mots-actu_c.png
RFI
Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

Une bonne partie des efforts faits pour limiter le dérèglement climatique consiste à limiter les émissions des gaz à effet de serre, et notamment du dioxyde de carbone, nocif pour notre environnement s’il est généré en trop grande quantité.

Tout ça ne nous dit pas ce qu’est le carbone, ni la chose, ni le mot. En ce qui concerne le mot il vient du latin carbo, qui a donné deux mots français, l’un populaire, l’autre savant ; c’est ce qu’on appelle des doublets : de carbo dérive le mot charbon, un terme ancien, davantage modifié: c’est le cas le plus fréquent pour les étymologies populaires: l’usage commun agit presque comme un frottement, et modifie la prononciation et la physionomie générale. Et d’une autre côté, on a carbone, mot savant, plus proche du mot d’origine latine, qui n’apparaît qu’au 18ème siècle. Mais l’ancêtre carbo est au centre d’une famille riche et variée puisqu’on y trouve aussi bien carburer, carburation, carburant, tous ces mots qui sont liés à l’idée d’une combustion particulière. Carbo en latin désigne plutôt ce qu’on appelle couramment le charbon de bois, c'est-à-dire le résidu d’un bois partiellement brûlé.

Le carbone lui est d’abord le nom d’un élément chimique. Mais c’est sous ce nom qu’on désigne souvent le dioxyde de carbone qu’on vient d’évoquer, ce qui explique un certain nombre d’expressions: taxe carbone, bilan carbone etc.

Mais il a plusieurs emplois : il est employé à propos de matériaux modernes de construction, souple et solide : on parle de fibre de carbone, et on imagine alors des skis, des planches de surf, des raquettes de tennis, des matériaux de carrosserie automobile. En revanche la diffusion de l’informatique individuelle et de bureau a définitivement rendu caduc le papier carbone qui servait à dupliquer les documents : un papier encré, intercalé entre deux feuilles, qui permettait qu’on copie ce qui s’écrivait sur la feuille du dessus, soit lorsqu’on tapait à la machine, soit lorsqu’on écrivait à la main .

Le verbe carboniser en dérive directement, et il ne signifie pas seulement brûler, mais brûler totalement, jusqu’à ce qu’il ne reste plus que des cendres et des matériaux noircis par le feu : d’une voiture carbonisée, il ne reste que la carcasse noircie.

Quant au mot charbon, il a plusieurs sens, et plusieurs usages. Il s’agit bien sûr de ce solide noir que l’on peut brûler, et qui longtemps a servi de combustible principal. On l’extrait de mines dans lesquelles le travail a toujours été pénible et dangereux. De là l’expression aller au charbon qui signifie affronter un travail ou une tâche difficile, sans se dérober.

D’autre part le charbon de bois sert à faire cuire certains aliments. Il brûle sans flamme, en restant incandescent, c'est-à-dire rouge du feu qui le brûle. Et cela permet de comprendre l’expression être sur des charbons ardents c'est-à-dire ne pas tenir en place, être dans un état extrême d’intranquillité, de malaise ou d’angoisse. Comme si l’on marchait sur ces braises, et qu’on doive continument lever les pieds pour éviter (ou tenter d’éviter) de se faire brûler. Enfin l’adjectif charbonneux indique que quelque chose est noir, comme si on l’avait noirci. On parle d’yeux charbonneux, pour souligner qu’ils sont très maquillés, soulignés d’un trait bien visible.

Avertissement !  
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensable un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

Logo DGLFLF Ministère de la Culture

En partenariat avec la Délégation Générale à la Langue française et aux Langues de France (DGLFLF)

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias