音频

A la Une : la mort de Kadhafi. Du Maghreb à l’Afrique subsaharienne, les commentaires sont contrastés

Kadhafi discours ONU
Kadhafi prononce son discours lors de la 64è Assemblée Générale de l'ONU le 23 septembre 2009.
Bloomberg/Getty
« Libye libre », lance ainsi, en Une, le quotidien algérien El Watan, sur la photo sanglante du corps présenté comme celui de Mouammar Kadhafi. El Watan se borne ce matin à publier des dépêches d’agences, mais titre quand-même sur « la Libye libérée de son tyran ».

4'15'' - Première diffusion le 21/10/2011

Les sites internet des journaux algériens Le Matin et Liberté ont mis en ligne les images vidéo présentées comme celles des derniers instants de Kadhafi.
 
« Mouammar Kadhafi est mort », annonce sobrement, de son côté, le journal marocain Le Matin.
 
Davantage de commentaire en Tunisie, ou le journal La Presse estime que l’essentiel reste à faire. « Aussi décisive et aussi importante soit-elle, la victoire totale contre le régime ubuesque de Kadhafi est une petite victoire par rapport à la tâche titanesque qui attend le peuple libyen : instaurer un régime politique doté de tous les attributs de la démocratie». Et La Presse d’ajouter que « L’expérience tunisienne en cours pourrait être une source d’inspiration et d’encouragement pour le peuple libyen ».
 
Un titre choc au Burkina-Faso. « Fallait partir à temps », lance en effet L’Observateur. Pour le quotidien burkinabé, « les combattants du CNT peuvent à présent pavoiser ; eux, les “rats”, sont venus à bout du lion ». Pour L’Observateur, « la mort de Kadhafi aura fait œuvre utile si elle parvenait à convaincre timoniers, pères des nations et autres présidents bien-aimés, de sagement savoir réviser leurs folies des grandeurs ».
 
Mais au Burkina toujours, changement de ton avec Le Pays, qui donne la parole à « des Ouagalais mécontents » de la mort de Kadhafi. L’une dit que « l’assassinat de Kadhafi est injuste », l’autre, qu’il n’est « pas content de l’assassinat de Kadhafi », un troisième déplore que « ça se termine ainsi ».
 
Au Mali, Le Républicain présente Kadhafi comme « un martyr, pas un lâche ». Le quotidien précise sa pensée : « si le coup a tué un dictateur, il peut bien avoir donné naissance à un martyr. ». Et Le Républicain de se récrier : « Le fait est qu’après Kadhafi, les martyrs ce sont le Niger, le Tchad et le Mali ».Et Le Républicain enfonce le clou : « Il est très lamentable et déplorable de voir les fils et les filles Libyens jubiler de joie dans les rues dès l’annonce de la mort de l’homme à qui, Sarkozy son fossoyeur, avait déroulé le tapis rouge ».
 
En Côte d’Ivoire, L’Intelligent d’Abidjan titre sur « Une mort horrible ».
 
Pour Fraternité matin : « La révolution orange a un goût acidulé (… Car) ajoute le quotidien gouvernemental, le colonel était aussi un homme de partage. Les pays du Sahel et au sud du Sahara dont la voix n’a pas porté, vont le regretter. Tout le monde a commercé, avec lui, partageant ses pétrodollars et son pétrole à certains Etats et organisations d’Afrique (…) Mais l’essentiel reste désormais l’avenir du peuple libyen. Contraint d’expérimenter une nouvelle vie, celle de la liberté et de la démocratie ».
 
De son côté, le journal ivoirien Le Nouveau Courrier se désole : « comme Saddam Hussein, il fallait que Kadhafi meure. Déjà pour ne pas incarner, dans les fers, la nostalgie d’une Libye souveraine et prospère (…) Il fallait aussi que Kadhafi meure pour que l’on n’en parle plus, et pour éviter un procès au cours duquel il aurait été difficile d’éluder ses relations financières troubles avec un certain nombre de réseaux occidentaux ». Et Le journal ivoirien d’ajouter : « Après avoir installé le chaos en Libye, la coalition occidentale va expliquer au monde entier qu’elle y reste pour combattre le chaos. Mais les Libyens, dont le pays a été dévasté, paieront très cher le prix de leur amère “liberté”. »
 
« Comme il l’avait promis, il se sera battu jusqu’à la mort », rehausse Guinée Conakry Info. Pour le site Internet guinéen, « la fin de règne de Kadhafi incarne le début d’une aventure qui s’annonce périlleuse et pleine d’incertitudes ». Conclusion de Guinée Conakry Info : « Si les espoirs populaires ne sont pas comblés, l’on n’a pas besoin de parier dessus : “les Libyens regretteront un jour Kadhafi” ».

发布时间 17/01/2017 - 更改时间 24/01/2017 - 按作者Norbert Navarro

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias