ! L’occasion de mettre l’équipe sur de bons rails, à une semaine de la reprise du championnat.

CF : Il est 22h07 à Paris, l’heure de retrouver le Mot de la semaine d’Yvan Amar. Cette semaine il nous explique le terme « inéligible ».

Lionel Zinsou inéligible ? Il vient d’être condamné à cette peine par une cour de justice béninoise. Et il a déclaré qu’il allait faire appel, donc on ne sait pas s’il pourra ou pas se présenter aux prochaines élections dans son pays, le Bénin. Mais la peine qui le frappe est claire : s’il est inéligible, c’est qu’il n’a pas le droit d’être élu. Donc qu’il n’a pas le droit de se présenter à une élection, pas le droit de se mettre dans une position où il pourrait être élu. La construction du mot est claire : à partir du verbe élire, on construit l’adjectif éligible, puis son contraire, inéligible. Attention quelqu’un qui est inéligible n’est pas forcément déchu de ses droits civiques : il a gardé son droit de vote, mais n’a pas le droit qu’on vote pour lui. Mais on entend souvent l’adjectif éligible dans un autre sens, qui n’a rien à voir. Il signifie qu’on est dans une situation qui permet de bénéficier d’un service. Si par exemple on veut emprunter de l’argent à une banque. Si on n’a pas fini de rembourser un emprunt précédent, ça peut vous rendre inéligible : on ne remplit pas toutes les conditions pour qu’on vous prête de l’argent. Ou alors si vous êtes trop vieux : la banque ne vous prêtera pas parce qu’elle a peur que vous mouriez avant d’avoir remboursé : vous êtes inéligible à ce prêt. Mais il peut s’agir de circonstances bien différentes : vous achetez un téléphone, et vous avez un forfait, un abonnement auprès d’un opérateur, d’une compagnie de communications téléphoniques. Au bout de trois ans, vous aurez le droit de demander un téléphone neuf, gratuitement : vous serez éligible à cette offre. Mais avant, non !

CF : C’était le Mot de la semaine d’Yvan Amar. C’est ainsi que se termine ce Journal en français facile. Merci à vous de l’avoir écouté, et merci à Sylvie Berruet de m’avoir aidé à le présenter. Bonne soirée !

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias