mots-actu_p.png
RFI
Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

« Une attaque lancée depuis le Nord et “parrainée” par l’Iran ». C’est en ces termes que Turki al-Maliki, porte-parole du ministère saoudien de la Défense, a présenté les premières conclusions de l’enquête qui vient d’être menée sur cette double attaque. Rfi cite donc cette déclaration, en mettant entre guillemets, dans sa version écrite, certains termes utilisés : parrainé par exemple. Ce qui montre bien une certaine volonté de prendre des distances par rapport à ces propos : on ne les endosse pas, on en laisse la responsabilité, et le flou à leur auteur.

Et en effet, le mot parrainé est flou : il accuse sans accuser. Il indique une responsabilité forte tout en spécifiant que cette responsabilité est indirecte. Et de manière très explicite, la phrase précise bien que ces attaques n’ont pas été menées par l’état iranien. Dit-elle que l’Iran est à l’origine de ces actions ? Pas vraiment non plus : il n’est pas précisé qu’elles aient été commanditées, c’est-à-dire payées par l’Iran. Le pays ne fait pas figure de donneur d’ordre. Et les autorités saoudiennes précisent que les attaques viennent techniquement du sud du pays, même si on les dit « lancées depuis le Nord ». Alors quelle implication prête-t-on à l’Iran ? Elle viendrait plutôt dans l’après-coup :

Si l’Iran parraine, il sert de parrain.

Le mot s’utilise souvent au figuré, et c’est le cas ici. On entend couramment dire par exemple qu’une personnalité a parrainé une manifestation, un festival. Cela signifie qu’il lui accorde son autorité orale : d’une certaine façon il le prend sous sa protection. Comme s’il lui accordait sa bénédiction : son souhait de bonne santé et de réussite. Et c’est en général un honneur revendiqué, une fierté et un gage de respectabilité de pouvoir afficher ses parrainages : en tout cas une reconnaissance. Un parrainage est donc un soutien, fréquemment moral, mais pas uniquement : il peut s’agir d’une aide financière. C’est d’ailleurs le cas lorsqu’une entreprise ou un particulier finance une entreprise, avec en contrepartie un certain affichage. Les bateaux qui se lancent dans des traversées risquées sont souvent parrainés : le navigateur n’a pas assez d’argent personnel pour s’équiper et il se fait aider. Le fabricant de chaussures, ou la banque qui le soutient aura donc en contrepartie son nom et son logo bien en place sur la voile de l’embarcation. Et si le pari est réussi, le prestige et l’image de succès retomberont sur le parrain – ce qu’on appelle sponsor en anglais latinisant. Et c’est précisément pour éviter cet anglicisme que l’on nous recommande le mot parrainage. Mais un parrain est également celui qui vous présente, qui répond de vous ! Pour entrer, être admis dans un club très fermé, il faut être parrainé par l’un de ses membres, une personnalité de préférence. Est-ce exactement de la même façon qu’il faut comprendre cette idée à propos des attaques menées contre les installations pétrolières saoudiennes ? Pas tout à fait puisque dans ce cas-là, le parrainage est montré du doigt et implicitement condamné. Mais on se souviendra que le parrain est aussi le nom plus ou moins familier qu’on donne à la personnalité qui dirige une organisation illégale et criminelle : on parle des parrains de la Maffia.

Avertissement ! 
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensable un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

Logo DGLFLF Ministère de la Culture

En partenariat avec la Délégation Générale à la Langue française et aux Langues de France (DGLFLF)

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias