#法语新闻用语

Journal en français facile 04/02/2020 20h00 GMT

Studio RFI
Transcription

Loic Bussières : 21h à Paris, 20h en temps universel. Bonsoir et bienvenue si vous nous rejoignez pour votre Journal en français facile que je vous présente en compagnie de Zéphyrin Kouadio. Bonsoir Zéphyrin.

ZK : Bonsoir Loïc, bonsoir à tous.

LB : À la une : un bug et beaucoup de confusion aux États-Unis. La primaire démocrate tourne au fiasco dans l’Iowa, toujours pas de résultat au lendemain du vote en raison d’un problème technique. 

ZK : L’épidémie de coronavirus et ces chiffres toujours à la hausse, 425 décès en Chine. Un bilan qui ne reflète pas une situation de pandémie pour l’OMS. Les explications dans un instant.

-----

ZK : Le nombre de victimes du coronavirus toujours à la hausse, il atteint désormais les 425 morts, dont un premier à Hong Kong.

LB : Un chiffre en constante augmentation et auquel il faut ajouter plus de 20 000 contaminations en Chine, mais qui ne reflètent pas une situation de pandémie pour l’OMS. L’Organisation mondiale de la santé qui rappelle le sens strict du mot pandémie : une propagation mondiale de la maladie. Dans le cas du coronavirus, il s’agit pour l’OMS d’une « phase d’épidémie avec de multiples foyers ».

ZK : En attendant, la pneumonie virale continue de faire de nombreux dégâts collatéraux qui s’ajoutent donc, aux conséquences du virus sur les populations.

LB : Notamment dans le domaine économique, exemple à Macao, connu comme l’eldorado des jeux de hasard en Asie et qui annonce la fermeture de ses casinos pour 15 jours. Décision prise après la contamination d’une employée d’hôtel. Un dixième cas d’infection qui fait monter la tension sur place, Vincent Souriau.

À partir ce soir, Macao se transforme en ville fantôme. Tout va fermer, les casinos, les bars, les cinémas, les salons de massage, les salles de sport, les instituts de beauté, les discothèques. Alerte rouge, car, avant de déclarer la maladie, cette salariée du Galaxy, un hôtel de luxe du centre-ville, déjeunait à la cantine avec ses collègues et se déplaçait en bus. Les autorités craignent une contagion généralisée. La santé, oui, mais pas seulement. D’après le chercheur Xavier Paulès, de l’EHESS, si Macao arrête de jouer, c’est aussi parce que les casinos sont désertés et que l’économie souffre du coronavirus. Selon le syndicat des employés de casino, la fréquentation a chuté de 90 % depuis le début de l’épidémie et la valeur des grands groupes hôteliers dégringole entre -3 et -5 % à la bourse de Hong Kong à l’annonce de leur fermeture temporaire.

LB : L’épidémie de coronavirus qui touche par ailleurs le secteur du tourisme en France où l’hôtellerie parisienne et d’Ile-de-France commence à subir de nombreuses annulations de la clientèle chinoise, en particulier celle voyageant en groupes -on rappelle que plus de 2 millions de Chinois visitent la France chaque année. Par ailleurs les voyagistes français, qui avaient suspendu jusqu’au 21 février les voyages organisés vers la Chine, prolongent cette mesure jusqu’au 31 mars. 

ZK : À l’a une également, la confusion qui règne chez les démocrates américains au lendemain des Caucus de l’Iowa.

LB : Le caucus, procédé électoral qui donne le coup d’envoi de la primaire pour le parti démocrate, toujours pas de résultats ou même de début de résultats dans cet état qui est le 1er à désigner son candidat pour l’investiture à la présidentielle. Le problème viendrait de l’application utilisée lors du vote. Loubna Anaki.

Oui, c’est apparemment un bug informatique dans l’application conçue pour le décompte des votes qui serait à l’origine de ce fiasco. C’était la première fois que le parti démocrate utilisait un tel programme. Il était censé faciliter les choses, mais au final cela a provoqué des incohérences dans les voix comptabilisées. Selon les médias américains, certains responsables locaux avaient déjà fait part de quelques problèmes avec l’application lorsqu’ils ont essayé de l’installer sur leurs téléphones. Des mises en garde qui auraient été ignorées. Il y a quelques heures, le président du parti démocrate dans l’Iowa a assuré que le bug informatique était corrigé. Le décompte des voix est en cours et les résultats devraient être annoncés dans les heures qui viennent. Mais cela ne suffira pas à effacer ce scénario catastrophique dont les Démocrates se seraient bien passés. Dans cette confusion générale, Pete Buttigieg et Bernie Sanders affirment chacun être en tête du scrutin. De nombreux électeurs disent être en colère. Le seul qui se réjouit de ce chaos est bien sûr Donald Trump. Sur Twitter, le président américain se demande je cite si les Démocrates vont encore une fois accuser la Russie de leur incompétence.

ZK : Lui cherche à mettre en avant ses réussites sur la scène internationale a un mois des élections législatives israéliennes. Benyamin Netanyahu fait à nouveau campagne à l’étranger.

LB : On a pu le voir hier travers cette rencontre gardée secrète jusqu’au bout. Le Premier ministre israélien s’est entretenu avec le général Abdel Fattah Al Burhan, le chef du Conseil souverain du Soudan. Deux heures de discussions entre des dirigeants de pays jusque-là ennemis. D’après le bureau de Benyamin Netanyahu, les deux se sont accordés pour entamer une coopération qui aboutir à une normalisation des liens entre les deux pays. Une avancée diplomatique pour Israël, mais aux visées politiques également. Guilhem Delteil est à Jérusalem pour RFI.

En une semaine, Benyamin Netanyahu s’est rendu dans trois pays sur trois continents différents : Washington tout d’abord pour la présentation du plan dit de paix de Donald Trump. Moscou ensuite d’où il est reparti avec une jeune Israélienne incarcérée en Russie depuis le mois d’avril. Et puis Entebbe pour une rencontre avec le président ougandais, mais surtout le chef de la junte soudanaise. Comme lors des précédentes campagnes, Benyamin Netanyahu - qui se présente comme un Premier ministre « dans une ligue à part » - entend mettre en avant ses réussites diplomatiques pour convaincre les électeurs. Mais ces déplacements n’ont pour l’instant pas eu le retentissement qu’il espérait certainement. À Entebbe, Benyamin Netanyahu n’a pas obtenu l’établissement de liens diplomatiques avec le Soudan, simplement une coopération devant mener à cette échéance. Les deux parties se sont quittées sans publier de communiqué commun. Et le Premier ministre en campagne n’a même pas pu s’afficher aux côtés du dirigeant soudanais : il n’existe aucune image de cette rencontre. Même le plan américain, pourtant très favorable à Israël, est en train de se retourner contre lui. Plusieurs ministres ont exprimé leurs réserves sur ce document. Les réticences existent même au sein du Likud, le parti de Benyamin Netanyahu. Le Premier ministre israélien se retrouve désormais sous la pression de sa propre coalition pour rejeter une partie du plan - la création d’un État palestinien - et annexer rapidement des pans de la Cisjordanie, alors que l’administration américaine veut attendre les élections du mois prochain.

ZK : De la musique pour refermer ce journal, celle du groupe de rap sénégalais Daara J Family. 

LB : Daara J Family qui vient de sortir « Yaamatele », un 6e album international militant, anticapitaliste et pro-écologie. 6e album et presque 30 ans de carrière pour Ndongo D et Faada Freddy. Isabelle Chenu.

6e album studio composé entre Kinshasa Paris et Dakar par l’inséparable duo du rap sénégalais Faada Freddy et Ndongo D.  En Wolof, anglais, français, Daara J Family chante le monde qui déraille souvent. Ce nouvel album Yaamatélé tire son nom d’un petit personnage comique d’un dessin animé des années 80 devenu le surnom de tous les drogués aux écrans. Les deux musiciens se sont rencontrés adolescents sur le chemin de l’école. Depuis trois décennies Faada Freddy et Ndongo D ont enchaîné près d’un millier de concerts sur toutes les scènes du monde. Leurs 12 nouveaux titres mélangent les styles et dénoncent la globalisation et le capitalisme mondial. Faire se rejoindre le traditionnel et le moderne, inventer l’afro hop, rappeler que le rap n’est qu’un cousin de la technique verbale du Tassou, Daara J Family s’y emploie depuis 30 ans avec beaucoup d’engagement et de ferveur.

LB : Daara J Family donne rendez-vous à ses fans vendredi 7 février au Trianon, à Paris.

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias