#法语新闻用语

Journal en français facile 17/07/2021 20h00 GMT

Studio RFI
Transcription

Zéphirin Kouadio : Bonsoir Benoit, bonsoir à toutes et à tous.

BA : À la Une de cette édition, les inondations meurtrières en Europe de l'Ouest. Près de 170 morts en Belgique et en Allemagne. La solidarité s'organise.

La palme d'or du Festival de Cannes attribuée au film Titane de la réalisatrice Julia Ducournau.

Le coronavirus en France. Le gouvernement dévoile de nouvelles mesures de protection aux frontières. Le débat sur une troisième dose de vaccin anti-Covid est également relancé et plus de 100 000 manifestants dans les rues de l’Hexagone contre le pass sanitaire et la vaccination obligatoire pour les soignants.

En Arabie saoudite, le grand pèlerinage musulman, le Hadj, très limité en raison des restrictions sanitaires.

Voilà pour les titres, bienvenue à tous.

-----

ZK : On commence ce journal avec les inondations en Europe de l'Ouest. Inondations qui ont fait au moins 168 morts en Allemagne et en Belgique.

BA : L'ouest allemand a payé le plus lourd tribut à cette catastrophe naturelle. La pire depuis plus d’un demi-siècle. 98 morts dans la seule région viticole d'Ahrweiler au sud de Cologne. Sur place, l'aide aux sinistrés s'organise, comme l'a constaté notre envoyé spécial Pascal Thibaut.

La solidarité s’est rapidement organisée dans les heures qui ont suivi la catastrophe. Sur place tout d’abord, ceux qui avaient la chance d’habiter dans les étages supérieurs épargnés par les flots ont parfois hébergé leurs voisins. Parents et amis ont pris le relais. Des habitants dans des zones non touchées ont répondu à l’appel des autorités et accueilli des personnes sinistrées. Des organisations composées de nombreux bénévoles ont vu leurs troupes répondre à l’appel. Ce pompier de Saxe à l’autre bout de l’Allemagne est à pied d’œuvre. L’Est vient cette fois en aide à l’Ouest, trente ans après la réunification. La Saxe a été frappée à plusieurs reprises par des inondations dans le passé et avait reçu l’aide d’autres régions : « On va revoir beaucoup de drames, des dégâts, des destructions. C’est triste, mais nous sommes là pour aider et c’est l’essentiel. » Les renforts viennent de différentes régions allemandes. Une mobilisation que salue cet habitant de Bad Neuenahr, une ville dévastée par les inondations. Bernhard Jans : « Ce qui est décisif, c’est la solidarité de la population. J’ai discuté avec un jeune pompier. Il m’a dit : on a entendu ce qui vous arrivait. On s’est mis au volant et on est parti pour vous aider. » Les médias allemands diffusent ou publient régulièrement des appels aux dons. Des personnes ont interrompu leurs vacances pour venir spontanément aider leurs compatriotes dans le besoin. D’autres qui habitent à proximité distribuent de la nourriture ou des boissons. Les aides d’urgence des pouvoirs publics devraient suivre prochainement. Pascal Thibaut, RFI.

BA : La Belgique déplore de son côté 27 morts et des dizaines de disparus.

ZK : Une surprise au Festival de Cannes. La Palme d'Or a été attribuée à Titane de Julia Ducournau.

BA : La réalisatrice de 37 ans couronnée pour son deuxième film aujourd'hui. Elle devient la deuxième femme récompensée à Cannes de la Palme d'Or, la principale récompense du festival, 28 ans après la néo-zélandaise Jane Campion et sa Leçon de Piano. Le film Titane a pourtant divisé les critiques de cinéma.

ZK : Toujours en France, l'adoption de nouvelles mesures de contrôle contre le coronavirus aux frontières françaises.

BA : Un dépistage de moins de 24 heures sera obligatoire pour les voyageurs non-vaccinés en provenance de six pays européens comme le Royaume-Uni ou la Grèce. En parallèle, Paris vient d'alléger les contraintes pour les visiteurs qui ont reçu leurs deux injections, Marie Casadebaig.

Le vaccin Covishield est désormais reconnu par les autorités sanitaires françaises. Même si ce n'est toujours pas le cas au niveau européen. Il permettra donc à ceux qui ont reçu leurs deux doses, d'entrer sur le territoire français et de bénéficier du pass sanitaire obligatoire dans certains lieux publics. Covishield, c'est la version indienne du laboratoire AstraZeneca. Il est utilisé notamment en Afrique, mais aussi en Amérique latine. Et jusque-là, les réticences européennes y freinaient les campagnes de vaccination. Les contraintes sont donc levées pour tous les voyageurs étrangers et les Français venus de l'étranger, vaccinés au Covishield, mais aussi aux quatre sérums validés par l'Agence européenne du médicament. Pour les non-vaccinés, en revanche, les mesures se durcissent. La liste des pays rouges s'élargit à la Tunisie, au Mozambique, à Cuba et à l'Indonésie. Pour les voyageurs en provenance de ces pays, il faudra un motif impérieux, un test au départ et à l'arrivée. Et un isolement surveillé de 10 jours, une fois en France. Mais pour les Français vaccinés, qui souhaiteraient s'y rendre, ils seront dispensés de motif impérieux. Enfin au sein de l'Union européenne, quelques pays seront soumis à un régime spécial. Les personnes en provenance du Royaume-Uni, d'Espagne, du Portugal, de Chypre, des Pays-Bas et de la Grèce devront présenter un test négatif, PCR ou antigénique, de moins de 24 heures.

ZK : Marie Casadebaig.
Plus de 110 000 manifestants ont par ailleurs protesté dans l'Hexagone, en France métropolitaine contre le pass sanitaire et l'obligation de vaccination contre le Covid pour les soignants.

BA : Les rassemblements ont eu lieu à Marseille, Lille, Montpellier et Paris cet après-midi. Dans les cortèges, beaucoup de blouses blanches, ces aides-soignants, infirmières, médecins, remontés contre les mesures. Sur les banderoles, les manifestants ont dénoncé une « dictature sanitaire ».

ZK : Le débat sur les protections contre le coronavirus avec cette question : est-il nécessaire de recevoir une troisième dose de vaccin ?

BA : Dans son allocution en début de semaine, le président français Emmanuel Macron a estimé que cette mesure peut permettre de maintenir un niveau de protection élevé contre le Covid et ses variants, mais il y a peu d'études scientifiques sur le sujet, Simon Rozé.

Une troisième dose de vaccin après six mois pour faire remonter le niveau d'anticorps. C'est la proposition d'Emmanuel Macron, une proposition qu'aucune publication scientifique n'étaye cependant. En effet, à l'heure actuelle, seul un communiqué de Pfizer fait état d'une baisse du niveau de protection. Le laboratoire américain dit s'appuyer sur les données israéliennes où une baisse du taux d'anticorps chez les personnes vaccinées est observée après ce délai. Mais voilà, les anticorps ne sont pas la seule composante de notre système immunitaire et leur diminution avec le temps est naturelle et ne préjuge en rien d'une perte d'efficacité d'un vaccin. Par exemple, ceux induits par la vaccination contre la fièvre jaune finissent par devenir indétectables dans notre organisme avec le temps. Le vaccin protège pourtant à vie. Pour le coronavirus, on manque encore de données et de recul pour savoir ce qu'il en est exactement. Toujours est-il que les principales autorités sanitaires estiment qu'évoquer une troisième dose dès maintenant est prématuré et que la protection conférée par deux doses est suffisamment robuste. La troisième injection ne serait donc pour l'instant réservé qu'aux personnes immunodéprimées, comme cela est déjà pratiqué en Israël.

ZK : Simon Rozé.

Face au Covid au Rwanda, Kigali la capitale se reconfine.

BA : Depuis aujourd'hui, Kigali et près d'un tiers des districts du pays sont concernés par ce retour des restrictions sanitaires. Les déplacements en dehors du domicile sont interdits sauf pour des achats essentiels. Les transports publics sont arrêtés. Les bureaux doivent rester fermés. Le Rwanda est confronté à un pic épidémique depuis trois semaines avec 800 nouvelles contaminations chaque jour.

ZK : Le grand pèlerinage musulman à La Mecque lui aussi placé sous les restrictions sanitaires.

BA : À peine 60 000 croyants vaccinés contre le Covid et résidents d'Arabie saoudite sont admis pour le Hadj cette année. Les plus chanceux ont été désignés grâce à une loterie sur internet. Il y a deux ans, avant la pandémie, La Mecque a accueilli deux millions et demi de fidèles musulmans.

ZK : On reste en Arabie saoudite avec cette petite révolution. Les magasins peuvent officiellement rester ouverts pendant les heures de prière.

BA : En pratique, de nombreux établissements accueillaient déjà des clients notamment dans la capitale Riyad, mais cette annonce officielle confirme la modernisation affichée du royaume saoudien. Depuis quatre ans, le pays s'est lancé dans une vaste campagne de réformes. Les précisions avec notre correspondant régional Nicolas Keraudren.

Le vent du changement continue de souffler en Arabie saoudite. Hier, la Fédération saoudienne des chambres de commerce a diffusé une circulaire demandant aux magasins de rester ouverts pendant les heures de prières. Soit cinq fois par jour. Officiellement, cette décision est justifiée par la pandémie de Covid-19 pour éviter les rassemblements devant les boutiques fermées. La symbolique est néanmoins bien plus forte. Depuis qu‘il a été nommé prince héritier en 2017, Mohamed ben Salman s‘est en effet engagé à redorer l‘image austère du royaume. En permettant l’évolution des mœurs, il espère ainsi attirer les investisseurs étrangers. L’objectif est de diversifier son économie encore dépendante du pétrole. Les réformes religieuse et sociale se sont d‘ailleurs multipliées ces dernières années. Récemment, deux ont eu un écho retentissant. Les autorités ont par exemple ordonné aux mosquées du pays de baisser le volume de leur haut-parleurs. Les femmes non mariées ont par ailleurs été autorisées à vivre seules sans la permission de leur « tuteur ». Ces réformes n‘adressent toutefois pas la question de la liberté d‘expression. Ce qui pourrait devenir une revendication majeure de la population à l‘avenir. Nicolas Keraudren, Dubaï, RFI.

BA : C'est ainsi que se termine cette édition en français facile. Merci Zéphyrin de l'avoir présenté avec moi.

ZK : Merci Benoît.

BA : Vous pourrez retrouver ce journal sur notre site RFI Savoirs. À l’adresse savoirs.rfi.fr. Il est 22h10 à Paris, prochaine édition dans moins d'une heure sur la radio mondiale.

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias