Les drapeaux polonais, hongrois et tchèque se rangent aux côtés des drapeaux des autres pays de l'OTAN lors d'une cérémonie au Grand quartier général des puissances alliées en Europe (SHAPE), le 16 mars 1999 à Mons en Belgique.
Les drapeaux polonais, hongrois et tchèque se rangent aux côtés des drapeaux des autres pays de l'OTAN lors d'une cérémonie au Grand quartier général des puissances alliées en Europe (SHAPE), le 16 mars 1999 à Mons en Belgique.
Attila Seren / Belga / AFP
文章

À Rome, fin de la guerre froide?

Fondée le 4 avril 1949, l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord a accueilli en 1999, trois nouveaux membres, issus de l’ancien Pacte de Varsovie : la Pologne, la République tchèque, et la Hongrie. Lors de sa création en pleine guerre froide, l’OTAN constituait aux yeux de Moscou une alliance défensive, s’appuyant sur la dissuasion nucléaire pour faire face au bloc soviétique.
根据 Pierre Delmas -

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, la politique de l’URSS (installation de force de gouvernements procommunistes dans les pays de la sphère soviétique, soutien de la guérilla communiste en Grèce et du mouvement séparatiste en Iran, blocus de Berlin en 1948, « traité d’amitié » signé entre l’URSS et la Finlande) était perçue comme une menace en Europe. 

Les premiers pays signataires en furent la Belgique, le Royaume-Uni, le Canada, le Danemark, la France, l’Islande, l’Italie, le Luxembourg, les Pays-Bas, la Norvège, le Portugal et les États-Unis. La Grèce et la Turquie firent leur entrée dans l’alliance en 1952, l’Allemagne de l’Ouest les rejoignit en 1955 et l’Espagne en 1982. En 1966, la France s’est retirée du commandement intégré de l’organisation, mais pas de l’alliance elle-même. 

La Russie a toujours manifesté son hostilité face à l’élargissement de l’OTAN, dont elle voyait les limites s’approcher de ses frontières. Impuissante à empêcher l’adhésion d’anciens pays communistes, elle considère encore comme une menace pour sa sécurité l’entrée d’une ex-République soviétique à l’Alliance atlantique, même si celle-ci s’est engagée à ne pas déployer dans un avenir prévisible des armes nucléaires et des troupes de combats sur le territoire des nouveaux adhérents. 

Au contraire de pays occidentaux aux forces armées modernes, comme la Suède ou la Suisse, l’interopérabilité avec l’OTAN pose de véritables problèmes aux trois anciens pays communistes. Certes, la population de ces trois pays soutient l’intégration à l’OTAN, mais au défi humain, le défi principal n’est autre que la maîtrise de l’anglais : en Pologne, sur quelque 100 000 militaires professionnels, 5 000 environ posséderaient des notions de cette langue alors que 500 officiers parlent allemand et 150 le français.

Autre problème : celui du coût à l’adhésion. Le matériel dont disposent ces pays est à 80 % d’origine soviétique, en provenance principalement des années 50 et 60 en Hongrie. C’est ainsi que par exemple la République tchèque devrait consacrer 90 % de ses investissements militaires à moderniser ses Forces aériennes, les actuels chasseurs Mig-21 russes devant être mis hors service en 2003. L’entrée à l’OTAN aura donc un coût particulièrement lourd.

发布时间 26/03/2019 - 更改时间 25/04/2019

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias