#法语新闻用语

Journal en français facile 19/09/2021 20h00 GMT

Studio RFI
Transcription

Raphaël Reynes : Vous écoutez Radio France Internationale. Nous sommes en direct de Paris, où il est 22h. Bonsoir à tous. Merci de nous rejoindre pour votre Journal en français facile, en compagnie, ce soir, de Sylvie Berruet. Bonsoir, Sylvie.

Sylvie Berruet : Bonsoir Raphaël, bonsoir à toutes et à tous.

RR : « Mensonge » et « duplicité » contre « intérêt national ». Le ton monte entre la France et l'Australie dans l'affaire des sous-marins. Le président américain, Joe Biden, aurait demandé un entretien téléphonique avec son homologue français, Emmanuel Macron.

SB : Elles n'ont pas été invitées à retourner à l'école. Elles ne doivent pas, non plus, retourner au travail, sauf exception. Le maire de Kaboul explique les nouvelles règles en vigueur, pour les femmes en Afghanistan. Leurs droits sont restreints.

RR : Et puis, nous parlerons de la 6e journée de ligue 1 de football, en France. Marseille est second au classement, après sa victoire sur Rennes, 2 à 0. Mais la rencontre-choc de cette journée à lieu en ce moment. Paris reçoit Lyon. Nous appellerons Martin Guez.

-----

SB : Les femmes ont manifesté une nouvelle fois ce dimanche à Kaboul pour réclamer des droits.

RR : Cela fait plus d'un mois que les talibans sont au pouvoir et la liste des lois qui réduisent les droits des femmes s'allonge de jour en jour. Ce dimanche, le maire de Kaboul a donné des détails sur le travail des femmes, lors d'une conférence de presse. Murielle Paradon.

Molavi Hamdullah Nomani est membre des talibans et occupe la fonction de maire de Kaboul. Veste de costume, coiffé d'un turban, il explique devant la presse, que sur les 3 000 employés de la municipalité près d'un tiers sont des femmes. Et depuis l'arrivée des talibans au pouvoir, elles doivent rester chez elles, jusqu'à nouvel ordre. Seules les employées féminines ne pouvant être remplacées par leurs homologues masculins peuvent se rendre au travail, selon le nouveau maire. « Par exemple, les femmes travaillent dans les toilettes pour femmes de la ville où les hommes ne peuvent pas aller. Dans les districts et au bureau central, il y a des femmes pour lesquelles nous n'avons pas de cadre masculin équivalent à leurs postes, dans le secteur de l'électricité ainsi que dans le secteur de la construction, elles peuvent ainsi travailler. Mais pour les postes que les hommes peuvent occuper, nous avons dit aux femmes de rester à la maison, jusqu'à ce que la situation se normalise. Leurs salaires seront payés. » Malgré leurs promesses d'être davantage tolérants et inclusif, les talibans au pouvoir depuis un mois multiplient les gestes portant atteinte au droit des femmes. Dans les années 90 déjà, ils leur avaient interdit l'accès à l'école et au marché du travail.

RR : Murielle Paradon.
Ce dimanche soir, le groupe État islamique a revendiqué les attentats qui ont fait au moins deux morts et une vingtaine de blessés, samedi à Jalalabad, dans l'Est du pays.

SB : Aux États-Unis, le docteur Alan Braid prend le risque d'être poursuivi en justice, au nom du droit à l'avortement.

RR : Alan Braid est gynécologue-obstétricien au Texas. Dans une tribune publiée par le journal Washington Post, il affirme avoir violé la loi du Texas. Il a pratiqué une interruption volontaire de grossesse (un avortement) au-delà des 6 semaines de grossesse. C'est interdit, au Texas, depuis le 1er septembre. Mais pour le docteur Braid, il n'a fait que son devoir. Carlotta Morteo.

« Pour moi, c'est comme si nous étions revenus en 1972 » écrit Alan Braid, médecin depuis 45 ans à San Antonio, dans le sud du Texas. À l'époque, il est jeune interne en gynécologie obstétrique et l'avortement est illégal. Il se souvient de ces trois adolescentes décédées suite à des avortements clandestins, dont une, arrivée à l'hôpital le vagin rempli de chiffons, qui mourra d'une infection sceptique. C'est ainsi que commence la tribune du Docteur Braid, qui admet avoir pratiqué un avortement le 6 septembre dernier, et s'expose ainsi à au moins 10 000 euros d'amende, depuis le passage de la loi SB 8. Sa clinique a réduit de 80% les avortements puisqu'il est désormais interdit d'interrompre une grossesse au-delà de 6 semaines... assez tôt pour entendre un battement de cœur, trop tôt pour que la plupart des femmes se rendent compte qu'elles sont enceintes. « Les femmes qui viennent nous voir ont des raisons légitimes de vouloir avorter » dit-il : trop jeunes ou dans des relations abusives, en difficulté financières ou victimes de viols. Beaucoup sont déjà mères. Les deux cliniques dans lesquelles travaille ce gynécologue obstétricien ont attaqué en justice la nouvelle loi texane, tout comme le Ministère de la Justice, qui cherche à obtenir son annulation.

SB : L'ile espagnole de La Palma (dans l'archipel des Canaries) est en état d'alerte, après l'entrée en éruption d'un volcan.

RR : Ce n'était pas arrivé depuis 50 ans. Cumbre Vieja (le « vieux sommet ») était sous haute surveillance depuis plusieurs jours, à cause d'une activité sismique intense. Son entrée en éruption, ce dimanche dans la zone de la « tête de vache », à El Paso, a entrainé l'évacuation des zones habitées à proximité du volcan. Le Premier ministre espagnol va se rendre sur place.

SB : Ils n'en sont pas à s'insulter mais le ton monte entre la France et l'Australie.

RR : Après l'annulation par Camberra du contrat d'achat des sous-marins français, Paris parlait de « mensonge » et de « duplicité » (de double-langage). Ce dimanche, le Premier ministre australien a répondu qu'il ne regretterait jamais, je cite « de faire passer l'intérêt national de l'Australie en premier » (fin de citation). Et si le gouvernement australien n'a pas réagi au rappel à Paris de l'ambassadeur français, l'opposition australienne s'inquiète des conséquences de ces relations qui se dégradent. À Sydney, notre correspondant Grégory Plesse.

Des regrets discrets et un rappel, à peine sincère, que la France est un contributeur vital pour la stabilité dans la région Indo Pacifique. C’est la seule réaction émise samedi par le gouvernement australien au rappel de l’ambassadeur de France à Paris. Mais dans les rangs de l’opposition travailliste, la crise de confiance avec Paris est prise plus au sérieux. Une inquiétude exprimée notamment par le député Mark Dreyfus : « Les Français ont été pris de court par cette décision. Et M. Morrison aurait dû en faire beaucoup plus pour protéger cette relation. Le gouvernement Morrison-Joyce doit nous expliquer ce qu’il compte faire pour réparer cette relation importante… » Les dégâts en effet, sont lourds. Le gouvernement français, qui s’apprête à prendre la présidence de l’Union européenne, estimant que l’Australie n’est plus digne de confiance, et ce alors qu’un accord de libre échange est en cours de négociation entre Canberra et Bruxelles. Par ailleurs le rappel de l’ambassadeur à Paris est lourd de sens. Le seul autre précédent remontant à 95, en pleine campagne d’essais nucléaires dans le Pacifique, une campagne qui avait déclenché un violent mouvement anti français, d’une telle ampleur que la sécurité du personnel diplomatique en Australie paraissait compromise… Grégory Plesse Sydney RFI.

RR : Et un entretien téléphonique devrait avoir lieu entre les présidents Biden et Macron, à la demande de Washington, indique le porte-parole du gouvernement français, Gabriel Attal.

SB : Les élections législatives sont terminées, en Russie.

RR : Et, sans surprise, les premiers résultats donnent le parti du Kremlin (le parti du pouvoir) en tête du scrutin. « Russie Unie » aurait obtenu 38,7% des votes. La campagne avait été marquée par la pression du gouvernement sur l'opposition et notamment sur le mouvement d'Alexei Navalny dont toute trace a été effacée par l'entourage de Vladimir Poutine avant le scrutin.

SB : En Allemagne, la pression monte sur Armin Laschet.

RR : À une semaine des élections législatives, le candidat conservateur qui veut succéder à Angela Merkel retrouve ses deux opposants pour un dernier débat télévisé, ce soir. C'est la dernière chance pour Armin Laschet de rattraper son retard sur le social-démocrate Olaf Scholz, qui le devance dans les sondages.

SB : En France, les écologistes devront passer par un second tour pour choisir leur candidat à l'élection présidentielle.

RR : Yannick Jadot et Sandrine Rousseau arrivent en tête du premier tour de la primaire, ce dimanche, avec respectivement 27,7% et 25,14% des voix. Le député européen et l'économiste se retrouveront donc pour un second tour, du 25 au 28 septembre.

SB : La cote de popularité d'Emmanuel Macron et de Jean Castex en baisse, en ce mois de septembre.

RR : Ils perdent respectivement 2 et 4 points de popularité. 
Et puis, la 6e journée de Ligue 1 de football, en France. Marseille se hisse à la seconde place du classement en battant Rennes 2 à 0. Mais le match-choc du jour a lieu en ce moment, au Parc des Princes, à Paris. Le PSG reçoit l'Olympique Lyonnais. Martin Guez, on est en pleine deuxième mi-temps. Où en est-on ?

[Transcription manquante]

RR : Martin Guez, en direct du Parc des Princes, à Paris.

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias