mots-actu_a.png
RFI
Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

La capsule de SpaceX Crew Dragon s'est amarrée hier sans encombre à la Station spatiale internationale. Vu comme ça, ça a l’air tout simple : comme si on lançait négligemment, mais avec une certaine précision liée à l’habitude, un cordage qui s’enroule autour d’un piton. Je vous accorde que la manœuvre a peut-être été un peu plus sophistiquée, mais l’essentiel est bien là ! Et c’est bien ça une amarre : un lien. Le mot nous vient du néerlandais, ce qui est fréquent pour les termes de marine, et il est vrai que c’est est un : ce sont au départ des navires qui s’amarrent et se désamarrent. Et le mot amarrer, en navigation, a un sens particulier : il s’agit d’attacher un bateau une fois qu’il est à quai, pour qu’il ne dérive pas, qu’il reste relativement immobile, en tout cas à sa place. Et lorsqu’on s’en va, on largue les amarres. Encore une expression de la langue maritime ; larguer n’a rien d’un mot familier dans cet emploi : le mot signifie lâcher, ou détacher ; il s’emploie spécialement pour un cordage, ou parfois pour ce qu’on laisse tomber, exprès : un avion par exemple, peut larguer des bombes au-dessus de la cible qu’il veut toucher.

Larguez les amarres – n’y voyez rien de personnel, même si j’ai parfois entendu la formule prononcée avec un rien d’agacement par une personne qui voulait prendre un peu de champ par rapport à moi et à ma famille - c’est l’expression qu’on emploie souvent aussi au figuré, quand on fait un geste pour symboliser le départ, pour signifier que ça y est, on est vraiment parti. Alors on a entendu un autre mot qui est arrimage, bien que les deux  termes n’aient pas exactement le même emploi au départ : on s’amarre pour ne pas dériver, alors qu’on arrime deux bâtiments pour qu’ils soient fixés l’un à l’autre.

Mais revenons à notre amarre de départ : son radical nous a donné un autre mot tout à fait fréquent : démarrer. Son premier sens est bien celui de larguer, rompre les amarres, et il s’applique aux bateaux. Mais on s’est bien vite acheminé vers le sens de quitter le port, de prendre sa route. Glissement de sens qui amène naturellement vers le sens le plus commun aujourd’hui : démarrer c’est mettre en route, une embarcation mais surtout ce qui la fait avancer, c'est-à-dire un moteur. C’est à ce sens que se rapportent le plus souvent des mots comme démarrage ou démarreur, et on parlera couramment d’un démarrage  difficile, ou à l’inverse d’un démarrage au quart de tour. Un nouveau glissement de sens donne au verbe démarrer le sens de commencer. C’est en emploi figuré évidemment, mais très courant, qui fait que bien souvent on emploiera le mot de façon transitive : démarrer la journée par un bon café ; démarrer un travail, un projet, une nouvelle vie.

Avertissement ! 
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensable un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

Logo DGLFLF Ministère de la Culture

En partenariat avec la Délégation Générale à la Langue française et aux Langues de France (DGLFLF)

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias