Le projet Desertec
Le projet Desertec.
www.desertec.org
文章

De l'énergie propre et renouvelable à partir du soleil

C'est en partant du constat selon lequel la plus grande ressource d’énergie techniquement accessible sur la planète est disponible dans les régions désertiques autour de l’équateur, qu'est né le projet baptisé Desertec, qui vise à « mettre les déserts et la technologie au service d’une sécurité renforcée dans le domaine de l’énergie, de l’eau et du climat ». 
根据 Dominique Raizon -

Douze entreprises, en majorité allemandes, ont donné lundi le coup de ce projet pharaonique, qui consiste en l'installation d'un vaste réseau de centrales solaires dans le le nord de l'Afrique et au Moyen-Orient pour alimenter l'Europe en énergie « propre ». Un projet qui n'emporte pas tous les suffrages.

Quand bien même des installations devraient être construites avant, les plans du projet Desertec sont conçus à l'échelle de 2050. Pour alimenter le programme, les géants allemands de l'énergie EON et RWE, le réassureur Munich Re, la banque Deutsche Bank, des fabricants de solaire comme l'Espagnol Abengoa Solar, l'Algérien Cevital et la fondation porteuse du projet Desertec sont prêts à mettre sur la table quelque 400 milliards d'euros. En retour, ils font le pari que le vaste réseau de centrales thermiques solaires, installé sur les sables d'Afrique du Nord -du Maroc jusqu'à l'Arabie Saoudite- et relié serait relié à l'Europe via des câbles électriques sous-marins, répondra à tous les défis environnementaux et économiques actuels.

Un protocole d'accord a été signé à Munich (sud) pour la création d'un bureau d'études, qui sera créé d'ici fin octobre dans le but d'élaborer des plans d'investissement réalisables au cours des trois prochaines années. Parmi les sociétés participantes, des entreprises qui n'apparaissent ni comme des philanthropes ni comme des fantaisistes. Le projet promet de couvrir à terme 15% des besoins énergétiques de l'Europe et « une part considérable » de ceux des pays producteurs, de réduire la production de CO2, mais aussi de dessaler l'eau de mer pour fournir de l'eau potable aux populations locales et contribuer à leur développement.

Quid des lieux d'implantation de ces installations, de leur date de mise en service, du coût du courant produit, du bénéfice qu'en tireront les pays africains et arabes etc ? « Quid des subventions publiques nécessaires à un tel projet, qui, en cas d’échec, engloutirait l’argent des contribuables ? Et les coûts de transport, grâce à des liges à haute tension au fond de la Méditerranée permettront-ils d’offrir aux consommateurs de l’électricité à un prix abordable ? », souligne le correspondant Pascal Thibault, à Berlin.

De nombreuses questions ne sont pas résolues, auxquelles il faut ajouter le manque de stabilité politique dans certaines régions productrices. Les promoteurs de Desertec ont argué que c'est désormais au bureau d'études d'y répondre mais ils ont défendu la viabilité du projet, qui fait l'objet depuis plusieurs semaines d'un énorme battage médiatique.

La chancelière allemande Angela Merkel et le président de la Commission européenne José Manuel Barroso ont déjà salué l'initiative. « La chancelière Merkel y voit le moyen de limiter la dépendance de l’Europe et plus spécialement de l’Allemagne par rapport à la Russie.», souligne Pascal Thibault. Les Européens ont mis l'accent lors du lancement du projet sur les bénéfices que devraient retirer les partenaires africains du projet, tels que des débouchés dans la construction des miroirs solaires et des emplois.

Un « éco-colonialisme » ?

Il n'en demeure pas moins que Desertec n'échappe pas aux critiques. Pour le député social-démocrate allemand Hermann Scheer, point n'est besoin d'aller en Afrique pour fournir de l'énergie propre à l'Europe. « Nous pourrions investir les 400 milliards d'euros ici », explique-t-il , défendant l'idée d'un réseau décentralisés d'opérateurs dans les énergies vertes, plutôt que de le laisser aux mains d'un monopole de grandes entreprises.

D'autres doutent des chances de développement pour les pays producteurs et pensent que l'intérêt défendu est avant celui de l'Europe. Ce que le quotidien allemand Handelsblatt résume en un mot : « éco-colonialisme ».

Qu'en pensent les pays du Sud ? 

Le projet est séduisant mais onéreux. Il va falloir permettre aux pays du Sud de se développer pour partager les priorités.

发布时间 10/11/2015 - 更改时间 10/11/2015

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias