#French in the news

Journal en français facile 01/02/2021 20h00 GMT

Studio RFI
Transcription

Adrien Delgrange : Il est 20h à Mopti en temps universel, 21h à Paris, vous écoutez RFI. Ravi de vous retrouver pour votre Journal en français facile présenté avec Zéphirin Kouadio. Bonsoir Zéphyrin. 

Zéphyrin Kouadio : Bonsoir Adrien, bonsoir à toutes et à tous.

AD : Au sommaire de cette édition.

ZK : Après le coup d'État militaire ce matin en Birmanie, le Conseil de sécurité de l'ONU se réunit en d'urgence demain.

AD : Aux États-Unis, l'ancien président Donald Trump accusé d'avoir encouragé des manifestants à entrer dans le Capitole à Washington c'était le 6 janvier dernier. Il va devoir s'en expliquer lors d'un procès la semaine prochaine mais coup de théâtre il vient de changer d'avocat pour se défendre.

ZK : Nous parlerons du coronavirus, si certains pays assouplissent les règles sanitaires, d’autres prolongent le confinement. Tour d'horizon de ce qui se passe dans plusieurs pays.

AD : Et puis c'est un rapport alarmant signé Météo France et publié aujourd’hui. Si rien n'est fait la France est menacée d'un fort réchauffement climatique. Voilà pour les titres, bienvenus à tous.

-----

ZK : Et pour commencer ce journal parlons de ce nouveau coup d'État en Birmanie.

AD : C'est au petit matin que les militaires sont allés arrêter la cheffe du gouvernement Aung San Suu Kyi. Depuis son arrestation nous ne savons pas où elle détenue. Dans la foulée l'armée à proclame l'état d'urgence pour un an, pas ou peu de télécommunication, les banques fermées, les vols internationaux interrompus… Cette prise du pouvoir par les soldats est le troisième coup d'État depuis l'indépendance de la Birmanie en 1948.

ZK : Depuis ce matin c'est donc désormais le chef de l'armée birmane qui dirige le pays d'environ 54 millions d'habitants.

AD : Il s'appelle Min Aung Hlaing, c'est un général, il a 64 ans. Portait du nouvel homme à la tête de la Birmanie. Clea Broadhurst.

Le nouvel homme fort au pouvoir, Min Aung Hlaing, de son titre, le senior général, est toujours resté loin des cercles liés à l’activisme politique. Considéré par des collègues comme un cadet moyen, c'est à la 3e tentative, en 1974, qu'il a réussi à intégrer l'académie militaire. Mais c’est à partir de 2011 qu’il arrive sur le devant de la scène, lorsque le généralissime Than Shwe le nomme à sa succession. Déjà, Min Aung Hlaing se montre ambigu, quant à sa vision du processus de démocratisation. L’armée, peu appréciée car considérée comme l’institution ayant oppressé le peuple lorsqu’elle était à la tête du pouvoir, redevient populaire aux yeux de la majorité bamar, en s’attaquant aux rohingyas, considérés comme des étrangers. Mais la communauté internationale dénonce un nettoyage ethnique, et un rapport de l’ONU, publié en août 2018, accuse le commandant en chef de génocide, crimes contre l’humanité et crimes de guerre. Les experts estiment que pour Min Aung Hlaing qui devait prendre sa retraite cet été, ce coup d’état n'a pour but que de servir ses  ambitions personnelles.

AD : Le chef de l'armée birmane qui justifie ce coup d'État, selon lui il y eu des fraudes lors des législatives largement remportées par le parti politique d'Aung San sou chi.

ZK : Et puis les réactions à travers le monde sont nombreuses.

AD : La dernière en date celle Joe Biden. Le président américain a appelé lundi l'armée birmane à rendre « immédiatement » le pouvoir, menaçant de réimposer les sanctions. Enfin, le Conseil de sécurité de l'ONU tiendra une réunion d'urgence demain matin sur la situation en Birmanie,

ZK : Les États-Unis où à seulement 9 jours de son procès en destitution, Donald Trump décide de changer d'équipe pour le défendre.

AD : Hier soir, l'ancien président a annoncé les noms de deux nouveaux avocats qui assureront sa défense. Stefanie Schüler.

Ils s'appellent David Schoen et Bruce Castor. Ces deux avocats, l'un spécialiste en droit civil, l'autre en droit pénal, dirigeront l'équipe légale de Donald Trump. Mais quelle sera leur ligne de défense ? C'est précisément sur cette épineuse question que les avocats initialement engagés par l'ex-président pour son procès devant le sénat ont jeté l'éponge ce week-end. Selon plusieurs médias américains, l'ancienne équipe avait prévu de centrer sa stratégie sur la question de savoir si la procédure en destitution à l'encontre d'un président qui n'est plus en fonction est constitutionnelle ou pas. Or Donald Trump, lui, aurait lourdement insisté pour que ses avocats continuent à plaider la thèse d'une fraude massive lors de l'élection présidentielle. De quoi inquiéter les sénateurs républicains : une large majorité d'entre eux semble prête à voter contre la destitution de leur ancien patron, en se basant justement sur la constitutionnalité controversée de ce procès. En revanche, ils n'ont aucune envie de devoir juger des allégations de fraude électorale pour lesquelles Donald Trump n'a pas su apporter la moindre preuve.

AD : Le procès contre Donald Trump commencera le mardi 9 février devant le Sénat américain. 

ZK : Évoquons la pandémie de Covid dans le monde.

AD : L'Afrique du Sud a « passé le pic » de la deuxième vague de contaminations au virus du Covid-19, ce qui devrait permettre réduire les restrictions estime ce soir le président sud-africain Cyril Ramaphosa.

ZK : L'Italie assouplit les règles en vigueur contre le Covid.

AD : Les autorités permettent notamment la réouverture des bars et restaurants mais aussi des musées. Un couvre-feu reste tout même en vigueur sur tout le territoire national de 22h00 à 05h00.

ZK : En revanche l'activité touristique est suspendue en Polynésie française.

AD : Les voyages touristiques à destination de la Polynésie française comme Tahiti seront interrompus à partir de mercredi en raison de la pandémie. 

ZK : Et Israël prolonge encore une fois le confinement de sa population.

AD : Alors que le pays est à la pointe en matière de vaccination contre le Covid-19. Trois millions de personnes, c’est un tiers de la population qui a déjà reçu au moins une injection. Pourtant, en parallèle Israël enregistre également des records en termes de contaminations quotidiennes. Quelles en sont les raisons ? RFI Jérusalem, Sami Boukhelifa.

Le vaccin contre le Covid-19, est-il efficace ? La réponse est : oui, assurent les autorités sanitaires. Chez les plus de soixante ans par exemple, qui ont reçu leurs deux injections, en priorité, il y a 50% d’infection en moins. On commence à ressentir les premiers effets bénéfiques de la vaccination. Mais il y a plusieurs éléments qui entrent en jeu. Même si Israël vaccine à tour de bras, l’immunité collective n’est pas encore atteinte. Alors, le port du masque, la distanciation sociale et le confinement restent en vigueur. Toutefois, les autorités sanitaires déplorent qu’une partie de la société viole en toute impunité ces règles. Alors que le pays est l’arrêt, ses frontières fermées, les juifs ultraorthodoxes continuent de vivre normalement. Hier, dimanche à Jérusalem, les membres de cette communauté religieuse se sont rassemblés pour les funérailles de deux rabbins décédés du COVID-19. Au moins 20,000 personnes dans les rues, presque toutes sans maque. Des scènes surréalistes, qui accentuent la colère des Israéliens contre les ultraorthodoxes. La plupart d’entre eux estiment qu’ils sont responsables de la flambée actuelle des contaminations au coronavirus. 

AD : Et puis en France, une manière de protester contre les mesures gouvernementales. Des restaurants français ont décidé d'ouvrir leur établissement aujourd'hui, fermés depuis plus de 3 mois. Quelques restaurants ont accueilli des clients malgré des interdictions sanitaires. Ce sont  des « cas isolés », estime le gouvernement, rappelant que les restaurants qui ont reçu du public se verront retirer le soutien financier de l'État. Et puis ce soir, le gouvernement annonce que dans les stations de skis les remontées mécaniques resteront fermées au moins tous le mois de février.

ZK : Parlons à présent des conséquences du changement climatique. Températures très élevées, sécheresses, ou alors forte pluie et inondations.

AD : Météo France a produit de nouvelles projections climatiques à l’échelle de la France métropolitaine, pour nous permettre de se préparer, de s’adapter. Agnès Rougier.

Les résultats brossent le panorama climatique sur 3 périodes : 2021-2050, 2051-2070 et 2071-2100 en fonction de trois scénarios d’émissions de gaz à effet de serre : le 1er, dans lequel on agit dès maintenant sur les émissions, le 2ème qui prend en compte des émissions continuent à croitre puis se stabilisent, et le 3ème dans lequel les émissions augmentent sans s’arrêter. Dans ce dernier scénario, à partir de 2071, la température pourra augmenter en moyenne de 3,9° et jusqu’à 6° par endroits, par rapport au climat actuel. Dans le scénario le plus vertueux, on peut s’attendre à une augmentation de 2,2° en moyenne. Ces hausses de température se traduiront par des évènements extrêmes plus fréquents : multipliés par 2 dans le scénario optimiste, par 3 dans le scénario intermédiaire et par 5 à 10 dans le plus pessimiste. En raison de l’inertie de la machine climatique, il est trop tard pour changer les 20 prochaines années. En revanche, les décisions et actions actuelles auront de fortes conséquences sur l’avenir climatique du pays.

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias