#法语新闻用语

Journal en français facile 06/08/2022 20h00 GMT

Studio RFI
GAZA : la tension ne redescend pas ; et autres nouvelles.

Transcription

Mayeule de Charon : RFI, il est 22h00 à Paris, 20h00 en temps universel.  

Bonsoir à tous et bienvenue dans votre Journal en français facile, présenté ce soir avec Zéphyrin Kouadio. Bonsoir Zéphyrin. 

Zéphyrin Kouadio : Bonsoir Mayeule, bonsoir à toutes et à tous.  

MC : Et à la Une ce soir, au Proche-Orient, la tension ne redescend pas. L'armée israélienne annonce se préparer à une semaine de raids sur la bande de Gaza. 200 roquettes ont été tirées vers Israël par le Jihad Islamique. 

ZK : La directrice d'Amnesty International en Ukraine démissionne. Elle proteste contre un rapport de l'ONG, organisation non gouvernementale. Ce rapport accuse l'armée ukrainienne de mettre en danger les civils. 

MC : La Corée du Nord annonce avoir réussi à maîtriser l'épidémie de Covid-19. Plus aucun patient fiévreux, avec de la fièvre, n'a été découverte depuis huit jours. Qu'en est-il vraiment ? Les explications à suivre du correspondant de RFI à Séoul. 

ZK : Des centaines de personnes ont été évacuées de la vallée de la Mort aux États-Unis après une crue subite, une montée rapide des eaux. Les dégâts sont importants. Nous ferons le point à la fin de ce journal. 

MC : Et puis en football, c'est la mi-temps entre le PSG et Clermont. Le club parisien mène 3 à 0 pour le moment. 

-----  

MC : L'armée israélienne annonce se préparer à une semaine de raids sur la bande de Gaza. Depuis hier après-midi, les échanges de tirs avec le Jihad islamique ont déjà fait une dizaine de morts dans l'enclave palestinienne.  

ZK : En réponse à la mort de l'un de ses chefs, la branche armée du groupe palestinien a confirmé dans un court communiqué avoir tiré un important barrage de roquettes vers plusieurs villes israéliennes. 

MC : À ce stade, il n'y a pas de victimes du côté israélien, mais la tension monte d'un cran. La correspondance à Jérusalem de Michel Paul. 

Pour la première fois en fin d’après-midi, une alerte à Tel Aviv : huit roquettes. Deux d’entre elles sont tombées dans la mer, non loin des plages de la métropole israélienne, les six autres ont été interceptées. Une roquette frappe de plein fouet un immeuble dans la ville israélienne de Sdérot. Dans la ville portuaire d’Ashkelon, ce sont des voitures qui ont été touchées. Pas de victimes lors de ces attaques. En tout, en moins de 48 heures, 380 roquettes ont été tirées depuis Gaza, la tension côté israélien s’intensifie donc. Pas de sortie de crise en vue, en tout cas à ce stade. La médiation traditionnellement menée par les Égyptiens ne donne rien pour l’instant, et les Israéliens en font porter la responsabilité sur le Jihad islamique. Mais ce n’est pas tout, des pressions internationales sont exercées sur Israël pour permettre l’ouverture du point de passage de Kerem Shalom ce dimanche. Quelques heures seulement notamment pour permettre le ravitaillement en mazout de la centrale électrique de Gaza. Et en marge de ces événements, le match de football amical Juventus Turin-Atlético Madrid qui devait se jouer ce soir à Jaffa a été annulé pour raison de sécurité. Michel Paul, Jérusalem, RFI. 

MC : Les forces israéliennes qui annoncent par ailleurs avoir arrêté, en Cisjordanie, 19 membres du Jihad islamique. 

ZK : Son arrivée était annoncée pour demain dans le port libanais de Tripoli. Le navire transportant le premier chargement de céréales exportées d'Ukraine depuis l'invasion russe n'arrivera pas à la date prévue. 

MC : L'annonce a été faite par l'ambassade ukrainienne au Liban. Aucune information sur les raisons de ce retard n'a été donnée.  

ZK : Le Razoni, c'est le nom de ce bateau, a quitté le port d'Odessa sur la mer Noire, avec 26 000 tonnes de maïs à son bord, c’était lundi dernier. 

MC : L'ONG, c’est-à-dire l'Organisation non gouvernementale, Amnesty International est dans la tourmente après la publication de son rapport sur la guerre en Ukraine. Ce rapport reproche aux forces armées ukrainiennes de mettre en danger les civils. 

ZK : Hier soir, Oksana Pokaltchouk, la directrice de l'ONG en Ukraine a démissionné de ces fonctions. Elle regrette que la direction ait refusé d'associer la branche ukrainienne à la réalisation de ce rapport. 

MC : À Kiev, les précisions de notre correspondant, Stéphane Siohan. 

Cela faisait sept ans qu’Oksana Pokaltchouk dirigeait la branche ukrainienne d’Amnesty International, ce qui en faisant une des figures les plus respectées dans le monde des droits de l’homme à Kiev. Jeudi soir, elle a dénoncé publiquement le rapport publié par sa maison-mère, en estimant que ce travail est, selon ses mots, « unilatéral » et « incomplet », et surtout qu’il a été réalisé uniquement par des chercheurs étrangers, et que la hiérarchie d’Amnesty a délibérément refusé d’y associer son équipe ukrainienne. Vendredi, Oksana Pokaltchouk a annoncé sa démission en estimant qu’il est inimaginable, dans un tel contexte, qu’un rapport d’Amnesty International ne contienne pas de données sur les actes russes, et donc sur la partie qui a déclenché la guerre. La responsable a également déploré qu’Amnesty International ne s’y soit pas pris à temps pour recueillir la position du ministère de la Défense ukrainien, et que le rapport ne tenait pas compte des réalités militaires et humaines locales. Enfin, la défenseuse des droits de l’homme a déclaré avec émotion qu’Amnesty International ne donnait aucune compréhension de ce que c’était une armée de défenseurs dans un pays envahi par des occupants et qu’aucun mot, dans aucune langue, ne pouvait traduire cette douleur. Stéphane Siohan, Kiev, RFI. 

MC : En Ukraine toujours. L'un des réacteurs de la centrale nucléaire de Zaporijia, occupée par les Russes, a été arrêté. 

ZK : Le système de protection d'urgence s'est déclenché après une attaque, précise la compagnie ukrainienne de l'énergie atomique. Moscou et Kiev s'accusent mutuellement de ces bombardements. 

MC : RFI, il est 5h05 à Pyongyang. Nous prenons maintenant la direction de la Corée du Nord qui serait parvenue à maîtriser l'épidémie de Covid-19 selon l'agence de presse KCNA. 

ZK : Le pays avait révélé son premier cas le 12 mai dernier puis 393 000 contaminations trois jours plus tard. Au moins 4,8 millions de personnes ont été touchées par le virus depuis, mais aucun nouveau patient fiévreux n'a été rapporté depuis une semaine. 

MC : La Corée du Nord affirme même que toutes les personnes infectées par le virus ont été guéries. On fait le point sur la situation avec notre correspondant à Séoul, Louis Palligiano. 

Après avoir prétendu être exempt de coronavirus pendant plus de deux ans, Pyongyang affirme désormais être pratiquement tiré d’affaires. Ce matin à 6h, l’Agence centrale de presse nord-coréenne (KCNA) a indiqué qu’« aucun cas de fièvre liée au Covid-19 » n’a été confirmé la veille pour le huitième jour consécutif. Les médias d’État ont également mis en avant que « tous ceux qui ont reçu un traitement se sont rétablis ». Tout en annonçant un renforcement du contrôle et de la gestion des mesures préventives, les autorités nord-coréennes ont estimé en début de semaine que « la phase terminale » du virus s'était enclenchée. Même s’il convient de prendre les affirmations du royaume ermite avec prudence, le régime n’a par exemple déclaré que 74 décès dus au Covid-19 avec un taux de létalité très inférieur à celui de son voisin sud-coréen pourtant doté d’un système sanitaire efficace et d’un fort tôt de vaccination, l’épidémie semble plutôt maîtrisée au Nord. En effet, il n’y a pas de signes de renforcement des contrôles aux frontières ou encore de demande officielle d’aide à destination de Pékin. La Corée du Nord reste néanmoins en alerte et vient d’annoncer dans la matinée se pencher sur six nouveaux cas suspects. Louis Palligiano, Séoul, RFI. 

ZK : Quatre jours après la visite de la cheffe des députés américains, Nancy Pelosi, la tension ne redescend pas dans le détroit de Taïwan. La Chine poursuit ses exercices militaires autour de l'île et ce, normalement, jusqu'à demain midi, Mayeule. 

MC : Les autorités taïwanaises ont recensé jusqu'à ce matin : 20 avions et 14 bateaux chinois. Elles accusent Pékin de simuler une attaque de l'île. 

ZK : Aux États-Unis, des centaines de visiteurs ont dû être évacués de la vallée de la Mort en Californie. 

MC : C’est la région la plus chaude de la planète avec des températures qui peuvent dépasser les 50 degrés. Elle a pourtant été le théâtre d'une crue subite hier, c'est-à-dire que le niveau de l'eau est monté très rapidement après des précipitations, c’est-à-dire des pluies records, pour un mois d'août. Il n'y a pas eu de victimes, mais beaucoup de dégâts. Les précisions de Loïc Pialat. 

La boue a laissé des rochers et des troncs d’arbres sur les routes de la vallée de la Mort, les rendant quasiment impraticables. Le parc national, déjà théâtre d’une autre crue subite dans la semaine, a dû fermer ses portes aux visiteurs tandis qu’environ 1 000 personnes - touristes et employés - sont restés coincées dans ce morceau particulièrement aride du désert californien. Des chambres d‘hôtels et des bureaux ont été inondés. Une soixantaine de voitures s’est retrouvée en partie ensevelie par les débris sur l’un des parkings du parc. Ceux qui ont pu utiliser leur véhicule ont mis des heures pour parcourir les 50 kilomètres les séparant de la sortie. Il ne pleut quasiment jamais dans la vallée de la Mort, où une température record de 57 degrés a été enregistrée en 1913. Dans la seule journée de vendredi, les précipitations - un peu plus de 4 cm - ont représenté quasiment l’équivalent d’une année entière de pluie. Loïc Pialat, Los Angeles, RFI. 

ZK : Les footballeurs font leur rentrée en France. 

MC : La Ligue 1 recommençait ce week-end après la victoire de Lyon face à Ajaccio hier. Strasbourg s'est incliné, a perdu contre Monaco cet après-midi, 2 buts à 1. À suivre en ce moment : PSG-Clermont, et c’est le club parisien qui mène pour l'instant 3 à 0. 

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias