Un groupe de Kosovars tentant de traverser illégalement la frontière hongro-serbe.
Un groupe de Kosovars tentant de traverser illégalement la frontière hongro-serbe.
Laszlo Balogh / Reuters
文章

L'exode inédit des habitants du Kosovo

Le Kosovo est affecté par un phénomène d’exode encore inédit depuis la fin de la guerre, il y a 15 ans. Depuis le début de l’année, de 50 000 à 100 000 Kosovars ont quitté le pays, avec un objectif : gagner l’Europe occidentale. Beaucoup de ces migrants sont refoulés à la frontière serbo-hongroise. Autopsie d’un exode.
根据 Jean-Arnault Dérens -

Les candidats au départ partent en autocars du Kosovo, ils traversent la Serbie pour gagner la ville de Subotica, dans le nord de ce pays, tout près de la frontière hongroise. Des passeurs les y attendent, notamment dans de vieux hôtels installés sur les bords du lac de Palic. Là, des grosses berlines immatriculées en Allemagne ou en Autriche se proposent de conduire les migrants les plus fortunés directement jusqu’à leur destination.

Les autres passent à pied la frontière par la forêt. Les passeurs qui guident les groupes encaissent 250 euros par personne. S’ils sont arrêtés en Hongrie, les Kosovars peuvent demander l’asile dans ce pays, les autres filent directement vers l’Ouest. Les moins chanceux, qui se font arrêter du côté serbe de la frontière, doivent s’acquitter d’une amende et sont reconduits vers le Kosovo.

Il est difficile d’obtenir des chiffres, mais on estime que 50 000 à 100 000 personnes sont parties depuis la fin du mois de décembre, soit près de 5 % de la population totale du pays. Dans la seule ville de Podujevo, 600 à 700 personnes prenaient la route chaque soir au début du mois de février, mais le phénomène s’est ralenti depuis trois à quatre jours, à cause du renforcement annoncé des contrôles policiers à la frontière serbo-hongroise. L’Allemagne a d’ailleurs envoyé des policiers, dotés d’un matériel moderne de surveillance.

Les raisons de l’exode

Le Kosovo est un pays très pauvre, sans réelle perspective de développement économique, où le chômage frappe près de la moitié de la population active. L’émigration a donc toujours constitué une soupape de sécurité, mais ce nouvel exode a pris des proportions totalement inédites. Certains éléments objectifs peuvent expliquer le phénomène, comme la nouvelle liberté de circulation entre le Kosovo et la Serbie, entrée en vigueur en octobre dernier, qui permet aux Kosovars de pénétrer librement dans le pays voisin.

Cependant, rien n'explique l’ampleur du mouvement. Et les rumeurs les plus folles circulent. Certains prétendent ainsi que les pays occidentaux auraient décidé d’accepter ces migrants pour éviter une explosion sociale au Kosovo, ce qui est évidemment totalement infondé. Ces migrants n’ont pratiquement aucune chance de pouvoir obtenir l’asile dans les pays de l’Union européenne. Le relatif laxisme dont ont fait preuve durant plusieurs mois les polices serbe et hongroise ne manque pas non plus de surprendre, même si la situation est en train de changer depuis la semaine dernière.

Les jeunes hommes, principaux candidats au départ

Parmi les candidats au départ, on trouve aussi bien des adolescents d’une quinzaine d’années qui partent en petites bandes, que des familles entières. Mais la majorité des migrants sont de jeunes hommes. Il y a bien sûr beaucoup de chômeurs mais aussi des gens qui avaient un travail. Certaines entreprises du Kosovo se désolent d’avoir vu partir tous leurs employés en quelques jours.

Pour réunir le petit pécule nécessaire au départ, certains comptent sur leurs économies ou l’aide de parents déjà établis en Occident. D’autres ont vendu tous leurs biens. Des paysans ont cédé des terres, des vaches ou des tracteurs à des prix bien inférieurs au marché. S’ils ne parviennent pas à passer, ces infortunés reviendront au Kosovo, mais sans retrouver leurs emplois ni leurs biens. C’est donc une nouvelle catastrophe sociale qui menace le Kosovo, qui vient de fêter le 17 février 2015 le septième anniversaire de sa proclamation d’indépendance dans ce bien triste climat.

发布时间 13/02/2018 - 更改时间 15/02/2018

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias