音频

Les cours du pétrole au plus haut depuis plus de deux ans

Gisement de pétrole
Un gisement de pétrole.
Pixabay
À peine contrariés par le regain du dollar depuis début novembre 2010, les cours du pétrole, libellés dans cette monnaie et donc normalement susceptibles de suivre le mouvement inverse du billet vert, ont continué de s'apprécier.

Première diffusion le 12/11/2010

Jeudi 11 novembre 2010, le baril de Brent, le brut de la mer du Nord, a même frôlé les 90 dollars à la clôture à Londres. Quant au baril de brut léger américain, il a dépassé les 88 dollars dans les échanges électroniques à New York. Des niveaux qu'on n'avait plus vus depuis octobre 2008. On sort décidément de la fourchette des 70 à 80 dollars dans laquelle les cours s'étaient maintenus depuis des mois et pour des raisons qui tiennent à nouveau aux fondamentaux du marché.

La demande de pétrole repart comme le montrent les statistiques égrenées au cours de la semaine. Contre toute attente, les stocks américains, qui regorgeaient encore de brut en juin dernier, ont été brutalement délestés la semaine dernière de 3,3 millions de barils, alors qu'on s'attendait au contraire à ce qu'ils grossissent encore de 1,4 million de barils, avant les grands froids. De la même manière, on constate une diminution surprise des réserves américaines d'essence et surtout de gasoil, dont la demande est à nouveau comparable au pic de 2007.

La demande en produits pétroliers est aussi très forte chez le deuxième consommateur mondial, la Chine. La consommation de diesel s'est envolée pour alimenter les générateurs des usines, rationnées en électricité issue des centrales à charbon sur décision des autorités, désireuses de remplir leurs objectifs de réduction de CO². La production industrielle du dragon chinois a également crû très fortement le mois dernier, et l'inflation est au plus haut depuis deux ans, indice d'une consommation très forte des Chinois.

Enfin, et c'est ce qui a excité les cours, l'Organisation des pays exportateurs de pétrole a revu à la hausse la progression de la demande de pétrole cette année et l'an prochain. La nouvelle fourchette de 80 à 90 dollars est idéale, selon l'OPEP, pour les producteurs et les consommateurs. Le cartel maintient toujours ses quotas de production, mais il s'est gardé d'appeler ses membres à les respecter à la lettre.

发布时间 26/01/2016 - 更改时间 28/01/2016 - 按作者Claire Fages

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias