Le président français Nicolas Sarkozy lors de la Conférence économique franco-indienne, à Bombay, le 7 décembre 2010.
Le président français Nicolas Sarkozy lors de la Conférence économique franco-indienne, à Bombay, le 7 décembre 2010.
Lionel Bonaventure/Pool/REUTERS
文章

Nicolas Sarkozy veut faire de l’Inde un grand partenaire de la France

C'est par Bombay, la capitale économique du pays, que Nicolas Sarkozy a terminé mardi 7 décembre 2010 sa visite de quatre jours en Inde. Lors d'une conférence économique réunissant des dirigeants d'entreprise français et indiens, le président français a réaffirmé sa volonté de faire de l'Inde un grand partenaire de la France, aussi bien commercial que politique, tout en l'invitant à faire preuve de responsabilité dans les affaires internationales.
根据 RFI -

Avec notre envoyée spéciale à Bombay, Véronique Rigolet

« L’essentiel, c’est que vous compreniez bien que nous ne sommes pas venus ici trouver des nouveaux clients. Nous sommes venus ici vous proposer un partenariat parce que, peut-être même que nous croyons à l’avenir de l’Inde plus que vous-même. ». Devant les chefs d’entreprise indiens, Nicolas Sarkozy a le sourire au terme de quatre jours en Inde.

Le président français a réussi son double partenariat : économique avec la vente de deux centrales nucléaires et politique, avec l’assurance donnée par le Premier ministre indien que l’Inde soutiendra bien la présidence française du G20.

signe plus

1'02" - Nicolas Sarkozy, chef de l'État français, le 07/12/2010 - par Véronique Rigolet.
« Nous voulons être vos partenaires, nous comprenons vos problèmes. »

 

Changer la donne mondiale

En échange de quoi, Nicolas Sarkozy se fait fort de défendre bec et ongles la candidature de l’Inde au Conseil de sécurité : « Ceux qui comme la France pensent que l’Inde doit être membre permanent du Conseil de sécurité doivent décider que la réforme c’est pour 2011, pas pour 2012. »

« C’est un partenariat stratégique sans retour », dit encore le président français qui met en avant que la France, à la tête du G20, et le géant indien peuvent ainsi changer la donne mondiale, imposer la réforme du système monétaire international, ou bien encore la mise en œuvre des financements innovants. Bref tout devient possible : « Si l’Inde le veut et si la France le veut, alors ensemble, si nous le voulons, nous le pourrons. »

signe plus

1'02"Nicolas Sarkozy, chef de l'État français, le 07/12/2010 - par Véronique Rigolet.
« Il n'y aura pas de croissance mondiale durable s'il n'y a pas un système monétaire régulé et organisé .»

发布时间 10/04/2017 - 更改时间 21/04/2017

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias