音频

Les médias et le «monde d'après», avec l'économiste Julia Cagé

Julia Cagé aux Rencontres économiques d'Aix-en-Provence, juin 2019.
Julia Cagé aux Rencontres économiques d'Aix-en-Provence, juin 2019.
© RFI / David Baché
Quels modèles économiques et de gouvernance pour assurer la survie des médias ? Comment concilier financements de l’État et indépendance des médias ? L'Atelier des médias a reçu Julia Cagé, professeure à Sciences Po Paris, spécialisée notamment dans l'économie des médias.

28'15" - Première diffusion le 10/05/2020

En 2015, elle publiait au Seuil Sauver les médias, un livre au titre plus que jamais d'actualité alors que la pandémie de coronavirus et les mesures de confinement affectent durement l'industrie des médias.

Alors que la crise du coronavirus s'ajoute aux difficultés économiques que les médias connaissent depuis plusieurs années, l'économiste Julia Cagé ne cache pas son inquiétude : « J'ai peur qu'il n'y ait plus de modèle économique pour produire de l'information au niveau local. »

Dans L'Atelier des médias, elle fait état du paradoxe actuel : une baisse brutale des revenus publicitaires et de la vente au numéro en raison des mesures de confinement et, dans le même temps, une très forte augmentation de la consultation d'information en ligne, ce qui a entraîné une hausse des abonnements numériques aux médias d'information.

Pour Julia Cagé, « l'information est un bien public » mais cela ne veut pas dire qu'elle doit être gratuite. Il faut que le coût soit pris en charge en partie par les citoyens et que, par exemple, l'État offre des abonnements à des médias de qualité aux personnes à bas revenus.

L'économiste plaide pour qu'il y ait davantage de citoyens lecteurs qui financent les entreprises de presse et de journalistes actionnaires de leur propre média. Pour que ce « bon modèle » – c'est ainsi qu'elle le qualifie – se mette en place, il faut un accompagnement financier de la part de l'État, explique-t-elle.

Julia Cagé donne aussi ses conseils à celles et ceux qui souhaiteraient créer un média par les temps qui courent : faire une campagne de financement participatif pour créer une fondation (à but non lucratif donc) avec l'ambition d'embarquer des lecteurs et les journalistes dans une aventure.

Mais elle rappelle aussi que créer une nouvelle rédaction ad-hoc est très compliqué. Aussi, celle qui est aussi présidente de la Société des lecteurs du Monde, préférerait sans doute « innover à partir d'un média existant plutôt que créer un média à partir de rien ».

L'urgence pour les médias, c'est de tout faire pour ne pas s'effondrer en raison de la crise actuelle, conclut Julia Cagé.

► À voir aussi : Julia Cagé: l'intellectuelle de gauche qu'elle voulait être

发布时间 27/05/2020 - 更改时间 07/07/2020 - 按作者Steven Jambot, Simon Decreuze

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias