音频

L'Arabie saoudite accélère la chute des prix du pétrole

L'Arabie saoudite accélère la chute des prix du pétrole
La raffinerie de pétrole de Jubail, en Arabie saoudite.
Total
Malgré les troubles en Irak, le cours du pétrole s'est effondré, depuis juillet 2014. Une dégringolade accélérée par la politique des prix de l'Arabie saoudite.

Première diffusion le 9/10/2014

L'Arabie saoudite accélère la chute des prix du pétrole. Une chute de plus de 20% depuis le mois de juin. Avant l'été, le baril de Brent avait grimpé à 115 dollars. La crainte des marchés était alors à son comble face à l'avancée des combattants de l'Etat islamique en Irak.

Depuis, les risques de perturbation de la production irakienne n'ont bien sûr pas totalement disparu mais « les marchés se sont aperçus que l'Irak exportait autant voire plus qu'avant, la majeure partie de sa production étant évacuée par le sud du pays », inaccessible pour l'heure aux jihadistes, explique Francis Perrin, journaliste à la revue Pétrole et gaz arabes.

Dans le même temps, la Libye a multiplié par cinq sa production depuis qu'un accord politique a été signé avec les rebelles qui bloquaient les terminaux de l'Est. Non seulement l'offre de pétrole reste abondante, mais elle augmente grâce à la révolution des schistes et des sables bitumineux en Amérique du Nord.

Il y a donc un surplus de pétrole par rapport à la demande, qui elle se tasse, en Europe, au Japon et en Chine. Au point qu'au mois d'août, 400 000 barils de pétrole saoudien n'ont pas trouvé preneur, entraînant une baisse des ventes de 4% que pour une fois, la monarchie du Golfe n'avait pas décidé.

C'est pourquoi l'Arabie saoudite a réagi en publiant comme d'habitude ses prix quatre semaines à l'avance, elle a annoncé qu'elle baissait ses tarifs pour garder sa part de marché. Une première baisse des prix annoncée en septembre pour le mois d'octobre, à destination des pays asiatiques, puis une nouvelle baisse annoncée il y a une semaine pour le mois de novembre et destinée, cette fois, à tous ses clients. « À partir de là, on a commencé à parler de "guerre des prix" et la baisse des cours mondiaux s'est accélérée », résume Pierre Terzian de Pétrostratégie. Au point que le ministre saoudien du Pétrole s'est senti obligé de déclarer que, d'après lui, le prix ne tomberait pas en-dessous de 90 dollars le baril. Nous y sommes.

发布时间 28/01/2016 - 更改时间 28/01/2016 - 按作者Claire Fages

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias

Logo RFI

L'Arabie saoudite accélère la chute des prix du pétrole

Cette page n'est pas disponible sur ce type de terminal.

Consultez les quiz disponibles sur ce type de terminal ici.