#法语新闻用语

Journal en français facile 12/06/2021 20h00 GMT

Studio RFI
Transcription

22h00 à Paris, deux heures de moins en temps universel.

Loïc Bussières : Bonsoir et bienvenue dans votre Journal en français facile. Journal que je vous présente en compagnie de Zéphyrin Kouadio. Bonsoir Zéphyrin.

Zéphyrin Kouadio : Bonsoir Loïc, bonsoir à toutes et à tous.

LB : À la Une, le travail des enfants dans le monde en hausse pour la première fois depuis 20 ans. Le constat de l'ONU intervient ce samedi qui est justement marqué par la Journée mondiale de lutte contre le travail des enfants.

ZK : Le sommet du G7, dans le sud-ouest de l'Angleterre. Deuxième jour pour les dirigeants des grandes puissances mondiales qui se penchent sur les grands enjeux du moment. On verra que le Brexit s'invite aussi dans les discussions.

LB : Et puis le tennis et le premier titre pour la Tchèque Barbora Krejcikova à Roland-Garros. La 33e joueuse mondiale a battu la Russe Anastasia Pavlyuchenkova en trois manches.

-----

ZK : Nous sommes aujourd'hui le 12 juin, date de la Journée mondiale contre le travail des enfants. Selon les dernières estimations, ils seraient près de 160 millions d'enfants à travailler aujourd'hui dans le monde.

LB : C'est ce qu'indiquait cette semaine le rapport de l'Unicef et l'OIT, l’Organisation internationale du travail. Et ce chiffre est en augmentation pour la première fois depuis 20 ans. C'est le cas notamment en Irak où le nombre d'enfants qui travaillent ne cessent d'augmenter, en raison des conflits, des déplacements forcés et des défis économiques et plus récemment de la pandémie de Covid-19. Reportage de notre correspondante à Bagdad, Lucile Wassermann.

En périphérie de Bagdad, des dizaines de gamins sont à la manœuvre : vente de mouchoirs, lavage de pare-brise, distribution d'essence... Qu'ils aient 6 ou 13 ans, ils s'activent sous un soleil de plomb. Henrick, un fonctionnaire Irakien de 48 ans, passe la majorité de son temps libre, ici, pour aider financièrement les parents et éviter qu'ils n'envoient leurs enfants à la rue. Ici, on l'appelle Papa Noël. Henrick : « Comment tu vas mon chéri ? -Ça va. -Quel âge tu as toi ? -Euh... 10 ans ! -10 ans et tu ne vas pas à l'école ? -Non, je ramasse des canettes dans la rue. » Un métier répandu chez les enfants qui revendent ensuite l'acier. Sa mère, à ses côtés, explique qu’ils n’ont pas le choix : « Je sais qu'ils veulent retourner à l'école, mais je n'ai même pas d'argent pour leur acheter des habits, des pantalons, des livres... Tout le monde, ici, vit la même situation. » Henrick ne la blâme pas, mais s'inquiète, les petits boulots peuvent vite devenir dangereux en Irak : « Il y a les enfants qui travaillent pour ramener de l'argent à leurs parents, mais il y a aussi ceux qui travaillent pour des mafias, des réseaux, qui inclut des gens très importants. Ces enfants-là, ils prennent de gros risques parce qu'ils traitent avec des gangsters, des alcooliques, des drogués. » Plus d’un million d’enfants travaillaient déjà en Irak avant la crise du coronavirus. Un chiffre qui pourrait bien augmenter après une hausse de la pauvreté dans le pays.

LB : Sur ce sujet du travail des enfants, je vous renvoie au site rfi.fr. Notamment au reportage de notre correspondante au Brésil, à réécouter en ligne.

ZK : À la Une également, le sommet du G7. Le G7, c'est le groupe des sept plus grandes puissances mondiales.

LB : Les dirigeants du Royaume-Uni, de la France, de l’Allemagne, du Japon, de l’Italie, du Canada et des États-Unis sont réunis ce week-end dans les Cornouailles, dans le sud-ouest de l'Angleterre, pour parler des grands enjeux mondiaux : la sortie de crise du Covid, en premier lieu, l’urgence climatique également, mais l’ombre du Brexit plane aussi sur les débats. Clea Broadhurst.

Le dossier qui empoisonne tout depuis le début continue à faire des vagues. Ce sont les dispositions commerciales spécifiques à la province britannique qui sont au cœur du différend : des contrôles sur certains échanges entre la Grande-Bretagne et la province au nord de l’île sont prévus pour éviter qu’ils aient lieu avec la République du sud. Les dirigeants européens appellent au respect des accords signés et à trouver une solution pragmatique. Sans surprise, le secrétaire d'État aux Affaires étrangères britannique, Dominic Raab, n’a pas mâché ses mots : il a exigé que l’Union européenne cesse d’être aussi « têtue et obstinée » lorsqu’il s’agit du protocole étudié pour l’Irlande du Nord. « Nous ne laisserons pas l'intégrité du Royaume-Uni être menacée », a-t-il ajouté. Et Boris Johnson a été clair dans une interview à la presse anglaise ce samedi : si ses anciens partenaires refusent de faire preuve de souplesse, il n'hésitera pas à invoquer l’article 16 qui l’autorise à passer outre certaines dispositions du protocole nord-irlandais en cas de « graves difficultés économiques, sociétales ou environnementales ». « Il faut qu’ils se rentrent ça dans le crâne », a t-il conclu. Clea Broadhurst, Falmouth, RFI.

ZK : Boris Johnson qui n'a pas que le Brexit en tête. Le Premier ministre britannique s'inquiète aussi d'une propagation préoccupante du variant Delta du Covid-19.

LB : Elle pourrait le pousser à reporter la levée des dernières restrictions, prévues pour le 21 juin au Royaume-Uni.

Sur ce dossier du Covid, en Russie, c'est le maire de Moscou qui a décrété une semaine chômée pour freiner la propagation du virus, alors que le taux de contamination progresse. Par ailleurs, en France, concernant la vaccination, Jean Castex annonce ce soir que la barre des 30 millions d'injections est désormais franchie.

ZK : 15h06 à Bogota, en Colombie. Venons-en à la chute, dans ce pays, des exportations de café.

LB : Moins de 52% en mai par rapport à la même période de l’an dernier. Une situation qui s'explique notamment par des manifestations antigouvernementales. Le point avec Altin Lazaj.

La Colombie est depuis fin avril en proie à une importante mobilisation sociale contre le gouvernement de droite du président Ivan Duque. Les manifestants en colère mettent en place des barrages sur les principaux axes routiers qui empêchent l’acheminement des grains de café vers les ports. La Fédération colombienne des caféiculteurs s’inquiète des conséquences économiques pour des milliers de petits producteurs. En raison des retards de livraisons qui s’accumulent, ils perdent des clients à l’étranger. Le secteur fait en effet vivre près de 540 000 familles paysannes et les revenus d’environ 3 millions de personnes en dépendent. La production du café est l’un des piliers de l’économie colombienne. Le pays est le troisième producteur mondial après le Brésil et le Vietnam et le premier pour sa production « arabica doux », une variété apprécié pour son goût. Le café est également l'un des principaux produits d'exportations après le pétrole et les minéraux.

ZK : On referme ce journal avec cette histoire qu'on croyait réservée au récits d'aventure. Un homme avalé par une baleine. L'histoire est très sérieuse, elle se passe aux États-Unis.

LB : Plus précisément dans l’État du Massachussetts. Michael Packard, parti pêcher le homard a eu la peur de sa vie. Hier, après avoir été avalé par une baleine à bosse. Difficile à croire de prime abord, mais son témoignage et celui d’un autre homme qui l’accompagnait lors de cette sortie en mer sont pris très au sérieux par des spécialistes. Romain Lemaresquier.

Mickael Packard était en train de plonger à la recherche de homards, à environ 13 mètres de profondeur, au large de Cape Code, une région prisée pour ses plages et notamment la qualité de ses homards. Et c’est à ce moment-là qu’une « baleine a essayé de me manger », explique-t-il dans les pages d’un quotidien local. « J’étais dans sa bouche pendant 30 à 40 secondes avant qu’elle remonte et me recrache ». Il pensait sa dernière heure était arrivée. Une explication tout à fait plausible selon Jooke Robbins, une spécialiste locale des baleines à bosse, qui rappelle que lorsqu’une baleine veut se nourrir, « elles foncent, bouche ouverte, et avalent les poissons et l'eau très rapidement ». Mais si leur bouche est assez large, leur gorge est trop étroite pour y faire passer un homme selon elle. Mickael Packard s’en sort bien, « j’ai des bleus partout, mais aucun os cassé » explique-t-il depuis sa chambre d’hôpital où il a été emmené après avoir été secouru par des sauveteurs alerté par son compagnon de pêche. C’est la première fois qu’une histoire de ce type est rapportée selon Jooke Robins qui estime que c’est un bon avertissement : « Si vous voyez une baleine, restez à bonne distance. Il est vraiment important de laisser aux baleines de l'espace. » Un avertissement destiné tout particulièrement aux touristes qui recommencent à fréquenter cette zone très prisée.

ZK : Romain Lemaresquier.

Et puis, ça se passe aussi en mer, au large de Solenzara, en Corse, où les autorités se préparent à l'arrivée d'une pollution aux hydrocarbures.

LB : Une pollution vraisemblablement liée au dégazage illégal d'un navire en Méditerranée. Les plages ont été fermées, la pêche interdite, et d'importants moyens de protection du littoral déployés.

Un mot de sport avec la première victoire de la Tchèque Barbora Krejcikova au tournoi de tennis de Roland-Garros. Elle bat la russe Anastasia Pavlyuchenkova en finale.

LB : Demain, c’est le numéro un mondial Novak Djokovic qui rencontrera le grec Tsitsipas en finale homme. Djokovic qui a battu, et c’était la sensation du tournoi cette semaine, le maitre de la terre battue, Rafael Nadal.

Et puis en football, la victoire de la Finlande sur le Danemark au premier tour de l'Euro. Match nul entre le Pays-de-Galles et la Suisse. En ce moment, la Belgique affronte la Russie à Saint-Pétersbourg.

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias