mots-actu_a.png
RFI
Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

Un plan en faveur des aidants vient d’être dévoilé par le gouvernement français. Les aidants ? Ceux qui viennent en aide à un proche, quelqu’un de leur famille la plupart du temps, qui est dans une situation où il ne peut plus s’aider lui-même, où il n’est plus autonome. Il peut s’agir d’une maladie neurologique ou d’une pathologie plus physique, comme une paralysie : bien souvent, des personnes âgées ne peuvent plus s’occuper d’elles toutes seules : ni faire les courses indispensables, ne remplir les papiers quotidiens, ni parfois se nourrir, se lever, se laver s’habiller. Et les proches s’épuisent à leur venir en aide, surtout quand il faut cumuler cette charge avec un travail ordinaire. Mais voilà, on se sent souvent coupable à l’idée de mettre une personne en situation empêchée dans une institution spécialisée, même si elle est tout à fait adaptée. Il faut donc aider les aidants !

Les aidants, le mot est assez récent. Son sens est tout à fait transparent, mais on l’a créé, en tant que nom, pour désigner ceux qui sont comme des auxiliaires de vie quotidienne. Le mot a été employé en Belgique et au Canada avant d’être fréquent en France, mais il est maintenant bien implanté d’autant que ces aidants sont sur le point d’être soutenus officiellement.

Et bien entendu, il faut le distinguer du mot aide. Un mot qui existe sous deux formes, féminine ou masculine. Il s’agit donc de deux mots distincts.

Une aide renvoie à une action : celle d’assister quelqu’un, d’agir en sa faveur, de joindre ses efforts aux siens dans ce qu’il entreprend. Parfois même, cette réalité est plus abstraite : il s’agit d’un service mis en place : l’aide aux personnes âgées, et là il s’agit d’une allocation, d’une pension ; l’aide juridictionnelle, c’est-à-dire la mise à disposition gratuite d’un soutien juridique : en gros, il s’agit des services d’un avocat proposé à quelqu’un qui n’a pas les moyens de se le payer.

Mais si l’on parle d’un aide, on fait référence à quelqu’un. Et en général, on sous-entend que l’aide vient en renfort, et que par conséquent il sert sous les ordres de la personne qu’il vient assister : le rapport hiérarchique est évident : l’aide-comptable n’est pas exactement comptable. Et l’aide-soignant n’est pas exactement infirmier. Quant à l’aide de camp, une fonction qui n’existe plus dans les armées modernes, c’était le subordonné qui servait de secrétaire, qui faisait exécuter les ordres d’un général ou d’un responsable militaire.

Avertissement ! 
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensable un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

Logo DGLFLF Ministère de la Culture

En partenariat avec la Délégation Générale à la Langue française et aux Langues de France (DGLFLF)

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias