Célébration du 5ème anniversaire de l'accession de la Chine à l'OMC en 2006
Célébration du 5ème anniversaire de l'accession de la Chine à l'OMC en 2006
Liu Jin / AFP
文章

La Chine à l'OMC: la grande peur de ses voisins

L’entrée de la Chine au sein de l’OMC couronne une longue marche de quinze ans pour s’intégrer au monde. Ce qui relève de sa part d’un bon sentiment. Néanmoins, la montée en puissance du dragon chinois donne des sueurs froides à ses voisins, des pays d’Asie du Sud-Est en passant par l’Inde ou le Japon. C’est que le mastodonte chinois, tel un éléphant dans un magasin de porcelaine, risque de leur faire de l’ombre, voire de leur marcher sur les pieds.
根据 Hélène Mendes Da Costa -

Ainsi le Japon, la deuxième puissance économique du monde et le géant économique de l’Asie orientale, se sent rapetisser à vue d’œil. Non seulement l’opinion s’inquiète de l’immigration clandestine, mais des responsables évoquent en termes à peine voilés « une menace chinoise ». Loin de sortir d’une décennie de crise, le Japon, il est vrai, est retombé en récession, tandis que le dragon affiche crânement 7% de croissance pour cette année.

À l’autre bout de l’Asie, les pays de l’ASEAN* (Association des nations de l'Asie du Sud-Est), les dix pays d’Asie du Sud-Est souffrent de la concurrence des produits chinois aux États-Unis, leur principal débouché. Et sur leurs propres marchés, les exportations chinoises ont augmenté de 43% l’an dernier. En outre, la Chine a attiré, la même année, trois fois plus d’investissements étrangers, une proportion qui s’est exactement inversée en une décennie. Enfin, même l’Inde, le seul pays d’Asie à la mesure du mastodonte chinois avec son milliard d’habitants, s’inquiète de ce rival qui pèse déjà deux fois plus lourd qu’elle sur le plan économique.

Signe toutefois encourageant : le dragon fait patte de velours, la Chine se veut rassurante. Pékin a proposé à l’Asie du Sud-Est, il y a un mois, une zone de libre échange d’ici dix ans (1). Et pris d’une soudaine passion pour le commerce sans frontière, il envisage désormais de créer, d’ici moins de dix ans, une autre zone de libre échange incluant la Chine populaire, Hong Kong, Macao, voire Taiwan. Une ambition qui ferait de cet ensemble, doté de quatre sièges au sein de l’Organisation mondiale du Commerce, un bloc très puissant.

Sauf accident, un basculement de la puissance est donc à l’œuvre en Asie orientale, en faveur de la Chine et aux dépends du Japon. Dans ces conditions, le dragon peut se permettre d’avoir le triomphe modeste !

*Site en anglais

(1) Mise à jour 14 mai 2019. La zone de libre-échange entre la Chine et 6 pays de l'ASEAN est entrée en vigueur le 1 janvier 2010.

En savoir plus :
- L’entrée de la Chine à l’OMC, novembre 2001 (dossier)

发布时间 10/01/2017 - 更改时间 20/05/2019

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias