L'hôtel Taj Mahal de Bombay lors de l'attaque terroriste de novembre 2008
Fumées et flammes s'élèvent de l'hôtel Taj Mahal à Bombay, lors de l'attaque terroriste, le 27 novembre 2008.
Peter Keep/Reuters
文章

Attentats de Bombay : l'Inde accuse les services de renseignement du Pakistan

À la veille d'une rencontre bilatérale, l'Inde accuse les services de renseignement pakistanais d'avoir supervisé les attaques menées par un commando d'islamistes pakistanais qui avaient fait 166 morts fin novembre 2008 à Bombay. Du 26 au 29 novembre 2008, un commando de dix hommes lourdement armés avait pris d'assaut plusieurs endroits très fréquentés de Bombay, dont la gare et un hôtel de luxe. Le seul survivant a été condamné à mort par un tribunal spécial de Bombay.
根据 RFI -

Avec notre correspondant à New Delhi, Pierre Prakash

Voilà qui ne risque pas de faciliter la rencontre prévue demain jeudi 15 juillet 2010 à Islamabad, entre les ministres indien et pakistanais des Affaires étrangères.

Alors que la reprise du dialogue bilatéral continue de buter sur la question du terrorisme, New Delhi estimant que son voisin n’a pas fait assez pour poursuivre les commanditaires des attentats de Bombay fin 2008, un haut responsable indien vient ouvertement d’accuser les services secrets pakistanais d’avoir orchestré cette attaque.

« Ils ont littéralement contrôlé et coordonné du début à la fin », a en effet déclaré au quotidien Indian Express, le numéro deux du ministère de l’Intérieur, GK Pillai. Selon lui, le rôle central joué par les services d’Islamabad serait apparu lors de l’interrogatoire du ressortissant américain David Hedley, le mois dernier.

Actuellement en détention aux Etats-Unis, cet homme d’origine pakistanaise a reconnu avoir participé à la préparation des attentats de Bombay pour le compte du groupe islamiste armé Lashkar-e-taïba, lequel était selon lui, en contact permanent avec les services pakistanais.

发布时间 21/02/2017 - 更改时间 28/02/2017

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias