#法语新闻用语

Journal en français facile 24/06/2017 20h00 GMT

Image par défaut des émissions / éditions
RFI
Transcription

 

Nathanaël Vittrant : RFI il est 22h ici à Paris, 20h en temps universel. Bienvenue dans ce Journal en français facile. A côté de moi pour le présenter, Zéphyrin Kouadio, bonsoir Zéphyrin.

Zéphirin Kouadio : Bonsoir Nathanaël, bonsoir à tous.

NV : À la Une de l'actualité, l'Égypte va rendre deux îlots à l'Arabie Saoudite. C'est le président égyptien Abdel Fattah al Sissi qui l'a décidé. Mais tout le monde dans le pays n'est pas d'accord avec cette décision. Un blogueur franco-vietnamien arrêté et bientôt expulsé du pays. Un mathématicien de 62 ans accusé d'avoir critiqué le Vietnam. Dans l'actualité également ce terrible tremblement de terre qui a ébranlé l'ouest de la Chine. Un village est enseveli. 110 personnes sont portées disparues. Calais n'est pas qu'un point de départ pour les migrants qui espèrent rejoindre l'Angleterre. La ville aimerait en tout cas le rappeler. Elle a donc invité 1000 Britanniques pour relancer le tourisme, reportage à la fin de ce journal.

-----

ZK : On commence par prendre la direction de l'Égypte qui va rendre deux îlots à l'Arabie Saoudite...

NV : Le président égyptien Abdel Fattah al Sissi a signé un décret qui le confirme. Il s'agit de deux petites îles situées en mer rouge à l'entrée du golfe d'Aqaba. Le texte signé rédéfinit officiellement les frontières maritmes entre l'Égypte et son voisin saoudien. Le Caire et Ryad s'étaient mis d'accord l'an dernier. Mais le sujet fait polémique en Égypte. Correspondance au Caire d'Alexandre Buccianti.

Abdel Fattah al Sissi a attendu l’annonce de la fête marquant la fin du Ramadan pour ratifier l’accord égypto-saoudien. Un moment choisi pour éviter une éventuelle réaction de mécontentement populaire. En effet, tout le pays est en congé pour trois jours. Des milliers d’Egyptiens avaient manifesté contre l’accord rétrocédant les iles de Tiran et Sanafir a l’Arabie Saoudite au lendemain de sa signature en avril 2016. Pour eux, le sang égyptien avait coulé pour la défense de ces iles lors de la guerre de 1967 avec Israël. La Haute cour administrative avait annulé l’accord et souligné l’égyptianité des deux iles tandis qu’un tribunal des référés avait jugé le contraire. Mais la Haute cour constitutionnelle devant laquelle l’affaire a été portée a décidé cette semaine de « suspendre tous les jugements concernant les iles » en attendant qu’elle se prononce sur la question de savoir si l’accord relève d’un acte de souveraineté ou si le gouvernement doit procéder préalablement à un referendum. Alexandre Buccianti, le Caire, RFI.

ZK : L'armée israélienne annonce avoir bombardé un secteur syrien.

NV : D'après Israël, des tirs de missiles étaient partis de ce secteur et visaient une partie du plateau du Golan occupée par l'État hébreux. Deux chars du régime syrien auraient ainsi été visés. D'après l'observatoire syrien des droits de l'homme, les tirs israéliens auraient fait deux morts, deux soldats syriens.

ZK : Des milliers de Vénezueliens dans la rue pour protester contre la répression.

NV : Le Venezuela est en crise économique et politique depuis de nombreux mois. Depuis avril, les manifestations contre le gouvernement du président Nicolas Maduro ont lieu presque tous les jours. Les violences qui entourent ces manifestations et la répression ont fait 75 morts. Rien que cette semaine, deux jeunes manifestants ont été tués par les militaires. Les manifestants se sont donc dirigés vers des sites militaires pour envoyer un message à l'armée.

ZK : Au Vietnam un dissident et blogueur franco-vietnamien a été arrêté ce vendredi et sera expulsé vers la France.

NV : C'est son épouse qui l'affirme. Pham Minh Hoang a 62 ans, le 11 juin les autorités lui avaient retiré sa nationalité vietnamienne. Le Vietnam est un pays où les opposants sont fréquemment emprisonnés, mais la déchéance de nationalité est une première. Véronique Gaymard.

Ce vendredi, la police a fait irruption au domicile de Pham Ming Hoang, et l'a emmené en détention, en précisant qu'il serait expulsé, a indiqué son épouse. Elle-même a annoncé rester au Vietnam pour s'occuper de sa mère et de son beau-frère handicapé. Ce mathématicien de 62 ans avait déjà été condamné en 2011 à trois ans de prison, libéré, mais assigné à résidence pendant trois années. Les autorités lui reprochaient d'avoir publié 33 articles sous son nom de plume de Phan Kien Quoc qui donnaient selon elles une image fausse de l'État. Né en 1955, Pham Minh Hoang avait émigré en France en 1973 . Il avait rejoint le mouvement Viêt Tan, le parti pour le renouveau du Vietnam, interdit par le pouvoir. 27 ans après, il était retourné vivre au Vietnam où il enseignait les mathématiques à l'Université polytechnique d'Ho-Chi-Minh Ville. Selon le pouvoir, ses publications sur son blog portaient atteinte à la sécurité de l'État. Fin mai, il a reçu une lettre portant le cachet du président Tran Dai Quang lui confirmant le "retrait de sa citoyenneté vietnamienne". Une décision injustifiée selon l'organisation Human Rights Watch. L'ambassade de France à Hanoï a refusé tout commentaire. Pham Minh Hoang, le premier dissident à se voir retirer la nationalité vietnamienne, sera expulsé vers la France.

ZK : La Chine frappée par un violent tremblement de terre dans la province du Sichuan.

NV : Tôt ce matin, une partie de la montagne s'est effondrée sur un village isolé. Près de 60 maisons ont été ensevelies, c'est à dire recouvertes par la terre éboulée. Plus de 110 personnes sont portées disparues. La nuit est tombée en Chine, mais les secours cherchent toujours d'éventuels survivants. 15 corps ont déjà été retrouvés. Les fortes pluies de ces derniers jours seraient à l'origine du drame.

ZK : Un mot de politique française : sans surprise, l'ex-ministre Richard Ferrand a été élu président du groupe La République en Marche à l'Assemblée nationale.

NV : Richard Ferrand un proche d'Emmanuel Macron.Il avait été nommé ministre dans le premier gouvernement d'Édouard Philippe, mais son nom était associé à un possible scandale immobilier. Les députés du parti présidentiel l'ont donc choisi comme président. Ils étaient aujourd'hui en journée de formation. Véronique Rigolet.

À l’unanimité ou presque les députés de la République En Marche ont donc validé le choix du président Macron qui avait souhaité la semaine dernière que le ministre de la cohésion des territoires visé par une enquête préliminaire quitte le gouvernement et prenne la tête du groupe à l’Assemblée. Et c’est donc fait : 306 voix pour, 2 abstentions : le vote à main levée et la candidature unique n’ont donc autorisé aucune surprise, mais sans rien enlever à l’émotion de Richard Ferrand. « C’est toujours émouvant d’être encouragé par les collègues, de se sentir très unis, rassemblés, prêts pour se mettre au travail pour porter le projet du président de la République et du Premier ministre. Donc c’est un élan très fort qui a été donné ce matin. » Un poste véritablement stratégique pour Richard Ferrand qui devra veiller et s’assurer de la discipline de vote du plus gros groupe de l’Assemblée : 308 députés, dont 80 % de novices. Ces derniers poursuivent d’ailleurs leur travail de formation à l’Assemblée jusqu’à dimanche midi. Rentrée mardi midi avec un nouveau pour désigner le patron ou la patronne de l’Assemblée nationale.

ZK : Calais dans le nord de la France a surtout fait parler d'elle du fait de la présence de nombreux migrants.

NV : Oui depuis des années ceux qui espéraient passer en Angleterre s'y regroupaient. Ils vivaient pour la plupart dans un bidonville surnommé la jungle. L'État français l'a détruit en octobre dernier et a relogé ailleurs les migrants et réfugiés qui y vivaient. Mais beaucoup sont revenus, entre 400 et 600 personnes d'après les associations qui leur viennent en aide. Ces derniers jours ces associations ont accusé le gouvernement de refuser son aide à ces exilés, en limitant fortement par exemple les distributions d'eau.

ZK : L'État et la ville de Calais qui aimerait qu'on parle de la ville pour d'autres raisons.

NV : Oui avant la crise Calais était une ville touristique fréquentée notamment par les Britanniques. Alors la ville s'est lancée dans une opération de communication en invitant 1000 d'entre eux à venir gratuitement. Reportage Aabla Jounaïdi.

17 degrés et beaucoup de vent : un temps radieux pour les 1000 Britanniques débarqués ce matin à Calais choisis par tirage au sort. Une opération destinée à faire redécouvrir la ville loin des clichés, loin de l’image acquise ces dernières années avec la crise des migrants. Karen, une mère famille venue avec ses deux enfants. « Oui à la télévision, c'est tout ce qu'on entend à longueur de journée. C'est tout ce que l'on sait de Calais et de ses quais. Les gens ont trop peur. Mais il faut venir voir par soi-même. » L’opération a coûté 110 000 euros à la ville, elle était nécessaire d’après la maire les Républicains Natacha Bouchard. « En tant que maire j’ai toujours fait assumer notre problématique au quotidien, mais je dois montrer aussi que Calais ne se résume pas à la problématique des migrants que nous avons un patrimoine qui est exceptionnel. » Programme du reste de la journée : shopping et inauguration d’une statue du général de Gaulle et de Winston Churchill. Aabla Jounaïdi, Calais RFI

ZK : En France Emmanuel Macron défend la candidature de Paris pour l'organisation des Jeux olympiques de 2024.

NV : Le président français avait déjà reçu les membres du Comité international Olympique peu de temps après son élection. C'est le CIO qui doit départager les candidatures de Paris et de Los Angeles, les deux villes encore en course. Cette fois, le président français a littéralement mouillé le maillot. Avec la maire de Paris Anne Hidalgo, il a participé à une partie de tennis, et même à une partie de tennis handisport, c'est à dire en fauteuil roulant.

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias