音频
Une éruption solaire, septembre 2008.
Une éruption solaire, septembre 2008.
Nasa
La météo spatiale s’applique à prévoir les soubresauts de notre étoile, le Soleil : méga-éruptions, éjections de plasma, intensité des cycles d’activité… Des variations qui peuvent avoir des conséquences sur les activités humaines.

02'19" - Première diffusion le 03/08/2013

C'était le 13 mars 1989. La province du Québec au Canada fut plongée dans le noir et le froid pendant plusieurs heures. De gros transformateurs servant la distribution du courant électrique avaient été victimes de courts-circuits. À l'origine de cette méga panne, une tempête solaire qui, en nous bombardant l'électrons, avait déstabilisé le champ magnétique terrestre et provoqué des surchauffes dans les conducteurs électriques.

Depuis quelques années, de nombreux rapports scientifiques appellent à la mobilisation au plus haut niveau des États pour que les risques liés aux variations d’activités du soleil soient pris en compte. Et ils commencent à être entendus en Europe, comme par exemple, le grand centre de météorologie spatiale a été inauguré le 3 avril 2013 à Bruxelles. Sa mission : guetter les tempêtes solaires et donner l’alerte en cas de d’éruption.

Plusieurs phénomènes attirent principalement l’attention des météorologues de l’espace. Il y a d’abord les « flashs solaires » quand notre étoile libère un trop-plein d’énergie qui émet une lumière aveuglante ; viennent ensuite les geysers de plasma, quand le soleil éjecte sa propre matière dans l’espace interplanétaire ; enfin reste l’hypothétique méga irruption qui interviendrait, selon certains astrophysiciens, tous les 5 000 ans environ, une théorie aujourd’hui controversée.

Quoiqu’il en soit, notre soleil connait donc des sautes d’humeur importantes assez régulièrement. Dans ce cas des particules, électrons, protons et même du gaz sont éjectés, et vont changer les propriétés de notre atmosphère ou de notre champ magnétique. Des interférences qui peuvent bloquer la transmission des messages radios haute-fréquence utilisés par les pilotes de ligne ou par les armées, qui peuvent aussi fausser le signal des satellites GPS et donc perturber les avions, les bateaux et télécommunications.

Les éjections solaires sont-elles capables de générer un courant électrique puissant qui peut perturber, voire mettre hors d’usage nos réseaux d’alimentation comme on l’a vu au Québec en 1989 ? L’idée est donc de prévoir ces évènements et de prendre des dispositions, détourner des avions, protéger les infrastructures car nous sommes devenus de plus en plus vulnérables. Mais pour cela, il faut bien connaitre le soleil et résoudre de nombreux mystères qui nous échappent encore. Qu’est-ce qui déclenche ces flashs solaires ? Quels sont les mécanismes qui régissent les cycles d’activité de notre étoile et qu’est-ce qui est à l’origine de ces gigantesques geysers de plasma ? La météo spatiale est donc un domaine en pleine expansion, mais qui n’en est qu’à ses balbutiements.

Pour en savoir plus :
- La météo spatiale de l'Agence spatiale européenne (en anglais)
Le Centre de Météorologie Spatiale, un centre spécialisé de Météo-France.

 

发布时间 14/09/2015 - 更改时间 23/03/2020 - 按作者Patrick Chompré

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias