#法语新闻用语

Journal en français facile du 12/01/2016 - 20h00 - 20h10 TU

Image par défaut des émissions / éditions
RFI
Transcription

Priscille Lafitte :
Dans l'actualité de ce mardi 12 janvier, l'attentat à Istanbul, ce matin, qui a tué 10 personnes, dont huit touristes allemands 

Zephyrin Kouadio :
Nous irons en Syrie, où les organisations humanitaires ont enfin pu avoir accès à la ville de Madaya 

PL :
Nous irons en Birmanie, pour le début d'une conférence sur la paix 

ZK :
Et nous terminerons par du football, et les suites de l'affaire FIFA : Sepp Blatter et Michel Platini veulent alléger leur peine, tandis que les enquêteurs de l'affaire veulent au contraire, l'alourdir...

ZK :
On commence ce journal par l'attentat à Istanbul, en Turquie, qui a tué au moins 10 personnes, dont 8 Allemands, et blessé 15 autres personnes

PL :
Cet attentat a eu lieu ce matin dans un quartier touristique d'Istanbul, au pied de la basilique Saint-Sophie et de la Mosquée bleue, là où de nombreux touristes passent chaque jour. Et parmi les victimes, vous l'avez dit Zéphyrin, un grand nombre sont d'origine allemande. Ils participaient à un voyage organisé par un voyagiste basé à Berlin. Les précisions de Nathalie Versieux.

L'Allemagne qui n'avait jamais été la cible du terrorisme est choquée par la mort de 8 de ses ressortissants à Istanbul. 15 personnes ont par ailleurs été blessées. Angela Merkel visiblement très affectée était en conférence de presse avec son homologue algérien lorsqu'elle a appris la nouvelle. (Angela Merkel) « Il nous faut bien le constater, aujourd'hui c'est Istanbul qui est frappée. Paris a été frappée, la Tunisie aussi, Ankara également. le terrorisme international se montre de nouveau sous son visage horrible et méprisant envers la vie humaine. À côté de la douleur que nous ressentons aujourd'hui, ce qui s'est passé montre à quel point nous devons agir ensemble contre le terrorisme pour vaincre cette horreur. » Les réactions sont unanimes. Le ministre allemand des AE Frank Walter Steinmeier assure que le pays ne se laissera pas intimider par le meurtre et la violence. La star du foot allemand, Mesut Özil, d'origine turc, a twitté son soutien aux victimes. De même qu'une autre star du foot, Lukas Podolski qui joue lui à Istanbul.

Les touristes allemands faisaient partie d'un voyage organisé de 33 personnes de la société berlinoise Lebenslust Touristik

ZK :
L'Allemagne qui tente de trouver des solutions et des réponses après les agressions de la nuit du nouvel an

PL :
Réponse du gouvernement : il y aura un plus grand nombre d'étrangers expulsés lorsqu'ils sont reconnus comme délinquants, qu'ils ont commis un crime ou une agression. Les événements du 1er janvier ont poussé 200 militants d'extrême-droite à descendre dans les rues de Leipzig, dans l'est de l'Allemagne. En France, la porte-parole d'Osez le féminisme rejette la tentation d'instrumentaliser ces crimes, et dit-elle, de « laisser à penser que la violence machiste est un fait étranger à nos sociétés, qu'il suffirait de fermer nos frontières pour nous en prémunir », fin de citation.

ZK :
La Syrie, justement, où les organisations humanitaires sont encore en train de négocier de pouvoir secourir les milliers d'habitants pris au piège de l'armée syrienne dans la ville de Madaya, une ville près de la frontière avec le Liban

PL :
Cette ville est assiégée depuis plusieurs mois par l'armée de Bachar el  Assad, c'est-à-dire que les 40 000 habitants ne peuvent ni en sortir, ni y entrer, et que la nourriture et les soins deviennent rares. Les nations unies avaient reçu, la semaine dernière, l'autorisation d'apporter une aide à la population - de quoi manger, des médicaments pour se soigner... Et ce mardi, des organisations humanitaires ont pu entrer dans la ville et rencontrer les habitants. Ils décrivent des souffrances sans comparaison avec ce qu'ils ont pu observer ailleurs en Syrie, et cherchent encore à négocier de pouvoir faire sortir 400 personnes de la ville, les évacuer, parce qu'ils ont besoin de soins particuliers. Nicolas Falez

« Ce que nous avons vu est assez horrible. j'ai vu des enfants mais aussi des adultes très faibles et mal nourris ». C'est en ces termes qu'un responsable du Haut-Commissariat de l'ONU pour les réfugiés décrit la situation des habitants de Madaya. Lundi, pour la première fois depuis le mois d'octobre, de l'aide a pu être distribuée à la population, dont une partie est « en grand danger de mort », selon le chef des opérations humanitaire de l'ONU Stephen O'Brien. Joint par RFI, un responsable de la rébellion syrienne dans la région explique que le convoi de 44 camions représente au final assez peu de nourriture, de médicaments et de couvertures à distribuer en comparaison avec le nombre d'habitants qui en ont cruellement besoin. Ce militant réfute par ailleurs les accusations selon lesquelles des rebelles auraient détourné une partie de cette aide humanitaire. L'ONU estime que 400 personnes devraient être évacuées « immédiatement » de Madaya. Des négociations sont en cours avec toutes les parties en conflit pour tenter de monter cette opération. Évacuation par la route ou par les airs cela reste à déterminer. L'ONU parle d'un processus « très compliqué » qui nécessite d'obtenir des assurances de la part du gouvernement de Damas comme de la part des groupes armés présents dans le secteur.

PL :
Il faut rappeler qu'au total, plus de 4 millions de Syriens vivent dans des zones où il est difficile d'aller. La population souffre de malnutrition, d'un manque de nourriture.

ZK :
On se rend à présent en Birmanie, où 700 personnalités politiques et des représentants des groupes ethniques armés, sont réunis depuis ce matin à Naypyidaw, la capitale politique birmane

PL :
Ils discutent des solutions pour aboutir à une paix durable, dans ce pays miné par de nombreux conflits ethniques depuis l’indépendance. Mais parallèlement à cette conférence sur la paix, les combats entre l’armée gouvernementale et plusieurs groupes rebelles armés se poursuivent sur le terrain. Les précisions de notre correspondant, Rémy Favre.

Discuter de paix, tout en faisant la guerre… c’est ce qui se passe en ce moment en Birmanie. Militaires, hommes politiques, et rebelles sont réunis dans une grande salle de conférence dans la capitale politique, où ils vont négocier, pendant des mois, peut-être des années, pour former un État démocratique, fédéral et laïc. A quelques centaines de kilomètres de là, des coups de feu, des hélicoptères de combat et des centaines de nouveaux déplacés. Les affrontements ont été particulièrement violents ces dernières semaines dans l'État Shan, à l’est de la Birmanie, et l'Arakan, à l’ouest, où un nouveau groupe ethnique vient d’entrer en conflit avec l’armée gouvernementale pour des questions de contrôle de territoire. Ces insurrections particulièrement actives en ce moment sont exclues du processus de paix. Certains groupes rebelles n’y voient pas de problème. Ils estiment que le gouvernement a tout de même compris qu’il fallait faire la paix pour développer économiquement le pays et que cela prendra forcément beaucoup de temps. D’autres en revanche doutent de la sincérité de l’armée. Elle a souvent eu pour stratégie de diviser les forces démocratiques et ethniques pour mieux régner. Naypyidaw, Rémy Favre, RFI.

ZK :
On termine ce journal par l'affaire de la FIFA. L'affaire opposant la FIFA à son ancien président Sepp Blatter et à Michel Platini n'en finit pas.

PL :
Alors que les deux hommes ont entamé des démarches pour faire appel de la décision de justice qui les frappe : ils ne peuvent pas exercer de responsabilité dans le football pendant 8 ans. Voilà que les enquêteurs de la FIFA veulent aussi faire appel, mais eux, ils estiment que les juges ont été trop gentils, et réclament une peine plus lourde : une radiation à vie des deux dirigeants. Alejandro Valente.

La décision de Michel Platini de renoncer à briguer la présidence de la FIFA n'a pas rendu ses accusateurs moins pugnaces. La chambre d'instruction n'a pas digéré que la commission d'éthique écarte la charge de corruption qui pesait contre lui et contre Sepp Blatter. Elle estime toujours que les deux hommes devraient écoper d'une radiation à vie. Cette annonce intervient quelques heures après l'appel présenté par Michel Platini auprès de la commission de recours de la FIFA. Une étape indispensable avant de porter l'affaire devant le Tribunal arbitral du sport, une instance indépendante. Son objectif est d'obtenir une annulation de cette suspension afin de retrouver son poste de président de l'UEFA. Sepp Blatter envisage lui aussi de faire appel afin de pouvoir présider le Congrès qui élira son successeur le 26 février prochain. L'initiative de la chambre qui avait mené l'instruction contre les deux hommes est assez inattendue. Certains y verront un acharnement inutile. Les deux anciens hommes forts du football mondial sont prévenus. Aucun cadeau ne leur sera fait.

PL :
Pour terminer, sachez qu'un bébé manchot pygmée né le 8 janvier, date de naissance de David Bowie, porte le nom du chanteur, Bowie. Il est né dans le zoo de Cincinnati, aux États-Unis, peu avant la mort du musicien, et a déjà pu être bercé par plusieurs morceaux de Bowie.

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias